par Hervé

novembre 4, 2021

pourquoi je suis timide Hervé Lero

Pourquoi je suis timide ? C'est LA question qui revenait sans arrêt dans ma tête — comme une obsession — pendant les 30 premières années de ma vie.


Je trouvais ça injuste. Je ne comprenais pas pourquoi c'était tombé sur moi.

Peut-être que vous aussi, vous aimeriez comprendre les causes de la timidité.

De VOTRE timidité.

Vous aimeriez savoir pourquoi vous êtes différent des autres. Pourquoi c'est aussi dur pour vous de parler aux autres, d'être naturel en présence d'inconnus...

... alors que ça semble si facile pour tous les autres.


Vous avez certainement ce besoin de savoir pourquoi vous vivez cette injustice d'être timide, là où les autres semblent libres de se lâcher en public, d'aimer, de vivre.

C'est légitime. On a tous BESOIN de comprendre.

On va donc voir ensemble d'où vient la timidité. Pourquoi on est timide. Et ce qu'on peut faire pour inverser ça.


Pourquoi je suis timide ? La petite enfance, un moment clé.

La timidité touche beaucoup de monde - Près d'une personne sur deux déclare souffrir de timidité dans certaines situations.

Cette timidité peut se développer très tôt.

Si les études tendent à prouver qu'on ne nait pas timide...

...on peut développer des comportements timides dès les tout premiers mois de vie.

On peut donc devenir timide (ou au moins commencer) alors qu'on est encore bébé.

timidité pourquoi Hervé Lero

Voyons ensemble pourquoi :


Un manque de modèles ou de sécurité : l'importance de l'environnement

L'être humain (comme les autres animaux) apprend essentiellement par imitation. 

On écoute les adultes parler, on essaie de faire pareil, et on apprend comme ça.

Si dans votre toute petite enfance, vous avez vécu dans un milieu qui manquait de sécurité, ou entouré de personnes angoissées...

...ça a pu développer chez vous un climat propice à faire grandir la timidité. 

Les bébés sont de véritables éponges émotionnelles.

Si vos parents ou votre entourage étaient tendus dans leurs rapports avec les autres à ce moment là...

... vous avez très certainement compris par imitation que c'était stressant ou dangereux de rencontrer d'autres gens.

Vous avez peut-être même intégré que les autres étaient une menace, quelque chose dont vous devriez vous méfier.


Bien entendu, ça s'est fait inconsciemment.

Vous n'avez pas CHOISI cette vision des rapports humains.


C'est juste qu'avec vos yeux d'enfants...

...vous avez interprété à votre manière le monde qui vous entourait.

Personne ne peut vous blâmer pour ça. Et vous ne devriez pas vous en vouloir.


Cette première vision biaisée des rapports humains a peut-être créé un terreau fertile pour vos difficultés futures à parler aux autres.


Des prédispositions génétiques à la timidité ?

Il semblerait que — comme pour l'énorme majorité de nos comportements — la génétique a une incidence sur la timidité (*).

Si vous êtes très timide à l'heure actuelle, c'est probable que votre génétique ait favorisé la timidité.

Mais ce qui est rassurant, c'est que le facteur environnemental est bien plus important.

Ce n'est pas parce que vous avez des prédispositions génétiques à la timidité que vous serez forcément timide.

Comme dans tous nos comportements, c'est un ensemble d'expériences et de choix qui forge qui on est, pas uniquement une séquence de gènes dans notre ADN.

Penser qu'on est maudit ou condamné à cause de notre génétique, c'est oublier qu'on a le contrôle sur tout le reste : nos actions, nos choix, nos fréquentations.

Si la timidité était uniquement génétique, il ne serait pas possible de s'en sortir.


Pourtant, des milliers d'anciens timides (dont je fais partie) ont réussi à vaincre leur timidité ! C'est donc que d'autres facteurs peuvent largement compenser une "mauvaise" génétique.


Ne donnez donc pas trop de poids à la génétique pour la timidité, car ça semble être un facteur secondaire (aggravant c'est vrai !)


Un manque d'encouragements dans les moments de doute

Pendant l'enfance (puis l'adolescence), on passe par de nombreuses phases d'apprentissage.

Et au début, quand on apprend une nouvelle compétence : on est souvent mauvais.

C'est normal.

Aucun enfant ne réussit à marcher à sa première tentative !

cercle vicieux timide herve lero

Le cercle vicieux des timides

Une personne timide va souvent, par sa timidité, avoir plus de difficultés à débuter une nouvelle activité.


