Timidité maladive : le guide complet - Changeons

Timidité maladive : le guide complet

timidité logo - changeons

Timidité maladive : le guide complet...Ou comment soigner la timidité maladive.

​Zidane. Nicole Kidman. Woody Allen. 

Charlotte Gainsbourg. Harrison Ford.

​Leur point commun ? 

La timidité. Ou même la timidité maladive pour être plus précis.

C'est le nom du fléau qui les a hantés pendant leur jeunesse — Ce même fléau qui m'a habité pendant presque 29 ans.

Vu de l'extérieur, pour les gens qui ne l'ont pas vécu, ça ne semble pas si terrible que ça.

Ça peut même leur sembler amusant, de voir des gens qui rougissent, qui ont la voix qui tremble.

Pas une seconde ils ne s'imaginent la souffrance que peuvent endurer les timides maladifs.

Dessin timidité maladive - changeons

Parce que oui, être timide maladif c'est une véritable calamité.

C'est comme si ton corps, ton cerveau, tes muscles étaient prisonniers. Qu'ils ne pouvaient pas s'exprimer, à cause de cette timidité. Tu te sens prisonnier de ton propre corps et de ses réactions de peur, tu vis dans l'angoisse permanente.

Tu as peur de tout, tout le temps. Les relations sociales sont un vrai calvaire pour toi. Ta vie amoureuse est souvent inexistante ou presque, et tes amitiés sont assez réduites en nombre, tu ne te sens à l'aise qu'avec une toute petite poignée de gens que tu connais depuis longtemps.

Car tu es mal à l'aise avec les autres, mal à l'aise avec l'image que tu véhicules.

Pour t'aider, je t'ai préparé un cours gratuit contre la timidité que tu peux choisir de télécharger sur cette page.

Photo illustrant la timidité maladive avec les hommes

S'il y a une seule personne que tu ne connais pas dans un groupe, ça te coupe toute envie de parler, tu ressens des bouffées de panique, tu as la voix qui tremble, les jambes molles, le cœur qui s'emballe, les mains qui transpirent.

Le fait d'être le centre de l'attention, même pour un court instant te terrorise. Je me souviens de l'angoisse que j'éprouvais dans les cours chaque fois que les professeurs choisissaient quelqu'un pour répondre à une question ou aller au tableau : quand mon nom était cité, j'avais l'impression que mon cœur s'arrêtait.

Dans ces moments là, la panique fait que ton cerveau ne fonctionne pas à 100%, et que tu n'arrives plus à réfléchir. Tu trembles, tu dis n'importe quoi. Tes camarades ou tes collègues rient, ce qui t'angoisse encore plus et te fait craindre encore plus ta prochaine intervention orale.

C'est un cercle vicieux. Tu finis par avoir peur d'avoir peur, au point de ne pas dormir pendant deux jours avant un exposé oral ou une présentation à ton travail par exemple.

Et personne ne semble s'en soucier.

Parce qu'ils ne se doutent pas que tu souffres autant à cause de ta timidité maladive.

Cet article a deux objectifs

  • aider les timides maladifs à mieux comprendre le problème et à commencer à trouver des solutions efficaces
  • aider les non-timides à mieux comprendre les timides maladifs de leur entourage et à les aider

Timidité maladive : la thérapie.

​La timidité maladive ne te définit pas.

Est-ce que lorsqu'on parle de toi, le premier adjectif qui vient à la personne qui te décrit est : "timide" ?

Est-ce que tu te définis toi-même comme timide quand on te demande de te décrire ?

J'ai une chose à te dire, que j'ai découvert sur le tard : Tu n'es pas timide.

Attends....what ?

Je te le répète : tu n'es pas timide.

Pas au sens où tu l'entends.

Je m'explique : la timidité n'est pas une composante de ta personnalité. C'est un parasite qui t'empêche provisoirement de montrer ta vraie personnalité.

Quand on te demande de décrire ta personnalité, dire que tu es timide, ça n'a pas plus de sens que si tu répondais "Je suis enrhumé".

timidité chaché - changeons

Vois ta timidité maladive comme un rhume ou comme une carie, c'est une chose embêtante que tu as en ce moment mais qui n'a rien à voir avec ta personnalité.