Par peur de mal faire. Par peur d'être jugée.

Elle fera moins de tentatives que les autres, pour ne pas être "ridicule".

Le problème quand on est timide

Un enfant timide fera donc souvent moins bien que les autres, par manque de pratique. À force de craindre de mal faire, il s'empêche de faire assez d'essais pour devenir meilleur.

Ce qui peut amener à des remarques blessantes de la part des adultes.

Des paroles blessantes qui marquent

Je me souviens de cette institutrice sans cœur qui, au lieu de m'encourager, m'avait humilié devant la classe entière.


En fin d'année, elle avait distribué une médaille à tout le monde pour leur mérite sportif...

...sauf à moi.


En disant tout fort : "tu as vu comment tu es sportif ? tu ne mérites pas de médaille".


Bien entendu, c'était ma timidité qui faisait que je n'osais pas prendre le ballon et échouer devant tout le monde. Je n'étais pas nul, je manquais juste de pratique et d'encouragements.


Ce n'est pas toujours aussi violent, mais les timides ont souvent manqué d'encouragements dans certains domaines.

Par exemple, avec leur émotivité, ils vont être plus maladroits que les autres.

Et les adultes, au lieu de leur donner des responsabilités, vont dire : "touche pas à ça, tu vas encore tout casser, je vais le faire".

Ce qui fait douter encore plus l'enfant timide de ses compétences, et le rend encore plus timide.

Un cercle vicieux qui peut renforcer la timidité, et ça ne s'arrange généralement pas avec l'arrivée d'une période difficile : l'adolescence.


Pourquoi je suis timide ? L'adolescence, période très sensible.

Les moqueries des autres

Là, on touche à quelque chose qui peut déclencher une vraie timidité.

Beaucoup de personnes deviennent timides à l'adolescence (ou le deviennent encore plus) face aux moqueries des autres.

Pourquoi on devient PLUS timide à l'adolescence ?

Parce qu'à force d'entendre qu'on est différent, de se faire rejeter...

...on finit par perdre confiance, et par se sentir nul.

Alors, on commence à avoir peur de parler aux autres, pour ne pas être rejeté, moqué une fois de plus.

Ce qui crée un cercle vicieux :

On a de plus en plus peur.

Donc on est de plus en plus "bizarre".

Donc on se fait de plus en plus rejeter.

Résultat : une timidité peu handicapante jusqu'à là peut devenir énorme en l'espace de quelques mois.

Parfois, ça se combine à une timidité déjà bien présente avant, et ça la renforce pour la rendre vraiment très dure à vivre.


Des différences mal vécues : timidité et complexes

La timidité peut prendre énormément d'ampleur suite à un complexe.

  • Quelques kilos "en trop", ou un physique "squelettique".
  • Un nez qu'on trouve trop long.
  • Être plus petit que les autres.
  • Se trouver moins intelligent.
  • Des seins plus petits ou plus gros que la moyenne.

Les causes de complexes sont nombreuses, et elles peuvent renforcer la timidité.

En effet, si on commence à avoir honte d'une partie de notre corps, on se met à craindre le jugement des autres.


À vouloir éviter à tout prix de se mettre en avant, d'être vu.


Alors, on se cache. On parle moins. On s'isole.


Ce qui crée malheureusement un parfait environnement pour que la timidité s'installe durablement.

herve assume

Aujourd'hui, j'assume ma minceur comme sur cette photo, mais avant elle me complexait beaucoup.


L'arrivée des hormones... et de la frustration

sentiment d'être different timidité

Une personne timide tombe amoureuse comme les autres.

Elle a aussi des envies sexuelles, comme les autres.

Sauf que, de par sa timidité, elle se retrouve souvent "en retard" par rapport à ses petits camarades.

On a déjà vu pourquoi : par peur du rejet, les timides ne "s'entraînent" pas assez en conditions réelles.

Ne parlent pas assez à des garçons / femmes qui leur plaisent, ne flirtent pas assez, ne tentent pas assez de rencarts...

Ce qui amène un constat assez triste pour les adolescents et les jeunes adultes timides :

Des frustrations quand on est timide :

  • Les autres ont déjà eu un copain / une copine, et pas nous.
  • Les autres ont déjà embrassé quelqu'un, et pas nous.
  • Tout le monde dans notre entourage a déjà fait l'amour, et pas nous (lire : encore vierge à 30 ans, que faire)
  • Les autres se marient, ou font des enfants, alors qu'on n'a jamais été en couple.