Car tu n'es pas timide.

Est-ce que Nicole Kidman ou Harrison Ford sont encore considérés comme timides par qui que ce soit ? Quelle aurait été leur vie s'ils avaient abandonné l'idée de vaincre leur timidité, en étant persuadés qu'ils ne changeraient jamais ?

Tu es une personne passionnée et passionnante. Tu es peut-être drôle, sensible, passionnée de musique ou de lecture, créative, romantique, gentille, intelligente, ou plein d'autres qualités.

Ta timidité est juste un filtre qui empêche ces caractéristiques de se montrer complètement. Ce n'est pas une caractéristique.

Ce filtre, il donne l'impression que les timides sont des gens qui ont les mêmes qualités et défauts. C'est faux. Chaque timide a sa propre personnalité, qu'il n'arrive pas encore à exprimer.

Pour l'instant, tu es encore prisonnier du cocon de la timidité. Quand tu t'en seras débarrassé et que tu auras percé ce cocon, ça donnera un magnifique papillon, et chacun aura une forme et une taille différente.

Un ancien timide pourra devenir complètement extraverti. Il pourra être à l'aise avec les autres, et prendre beaucoup de plaisir à rencontrer des inconnus. C'est mon cas maintenant, j'ai pourtant souffert de timidité maladive pendant une énorme partie de ma vie ! Certains anciens timides vont choisir une voie différente.

Car une fois que tu t'es débarrassé de ce parasite, tu es libre de faire ce que tu veux, et d'exprimer ta personnalité, sans craindre le jugement des autres.

Je t'invite à découvrir cette page si tu es timide maladif, ça va te faire plaisir je pense.

Aider un timide maladif, le guide pour vivre aux côtés d'un timide

Quand une personne de ton entourage est timide maladive, il y a des choses à ne surtout pas faire :

Les trois choses à ne pas faire avec un timide

  • l'engueuler parce qu'il ne fait pas des choses qui te paraissent naturelles ou faciles à faire
  • lui faire remarquer publiquement qu'il est mal à l'aise
  • le laisser croire qu'il n'y a pas de solution à sa timidité

La première chose à ne pas faire, c'est donc de l'engueuler ou de le juger quand il ne fait pas ce qui te semble naturel à toi.

N'oublie pas que pour lui, aller demander un croissant à la boulangerie pourra être une véritable épreuve, donc si tu lui demandes d'aller parler à un groupe de trois jolies filles / beaux gosses, tu le mettras en situation de panique absolue. C'est aussi dur pour lui que si on te demandait à toi de chanter du Maître Gims tout(e) nu(e) au milieu du stade de France.

Pour se protéger, le timide va surement se braquer, et se replier sur lui-même. Et tu obtiendras l'effet inverse de ce que tu voulais.

Avec un timide, il faut y aller progressivement, étape par étape. Le rassurer sur ses capacités, le remotiver, rester très positif.

Encourage-le sur ce que tu aimes chez lui, ne lui parle pas de sa timidité.

La deuxième chose à ne jamais faire à un timide maladif, c'est de lui faire remarquer quand il est mal à l'aise.

En effet, un timide maladif essaiera souvent de le cacher au monde extérieur. Car on se sent très très mal quand on s'aperçoit que la personne en face s'est rendue compte qu'on est mal à l'aise.

timidité rougit - changeons

Si tu lui dis : "eh t'as vu tu rougis" ou "détends-toi, t'as la voix qui tremble" ça va vraiment accentuer son trouble et sa peur panique. Et lui faire ressentir qu'il a échoué à dissimuler son anxiété.

Il y a toujours un indélicat qui va dire "ah ah tu rougis" et attirer toute l'attention des gens autour sur le timide, et le faire rougir pour de bon. Ce mec va être secrètement détesté par le timide, et ne fera qu'accentuer le problème.

Vanner un timide publiquement, c'est dévastateur pour sa confiance.