On se sent différent. Rejeté parfois.

Les timides sont souvent mis en friendzone, quand ils ne sont pas tout simplement ignorés ou rejetés.

Alors, notre confiance en nous s'effrite, ce qui augmente énormément la timidité.

Le regard des jeunes femmes ou jeunes hommes attirants nous renvoie (à tort) l'idée qu'on n'est pas digne d'être aimé.

Ce qui est terrible pour l'estime de soi, et nous rend de plus en plus timide.


Pourquoi je suis timide ? L'âge adulte, la période de la honte


La peur d'être démasqué, de rougir

À l'âge adulte, la timidité s'accompagne souvent de honte : « et s'ils savaient que je n'avais toujours pas eu de copine à 25 ans ? »

« Et si elle se rendait compte que je vis toujours chez mes parents ? »

« Et si mon employeur savait que je suis aussi timide ? »

honte d'être timide Hervé Lero

Au fil des années, on apprend à masquer cette honte. Et aussi à masquer nos différences.

On ne montre pas qu'on doute, qu'on n'a pas confiance en nous.

On devient assez bon au jeu du "poker face" : ne rien montrer de nos peurs.

Ça fait parfois illusion, mais la peur d'être démasqué est toujours très présente, et continue à entretenir la timidité, même à l'âge adulte.

Cette honte toxique peut amener à des rougissements, mal vécus car ils trahissent nos secrets.

Même quand les choses se passent bien, on se met à douter de nous : "mais si elle découvre mon manque d'expérience, ça va tout gâcher !", ce qui nous rend plus stressé, et nous fait rater des opportunités géniales.

J'avais toujours peur que les femmes se moquent de moi si elles

découvraient à quel point j'étais inexpérimenté en amour. 


Du coup, je ne tentais rien. Et je n'avais forcément aucune relation amoureuse.

Forcément, cette peur d'être démasqué entretient la timidité, la fait grandir.

(Pour aller mieux, vous pouvez lire le guide ultime de la timidité ici.)


Pourquoi je suis timide ? La faute à qui ?

La faute des parents ?

la faute a qui timidite hervé lero

Je suis timide : pourquoi rejeter la faute sur les parents est une erreur

Il m'a fallu du temps pour comprendre ça, mais généralement ce n'est pas la faute des parents.


Et l'approche classique de rejeter la faute de notre timidité sur eux n'est PAS productive.

Timides à cause de nos parents ?

Bien entendu, ils ont souvent été maladroits. Ils auraient pu nous encourager mieux, nous guider mieux. Mais ils ont fait ce qu'ils croyaient bons pour nous.

Parfois en nous chouchoutant trop, ils ne nous ont pas laissé prendre confiance en nous.

Parfois en nous brusquant trop, ils n'ont pas été un soutien assez fort.

La réalité

Mais — à part si vous avez eu des parents odieux, ça peut arriver malheureusement — c'était essentiellement de la maladresse de leur part.

Ils ont essayé de nous élever de leur mieux, et n'ont pas voulu faire de nous des personnes timides.

Peut-on vraiment en vouloir à quelqu'un d'avoir été maladroit ?


Je vous laisse en décider, mais de mon côté je vis beaucoup plus sereinement depuis que je leur ai entièrement pardonné leurs maladresses passées.


Pourquoi je suis timide : La faute à pas de chance alors ?

Il y a forcément eu une part de hasard dans la mise en place de votre timidité.

L'erreur classique serait de se contenter de cette explication, et de maudire un destin cruel avec nous.

Parce que la chance et la malchance font partie de la vie.

Et que, si on a en effet eu la malchance d'être timide...

...on fait partie des rares "maladies" à pouvoir se soigner uniquement par nos décisions.

C'est donc aussi une chance, laissez-moi vous expliquer :


La timidité est aussi une chance : comprendre la timidité

En changeant notre façon de penser, notre façon d'agir et de percevoir le monde...

...et surtout en sortant un petit peu plus de notre zone de confort chaque jour de notre vie...

...on a le pouvoir de transformer cette malchance en opportunité.

De comprendre la timidité, avant de la dominer.

La timidité est
une chance...

...Parce qu'une personne timide qui combat la timidité devient plus forte que la moyenne.


Elle a appris à se surpasser. Elle a compris que le destin n'était pas immuable.


Elle a compris qu'elle avait son destin en main.

Et qu'elle est forte.

Très forte.


Plus forte que la timidité, plus forte que la génétique, plus forte que les moqueries.


Plus forte qu'une adolescence difficile, plus forte que ses différences physiques.