Troisième chose à faire pour aider un timide, c'est de lui faire prendre conscience qu'il peut changer.

La difficulté viendra surement du fait qu'il est certainement persuadé que SA timidité est incurable. Tu vas devoir être encore une fois subtil et insister sur le positif pour qu'il accepte ton aide.

C'est pourquoi tu peux partager cet article avec tes amis timides, pour que ça agisse en électrochoc, et qu'ils deviennent convaincus que comme moi ils peuvent se débarrasser de leur timidité maladive et vivre enfin leur vie à 100%.

Ça vaut le coup si tu as un ami timide de faire tout ça, car derrière le timide se cache certainement une super personnalité que tu es un(e) des seul(e)s pour l'instant à avoir décelée.

​Ne plus rougir ni être timide

​Re​çois le ​cours gratuit sur la timidité

cours gratuit timidite - changeons


Les causes de la timidité maladive

Elles peuvent être multiples.

La plupart du temps, ça vient de la petite enfance. Peut-être que les personnes qui t'ont élevé t'ont communiqué leur stress, peut-être que tes mentors étaient des personnes qui avaient une certaine phobie sociale. Peut-être qu'en tant qu'enfant tu as mal perçu les messages que tes parents t'ont appris («c'est dangereux de parler à des inconnus» : ça a du sens quand tu as 4 ans, beaucoup moins quand tu es adulte).

Peut-être que tu as vécu une expérience traumatisante.

Peut-être que tu n'as pas bien assimilé les dynamiques sociales.

Peut-être même que tu as perdu ton aisance sociale au fil du temps, et qu'une spirale négative t'a fait perdre toute confiance et devenir timide.

Il y a plein de causes possibles.

Et je vais te dire une chose : on s'en fiche un peu.

Le passé, c'est le passé. Accepte-le.

Tu te demandes certainement pourquoi tu es timide, pourquoi c'est tombé sur toi. Et ça te mine le moral. Il y a une astuce qui va t'aider à avancer plus vite :​

Au lieu de te demander : "pourquoi", demande-toi "comment faire pour".

Un exemple ?

Pourquoi je suis aussi timide, ce qui me pourrit la vie ? pourrait devenir "Comment faire pour devenir moins timide, et d'avoir ma vie moins pourrie par la timidité maladive ?"

fille BL - changeons

Accepte de ne pas savoir exactement pourquoi tu es timide. Sinon, c'est comme si tu nageais contre le courant, tu vas t'épuiser à trouver des réponses qui ne t'apporteront certainement pas grand chose finalement.

Par exemple, je n'ai toujours pas exactement compris pourquoi j'étais timide maladif depuis le plus jeune âge. C'est quand j'ai arrêté de me demander pourquoi et que je me suis mis à agir en me demandant comment faire pour ne plus être timide que j'ai obtenu des résultats.

Accepte que tu es ici aujourd'hui, et que tu peux décider d'agir dès maintenant pour commencer à aller mieux.

De manière très progressive, un pas après l'autre.

Ce chemin que tu peux entamer aujourd'hui, il te changera la vie si tu le suis. Parce que tu sais à quel point c'est difficile de vivre avec cette timidité maladive, tu peux imaginer comment serait ta vie si tu en étais débarrassé.

Et je peux t'assurer que ça dépasse ce que tu peux imaginer de pouvoir passer des super moments avec des gens que tu viens de rencontrer sans ressentir de peur ou d'angoisse.

C'est juste une sensation géniale. Et en tant qu'ex-timide, tu l'apprécieras vraiment, plus que n'importe qui.

Soigner la timidité maladive

La seule méthode qui fonctionne pour soigner la timidité est de prendre confiance petit à petit dans ses capacités.

Tu as peut-être déjà entendu ce conseil : sortir de sa zone de confort.

Dans le cas de la timidité, c'est ce conseil qu'il faut appliquer, et pas un autre.

Par contre, il ne faut pas le faire n'importe comment.

vaccin timidité - changeons

Si je te dis d'aller courir nu au milieu des champs Élysées, ça ne va pas soigner ta timidité, ça va juste te traumatiser.

Pour soigner ta timidité, il va falloir y aller ultra progressivement, et ultra régulièrement.

On va aller petit à petit à la frontière de ta zone de confort, et mettre un pas à l'extérieur.

Puis un deuxième. Et quand tu seras à l'aise avec ces deux pas, on pourra en ajouter un troisième.

Pour soigner ta timidité, il va falloir que tu acceptes, provisoirement, de faire des petits exercices qui te mettront en position légèrement inconfortable.

C'est inévitable.

Et ça rapporte gros à long terme.

À chaque pas que tu feras en dehors de ta zone de confort, tu gagneras du terrain contre ta timidité. Ça se fera pas après pas.

Ce chemin et ces exercices, tu peux les faire seuls. Tu peux te mettre en place un programme, le suivre. Espérer qu'il fonctionne, et continuer.

Ce n'est pas impossible, je l'ai fait de cette façon. Mais ça m'a pris plusieurs tentatives et pas mal d'échecs pour trouver ce qui fonctionnait vraiment. Ça m'a pris des années, entrecoupées de doutes, de démotivations. J'ai même rechuté plusieurs fois, parce que je ne savais pas ce qui fonctionnait ou pas.

Ou tu peux si tu le souhaites suivre le chemin que je t'ai tracé. Pour cela, il te suffit de rentrer ton adresse mail ci-dessous, je t'apprendrai tout ce qui m'a permis de me débarrasser de ma timidité et où je te donnerai des exercices progressifs et qui fonctionnent pour prendre le dessus sur ta timidité.

REÇOIS LE COURS GRATUIT POUR AIDER

LES TIMIDES

Remplis les champs ci-dessous pour recevoir les conseils gratuits :

Tu mérites d'être heureux.

Si la timidité t'empêche de l'être pour l'instant, c'est une priorité pour toi de t'en débarrasser pour devenir enfin la personne épanouie que tu mérites d'être.

Quelle que soit la méthode que tu choisisses de suivre, rends-toi ce service.

Si tu as aimé cet article, ou si tu connais des gens timides, ça serait super que tu le partages ou que tu leur envoies le lien pour les aider. Parce que quelqu'un de réellement timide est rarement vraiment heureux au fond de lui-même.

Derrière une personne timide, se cache peut-être un génie en devenir : le futur Zidane, la future Kidman, ou un futur Woody Allen. Et que ce génie ne pourra pas s'exprimer tant que la timidité sera trop présente.

Quand j'étais timide maladif, chaque journée était un cauchemar.

Si tu es timide et que tu en souffres, tu peux partager en commentaire ce que la timidité te fait vivre au quotidien, et ce que tu aimerais faire si tu n'étais pas timide.

Témoigner de ta timidité, c'est un premier pas pour s'en débarrasser.

Car si tu es vraiment timide, tu vas hésiter à le faire.

Tu vas avoir peur de ce que les autres vont penser, au moment de valider ton témoignage tu vas peut-être te raviser.

C'est exactement ça que tu ne dois pas faire : ici il n'y aura que des témoignages bienveillants, et je sais quel courage ça prend de parler de sa timidité.

J'ai hâte de lire ton témoignage. Car il te sortira un peu de ta zone de confort.

Et que c'est ÇA la méthode qui fonctionne.

Peut-être que ce premier pas t'aidera à faire comme Brel, Brassens ou Einstein, qui, eux aussi, ​ont été d'anciens grands timides avant de s'épanouir.

​Découvre la méthode CESAR pour vaincre la timidité

​La méthode intégrale pour vaincre la timidité, enfin.

Je te dis à très vite,

Hervé Lero.

Partager
  • Lydia dit :

    Salut !
    Je tiens  à te remercier car tu as changé ma vie. Je suis toujours aussi timide certe, mais j’ai réussi à l’apprivoiser.

    J’arrive à passer au dessus de ma timidité mais le seul bémol est que je suis en 3ème et je finis les cours vendredi, et je n’ai pas adressé la parole une fois au garçon que j’aime et l’année prochaine nous ne serons pas dans le même lycée.