En vainquant la timidité, on prend une revanche sur la vie.

Mais surtout, on apprend à prendre le contrôle de notre vie, et à être plus heureux que la majorité des autres.

Alors oui, au risque de faire de la provoc : maintenant je vois la timidité comme une chance.

Sans elle je n'aurais jamais assez souffert pour avoir envie de me dépasser et de vivre ma vie à fond.

Vaincre ma timidité m'a fait grandir bien plus que toute autre expérience au monde.

Je vous souhaite de faire pareil (en vous offrant ma conférence sur la timidité ici).

Car vous l'aurez compris : bien plus important que de comprendre "pourquoi je suis timide"...

...il est beaucoup plus important de comprendre "comment j'arrête d'être timide".

Les causes de la timidité

Connaître les causes de la timidité aide à faire la paix avec son passé.

 À avancer plus sereinement.


Mais ce n'est qu'en combattant activement la timidité que votre vie changera vraiment.


C'est faisable.

Alors : faîtes-le.

Pas d'excuse, pas de "je le ferai plus tard".

Agissez, maintenant.

Et transformez la malédiction d'être timide...

...en chance d'être un ancien timide qui vit maintenant sa vie à fond.


Je vous attend dans le camp de ceux qui ont combattu la timidité. Il y a une place pour vous. Rien ne vous empêche de le faire.

Faîtes-le.


(*) Étude de Jerome Kagan à l'université d'Harvard citée ici

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Qui est Hervé Lero ?

Hervé

Hervé Lero a fini par vaincre sa timidité maladive et à prendre confiance en lui à l'âge de 30 ans.

Aujourd'hui devenu consultant en timidité, il accompagne depuis 2013 des personnes motivées à vaincre leur timidité et à prendre confiance dans leurs capacités.

  • Dîtes-moi dans les commentaires si vous connaissez ou pas la cause précise de votre timidité. Pour moi, ça s’est joué à l’âge « bébé » : une période de stress et d’insécurité pour mes parents suite à deux cambriolages, qui a mené à une peur des gens qui s’approchaient de nos fenêtres. En tant que bébé, j’ai interprété que les autres étaient dangereux, et ça a été parti pour 30 ans de timidité maladive.

    Et vous, quelle est votre histoire ?

    • moi c plus le changement d orientation spirituelle de ma mère qui a joué a l adolescence puisqu il y avait diabolisation de l extérieur.

      • En effet, ça peut vraiment être une raison vu qu’il y a ce côté : « l’extérieur est dangereux », qui forcément peut entraîner une peur plus grande dans nos rapports sociaux et s’amplifier par la suite pour se transformer en grosse timidité.
        Merci de ton témoignage !

  • Pour répondre à ta question j’y est beaucoup réfléchis et je dirais tout simplement que c’est mon entourage, dès l’enfance je n’ai pas été très aidé socialement et j’étais déjà très timide dès petite mais je ne sais pas quel événement précis ma amené à le devenir. Bref je voulais te dire que tu es incroyable Hervé, j’en apprend de plus en plus à travers tes mails et même si pour l’instant je ne peux pas me permettre d’acheter tes programmes tes mails me motive énormément à changer ainsi que tes articles. En bref merci pour ce que tu fais. 🙂

    • Oui parfois il n’y a pas d’événement précis, juste une accumulation de facteurs négatifs ou d’un entourage qui n’a pas forcément su (par maladresse souvent) t’encourager à certains moments clés, et ça met en place une timidité dès la plus petite enfance.
      Cool si tu en apprends beaucoup sur la timidité : plus tu connais ton ennemie et ses faiblesses, et plus c’est facile de passer à l’action pour la combattre !
      À bientôt, et merci pour tes encouragements !
      Hervé

  • C’est tout à fait ça, je me retrouve bien dans ces explications. Des parents qui au lieu d’encourager ont tendance à démotiver (tu n’y arriveras jamais….), des changements de domicile et d’école frequents, des groupes d’amis qui t’excluent et le cercle vicieux est lancé. Maintenant il faut se prendre en main et oser le briser pour vivre complètement, grâce aux conseils D’Herve.