    J’ai essayé à plusieurs reprises de lui parler mais rien n’y fait ma timidité est toujours là.

    • Hervé dit :

      Content de t’avoir autant aidé ! 🙂

      Tu n’as rien à perdre à aller lui parler, au pire du pire il ne sera pas intéressé…et c’est tout.
      Je sais que c’est dur, mais je te conseille d’y aller, pour ne pas avoir de regrets !

  • Kone dit :

    Salut!
     Je pense que ma vie serait agréable et paisible si je n’étais pas timide.
     Je commence à en avoir mare je ne sais plus comment m’en
    débarrasser,je me sens toujours redevable aux autres .Le moindre échec
    je me dis que toute ma vie est vouée à l’ échec j’ai vraiment besoin
    d’aide dans ces temps ci.

    • Hervé dit :

      Salut Kone,
      J’espère que sur mon site tu trouveras la motivation et les techniques pour ne pas te décourager face à la timidité.
      Courage à toi !

  • Christine dit :

    Tout d’abord ,je n’arrive pas a avoir de conversation avec des inconnus,je sais jamais quoi dire . Je n’arrive pas a m’affirmer devant les autres ,j’ai peur de leur réaction ,de se que ça peut engendrer . 

    Et j’attends d’une formation que ça m’aide a etre moi meme ,de me liberer et de m’imposer devant les autres .

    • Hervé dit :

      Oui quand on est timide on se sent souvent paralysés dans les conversations, de peur de dire des bêtises ou que l’autre nous déteste.
      Il faut apprendre à se libérer de ce jugement des autres.

      Pour la formation, tu parles de Conversations Faciles ? Si oui, ça devrait t’aider en effet.

  • Debbie dit :

    La timidité m’empêche d’aborder facilement des inconnus dans la rue/magasin juste pour discuter, lancer une discussion mais je sais demander l’heure, mon chemin etc aucun soucis, quand on vient vers moi: je suis à l’aise, ainsi participer à un débat dans un groupe et donner mes opinions, faire des vidéos sur youtube.

    • Hervé dit :

      C’est déjà très bien si tu es à l’aise dans ces situations, tu pars déjà avec une grosse avance sur la plupart des personnes timides qui ne peuvent pas le faire, et que ça angoisse terriblement !
      Vois donc le verre à moitié plein, tu as déjà fait une bonne partie du chemin.

  • Tom dit :

    La chose qui me bloque le plus c’est ma timidité

    • Hervé dit :

      Courage à toi, ça n’a pas à être une fatalité, tu peux lutter contre !
      Hervé

  • Violaine dit :

    Bonjour,

    Oui, je l’ai compris tôt. J’ai toujours eu très peur du regard des autres et ça n’a pas changé.
    Et du coup, oui, ça m’empêche d’être moi même et de ne pas me sentir bien dans ma peau. Par ce que c’est ce que je ressens, peut être que c’est en rapport avec la timidité ou pas mais parfois j’ai vraiment l’impression de ne pas être à ma place. Je préfère être seul. J’ai tellement peur des gens que j’en suis devenu asociale.

    Je suis d’accord avec votre processus et je veux y arriver. Je veux me dépasser, progressivement évidemment, mais je veux changer.
    C’est vrai que j’ai eu peur de vous envoyerça, vous m’êtes étranger et c’est la première fois que je parle de ça à quelqu’un. Cependant, ça m’a fait du bien et je suis fière de l’avoir fait.

    Je suis heureuse de savoir que si vous y êtes arrivé, je peux peut-être aussi. Je vais sérieusement essayer de prendre confiance en moi petit à petit avec quelques actions. Je suis motivé à y arriver.

    Si je commence aussi jeune, même si pour moi c’est trop tard, j’aurais dû me rendre compte de tout cela à mes 10 ans où je n’osais même pas lever la main en cours, c’est par ce que je n’en peux plus. J’ai vue ma sœur, qui était aussi timide moins certes mais timide, perdre ce fardeau très vite et tôt. Je ne sais pas comment elle a fait mais elle a réussi à être elle même grâce à cela. Et ça me motive à y arriver moi aussi, je veux le faire pour mes amis qui me disent souvent que je suis trop timide, pour mes parents et pour moi. Surtout pour moi. Alors oui je commence jeune…

    • Hervé dit :

      Salut,
      Il n’est jamais trop tard pour commencer : j’ai commencé à 30 ans, certains le font même plus tard.
      Ce n’est pas une raison pour procrastiner : le meilleur moment c’est aujourd’hui et maintenant, ne remets pas ce combat à plus tard 🙂

      Hervé

  • Pierre logeais dit :

    Je vis un vrai calvaire ét sa impact ma vie sociales avec mes collègue qui devient de pire en pire je souffre tellement que jarrive pas à en parle a la personne concernée ét que cest toujours quelle qu’un dautre qui le fait a ma place sa m’énerve car je tombe en dépression et je mange plus je dors plus beaucoup alors que la fille a toujours était la pour moi Depuis 6 moi maïs elle ne sais pas tout ça

    • Hervé dit :

      Oui une timidité maladive ça gâche beaucoup de choses, on est d’accord. Ta souffrance a l’air grande, et il ne faudrait pas que ça te déprime.
      Je ne suis pas sûr d’avoir compris, c’est une fille qui te plaît ?
      Si c’est le cas, pourquoi accorder autant d’importance au fait de réussir à communiquer avec elle, alors qu’il y a 3 milliards d’autres filles sur terre ? Tu te mets certainement (comme je le faisais à l’époque de ma timidité) beaucoup trop de pression vis à vis d’elle.
      Ce n’est pas grave si tu lui dis une bêtise. Ni si tu ne lui plais pas. Il y a des milliards de gens qui pourront t’apprécier. Essaie de diminuer les enjeux, tu ne joues pas ta vie en lui parlant !

      Hervé

  • Cécé dit :

    Bonjour,
    J’ai énormément de mal à témoigner mon affection aux personnes que j’aime, surtout celles qui ne sont pas de ma famille. J’ai peur du rejet, il est impossible pour moi d’enlacer une amie ou un ami sans qu’il ne me le demande explicitement, si il ne me le demande pas, alors je garde dans ma tête « fais-le, fais-le, fais-le, allez » mais il ne se passe rien, je suis impassible. Impossible aussi de demander de l’aide aux autres en cas de difficulté, je me referme sur moi-même et déprime dans mon coin.
    Le regard des autres me déstabilise, je stresse et transpire à la moindre erreur en public, et je me repasse cette erreur plusieurs fois dans ma tête et je me dis « naaaannn au secours pourquoi j’ai fait ça!!? ». Même le fait de faire quelque chose en public, comme réviser à la bibliothèque est difficile, je ne me sens pas à l’aise, je ne suis pas libre, je ne fais pas les choses que je ferais seule chez moi, je ne peux pas me concentrer totalement sur mes cours et donc je ne suis efficace qu’à moitié, juste parce qu’il y a des personnes autour de moi.
    Dire bonjour et sourire aux collègues n’est pas possible non plus, je fonce en regardant où il n’y a personne et j’essaie de ne pas les croiser du regard. Ca me stresse.
    Très difficile également de contredire les personnes, même si elles ont tort. Et savoir dire non et poser ses limites.
    Dites moi maintenant, est-ce la timidité?

    • Hervé dit :

      Bonjour Cécé,
      Oui ça ressemble très fortement à de la timidité, certainement associée (comme très souvent) à une phobie sociale.
      Du coup cette timidité fait que le regard des autres est bien trop présent dans votre vie, et vous paralyse complètement.
      Pire, il vous empêche d’être vous-même et de vous lâcher.
      Le côté positif, c’est que ça n’a rien de définitif. Ça demande un peu de boulot mais ça vaut le coup !