    • Effectivement, une addition de petites causes, un environnement pas très encourageant et comme tu dis : le cercle vicieux est lancé.
      Heureusement, s’il peut se lancer… l’inverse est vrai aussi.
      Une addition de petites causes positives, quelques personnes qui t’encouragent, et ça peut très bien lancer un cercle vertueux pour prendre confiance, accroche-toi !
      Hervé

  • Bonjour Hervé. Cela fait maintenant 1 ans que j’ai adhéré à la méthode « César ». Elle est très bien, mais j’ai 65 ans et en suivant cette méthode, j’ai pu constater que j’avais déjà fait un travail sur cette timidité maladive et rien que ça, ça m’a donné confiance en moi.
    Je me suis rendue compte que j’avais fait ce qu’il fallait plusieurs fois déjà et que j’avais malgré tout bien raisonné et bien évolué. Et tu as raison, grâce à cette timidité, j’ai été obligée de réfléchir à mon comportement et à comment faire pour y remédier.
    Cependant, je regrette de ne pas t’avoir connu beaucoup plus tôt. J’aurais gagné des années précieuses et j’aurais évité bien des déboires, surtout au niveau professionnel où je me suis « pliée en 4 » pour plaire à mon patron, sans rien lui demander en échange et il en a bien profité !
    Par contre, au niveau des rencontres amoureuses, j’avais la chance d’être une fille. Donc, je me faisais « draguer » et je n’ai jamais eu besoin d’aller vers les garçons. Par contre, il est vrai que je n’ai pas « choisi » mais je suis bien tombée. De nos jours j’aurais sans doute eu plus de problèmes.
    En tout cas, je te remercie pour tous tes conseils qui sont toujours les bien venus, même s’il sont toujours accompagnés d’une tentative de vente. C’est normal, il faut bien que tu gagnes ta vie !!

    Je te félicite d’avoir trouvé cette idée de venir en aide aux autres en te soignant toi-même et tout en en faisant ton métier. C’est une idée de génie !! BRAVO. Et tous tes articles sont vraiment justes et pleins de sagesse et de bon sens.

    Continue comme ça.
    Danielle.

    • Merci de ton témoignage Danielle,

      C’est très inspirant pour les personnes qui ont leur timidité depuis très longtemps.

      Les regrets il y en a forcément quand on s’y met sur le tard (j’ai le regret d’avoir « perdu » les 30 premières années de ma vie), mais si on regarde juste le présent et l’avenir, on peut se dire que c’est ce parcours difficile qui nous a mené où on est est aujourd’hui et à nous prendre en mains. Et contrairement à beaucoup de gens, tu vas découvrir plein de nouvelles choses sur toi à 60 ans passés, ce qui est très excitant !

      Content que ça t’aide et que ça te plaise, et que tu comprennes la nécessité du compromis — pas toujours évident de trouver l’équilibre — entre le contenu gratuit et payant sur le site (qui me permet d’en vivre et d’être à temps plein sur cette activité de conseil ;-))

      Merci pour tes encouragements qui font plaisir,
      Hervé

  • En lisant l’article, cela me confirme qu’il existe pleins de facteurs qui ont joué sur l’accentuation de ma timidité. J’ai compris récemment qu’à force de chercher à comprendre le pourquoi du comment je suis timide cela n’allait pas m’aider à avancer. En mettant de côté cette prise de tête qui me demandait une énergie inutile et en acceptant que mes parents aient été maladroits (parce que personne n’est parfait) cela m’a permis de faire un travail sur moi-même tout en faisant la méthode césar grâce au soutien d’Herve. Le travail n’est pas fini mais a déjà bien avancé !

    • Tu as raison : comprendre les causes ça peut juste soulager notre curiosité, mais ce n’est pas ça qui nous rend moins timide.
      Pour ça, il faut se retrousser les manches et faire ce travail sur nous-même que tu fais si bien depuis quelques mois 😉

      Hervé

  • C’est tout ce que je traverse ces derniers temps ma timidité m’a fais perdre beaucoup des opportunités qui étais devant moi et maintenant après avoir lit t’es conseil je serais très ravi de changé et de prendre confiance en moi

  • Saïd bah dit :

    Bon article , je comprends mieux maintenant surtout au niveau de la génétique (Mon papa, mon grand frère sont des grands timides)

    • Merci, s’ils sont tous les deux timides, il doit y avoir une petite part de génétique mais surtout une grande part de mimétisme : en ayant grandi avec un entourage timide, tes modèles étaient également stressés dans leurs rapports sociaux, donc tu as sans doute appris inconsciemment que c’était stressant de parler aux autres.

      Courage pour t’en sortir rapidement ! 🙂

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Accompagnement Confiance


    Deviens membre gratuitement de l'Accompagnement Confiance

    Clique sur ce bouton pour rejoindre le programme gratuit d'accompagnement

    >