  • Moi dit :

    Bonjour, je suis une personne très timide j’ai peur des gens que je ne connais pas, je me sens inférieur aux autres à cause de mon enfance critiqué par ma petite taille ça m’a tellement traumatisé que j’ai du mal à m’adresser aux personnes plus grande que moi en âge. Demain j’ai ma première semaine de stage je ne connais pas encore les personnes et je suis angoissé à l’idée de mal faire. Qu’ils ne m’aiment pas où qu’ils me jugent entre eux…

    • Hervé dit :

      Bonjour,
      Oui tu n’es pas la seule à vivre ça, c’est effectivement un effet secondaire de la timidité de se sentir inférieur aux autres.
      Et de donner beaucoup trop d’importance au regard des autres : dans l’absolu (tu seras d’accord avec moi) ta valeur ne devrait pas dépendre de ce qu’en pensent des inconnus.
      Le problème quand on est timide, c’est que notre estime de nous est si fragile que si on ressent un jugement négatif de la part de quelqu’un, on se sent personnellement fragilisé, au point de se sentir très mal à l’aise.
      La bonne nouvelle, c’est que c’est possible de vaincre la timidité. La moins bonne c’est que ça prend du temps, ça ne se fera pas en une semaine.
      Mais déjà tu peux te dire que le jugement des autres sur toi lors de ce stage n’est pas si important que tu le penses pour l’instant : tu es une personne intéressante, avec plein de qualités, qu’ils verront ou non. Donc même s’ils émettaient un jugement négatif (ce qui est loin d’être certain ! :-)), ils ne jugeraient qu’une petite partie de toi, celle qu’ils pensent connaître. Ça ne remet en aucun cas en cause ta valeur ou tes qualités !
      Courage, et bienvenue à bord,
      Hervé

  • G dit :

    J en ai souffert pendant tres longtemps et malgré les nombreuses fois ou j ai surmonté ça (art martiaux, voyager seul…) je reste toujours handicapé par ce problème duquel je n ose pas parler tellement je le trouve ridicule.
    Il me pose de nombreux problèmes professionnelles(je ne sais pas me vendre) sociale (souvent sur la défensive) et de loin le pire, affectif (pour un homme c est le desert assuré, aucune relation depuis plus de15 ans)
    Solitude, dépression… il faut l avoir vecu pour arriver à savoir ce que c est

    • Hervé dit :

      Salut G,
      Oui tu as complètement raison : il faut l’avoir vécu pour savoir ce que c’est, les autres ne comprennent pas à quel point ça nous handicape.
      De mon côté j’ai eu ma première copine après 30 ans, le désert affectif c’est effectivement le pire. Cette solitude affective extrême qui mène à la dépression, c’est quasi inévitable en effet — je suis passé par là.
      On a des parcours similaires, donc tu peux aussi arriver comme moi à surmonter ça sur le tard : tu en es capable, pas après pas.
      Crois en la possibilité de changer, et fais tout pour que ça arrive : on n’a qu’une vie, et ça serait dommage de la passer entièrement avec ce blocage qui ne rend pas heureux.
      Accroche-toi ! 🙂

  • Guillaume dit :

    C’est un gros problème en termes d’épanouissement personnel. Il m’arrive souvent de réagir en me fermant complètement aux autres, en essayant par tous les moyens d’éviter les situations difficiles ou en jouant l’indifférence et la froideur. C’est aussi un énorme sentiment de frustration de ne pas pouvoir exploiter son potentiel à cause de cette maladie. Avec le temps, on finit par être fataliste.

    • Hervé dit :

      Oui je me retrouve complètement dans ton commentaire Guillaume. Les gens pensaient aussi que j’étais quelqu’un de froid, car en essayant de cacher mes peurs liées à la timidité, je cachais aussi toutes les autres émotions.
      Ce sentiment de frustration c’est effectivement le coeur du problème : cette impression de gâchis, on sait qu’on est une personne géniale à l’intérieur, mais personne ne semble s’en apercevoir à cause de la timidité.
      La fatalité vient naturellement, et c’est justement contre ça qu’il faut lutter : non ce n’est pas une fatalité. On peut vraiment s’en sortir, j’en suis un très bon exemple mais beaucoup de mes lecteurs ont aussi fait des énormes progrès voire complètement supprimé leur timidité. En faisant un pas par jour dans la bonne direction, et avec les bonnes méthodes, ça se fait bien. Tu verras même que passé la première phase un peu difficile, après ça devient même amusant de progresser. Il y aura toujours quelques frustrations sur le chemin, tout n’est pas rose, mais le jeu en vaut la chandelle : tu verras, c’est vraiment cool de ne plus ressentir cette frustration d’être timide. Je suis sûr que tu vas y arriver, accroche-toi !

  • Florian dit :

    Salut, tout d’abord j’ai bcp hésité à publier ça..
    Je suis pas exigeant, ça peut paraître pas grand chose mais ce que j’adorerais pouvoir faire, c’est juste pouvoir parler à des vendeurs. Je m’explique, quand je vais à la boulangerie, au supermarché ou n’importe où, je sais pas y aller seul et c’est mon ami qui parle pour moi car sinon j’en suis incapable, je rougis, je bafouille, ça m’arrive de begayer, de transpirer,… Et la je me rend compte que j’écris ceci en tremblant car je sais que quelqu’un que je connais pas va le lire. Je sais pas si tu lira ceci mais merci et passe une bonne journée

    • Hervé dit :

      Salut Florian, oui je vois bien ce que tu endures, j’étais pareil : quand j’allais à la boulangerie, je me répétais dans ma tête avant quelle phrase je devais dire : « bonjour madame, une baguette et demi s’il vous plait »…je tremblais de partout et il suffisait qu’elle me pose une question non prévue pour que ça soit la panique complète…
      Idem pour le commentaire, je comprend très bien ce que tu ressens.
      La (très) bonne nouvelle, c’est que j’étais comme toi, et maintenant je vis très heureux avec ma copine, je peux danser dans la rue et parler à des inconnus sans que ça ne me procure de gêne : c’est donc possible de réussir ça, courage à toi : si tu gardes la motivation assez longtemps et que tu utilises les bonnes méthodes, il n’y a pas de raison que tu ne puisses pas y arriver !

  • Houssem dit :

    la timidité pour moi c’est vrai obstacle c’est un boule dans mes jambes que a chaque fois je veux le surmonté elle m’a rabaisser je peux pas prendre de parole en public j’hésite de faire et d’essaie des nouvelle choses de hésite meme de parler avec les membres de ma famille

    • Hervé dit :

      C’est justement le piège de la timidité : plus tu es timide et moins tu as envie de faire des nouvelles choses par peur, et donc plus tu deviens timide (car c’est en sortant régulièrement de sa zone de confort qu’on diminue sa timidité).
      Essaie de faire tous les jours une petite action qui te challenge un peu.

  • Catherine dit :

    La timidite m empeche de postuler a certains postes et de me sentir epanouie et respectee au travail

    • Hervé dit :

      Effectivement, la timidité handicape beaucoup au niveau professionnel. On se sent incompétents ou on a du mal à montrer nos compétences. Courage !

  • Dave dit :

    Aidez moi par votre formation afin de sortir de la zone de confort! Quels sont les exercices que je dois faire chaque jour pour me liberer

    • Hervé dit :

      Je te laisse découvrir tout ça ! L’idée c’est effectivement de faire des petits exercices quotidiens pour prendre confiance en tes capacités, jour après jour.

  • Driss dit :

    ma timidité me tue chaque instant de ma vie
    je ss tjrs en souffrance
    je vie dans l’enfer
    je ss tjrs en blocage

    • Hervé dit :

      Oui, j’ai connu ça aussi : la bonne nouvelle c’est que l’on peut s’en débarrasser (j’en suis la preuve, je n’aurais jamais cru que je pourrais si on me l’avait dit à l’époque, et pourtant !), et que ça ne tient qu’à toi de le faire. Aujourd’hui tu es prisonnier de ta timidité. C’est comme un labyrinthe dans lequel tu avances sans savoir où aller, et dans lequel tu te perds un peu plus chaque jour, en perdant espoir que la situation s’améliore. Pourtant, avec un bon plan et un pas après l’autre, ce n’est pas si dur de sortir de ce labyrinthe, et plus tu approcheras du bout du tunnel et plus tu seras motivé. Accroche toi !

  • >