Tu as une petite amie ? Que répondre quand on est timide et célibataire

Est-ce que tu as une petite amie ? Que répondre quand on est timide et célibataire depuis toujours

Il y a une question qui met mal à l'aise beaucoup de personnes timides : Est-ce que tu as une petite amie / une copine ? Quand est-ce que tu nous présentes ton copain ?

On ne sait pas où se mettre.

Parce qu'on n'aime pas mentir, c'est sûr. Mais comment avouer dans une réunion de famille devant 10 ou 20 personnes que non seulement on n'a pas de petite amie, mais qu'on en a jamais eu ?

est-ce que tu as une petite amie Hervé Lero

C'est extrêmement gênant.

On commence alors à rougir. À bafouiller.

Les autres font une vanne, qui nous met encore plus mal à l'aise. Le moment est horrible, et semble durer une éternité.

On a l'impression que tout le monde nous juge. Nous trouve nul. Se dit qu'on est anormal. Qu'ils se moquent de nous dans notre dos...

Nous allons voir dans cet article comment répondre à cette question piège, et surtout comment retourner la situation pour être beaucoup moins mal à l'aise quand elle arrive.

Comment répondre à la question " Tu as une petite amie - un petit copain ?"

Juste avant de vous donner des solutions efficaces, je tiens à vous rappeler qu'évidemment, le meilleur moyen pour ne plus être gêné quand cette question arrive, c'est de vaincre sa timidité.

Ça vous permettra d'être à l'aise avec les gens qui vous plaisent, et à vous mettre en couple si c'est une envie forte chez vous.

Rien ne remplacera ce travail sur vous, que vous pouvez entamer immédiatement ici avec mes conseils privés et la grande conférence gratuite sur la timidité.

Ceci étant dit, en attendant de la vaincre, il existe donc des méthodes pour être moins mal à l'aise face à cette question piège.

tu as un copain ? Hervé Lero

Utiliser le mystère pour contrer la question : "tu as une petite amie ?" 

Je ne vais pas vous conseiller de mentir. Car bien sûr, vous pourriez dire que oui, vous enchaînez les conquêtes. Mais ça vous mettrait dans l'obligation de mentir, encore et encore, à long terme.

À la place, préférez utiliser le mystère, et des formulations qui ne vous obligent pas à mentir, comme :

"Pas en ce moment"

Cette phrase est cool, parce que l'autre en déduira certainement que vous en aviez une avant... alors que vous ne l'avez jamais dit !

Inversez la pression : posez une question en retour au lieu de répondre

Ce qui est gênant dans ces moments, c'est que tous les regards sont portés sur vous. Il est donc important d'inverser cette pression, et de relancer la balle à l'autre :

" Pourquoi, tu as quelqu'un à me présenter ?" (avec un petit sourire joueur si possible, pour montrer que ça vous amuse — même si dans le fond ça vous met mal à l'aise).

Ça permet d'éviter ce blocage et ce bafouillement qui arrivera forcément si la pression est sur vous.

D'ailleurs, vous pouvez enchaîner les deux techniques : "Pas en ce moment. Pourquoi, tu as quelqu'un à me présenter ?"

Le bonus de cette technique, c'est qu'une fois de temps en temps, l'autre connaîtra effectivement une personne célibataire à te présenter : qui sait, ça pourrait faire une opportunité de rencontre pour vous !

Faire une pique d'humour ou une remarque qui gênera l'autre

Si vous êtes face à une personne qui vous met volontairement mal à l'aise avec sa question...

...vous pouvez choisir d'utiliser la même arme qu'elle. Et tenter de la déstabiliser également.

Par exemple, en lui disant : « Pourquoi UNE copine, qui te dit qu'un homme doit forcément être avec une femme... tu es homophobe ? »

Soit vous pouvez le dire sérieusement, soit avec un sourire ou un clin d'oeil qui montrent que vous plaisantez : ça pourrait suffire à ce que l'autre n'insiste pas, ou à déplacer le débat sur le fait que l'autre n'est pas homophobe.

À utiliser avec précautions bien entendu, parce que ce n'est pas très sympa pour l'autre comme approche.

Dire que c'est un choix d'être célibataire

"Oui j'ai choisi de faire un break au niveau sentimental"

"Oui j'ai choisi de me consacrer à fond sur le boulot cette année, on verra par la suite !"

Encore une fois, on joue sur le non-dit. En disant ça, ça sous-entend qu'on ne subit pas un célibat forcé...

...mais plutôt qu'on choisit de l'être, et qu'on a le choix.

(en réalité : c'est le cas. Car même timide, on a toujours le choix de se former pour devenir plus à l'aise avec les gens qui nous plaisent, par exemple en  lisant "comment séduire quand on est timide")

"Est-ce que tu es célibataire ?" Ne pas répondre

C'est votre droit également de ne pas répondre quand on vous demande si vous avez une copine ou un copain.

" Je reste très discret sur ma vie privée, je préfère ne pas en parler ".

" Peut-être "

" Ah ah, tu es trop curieux ! "

"Joker"

Cette technique simple peut parfois vous sauver la mise. À essayer !

(lire ici l'article : que cache la timidité)

Que faire si l'autre insiste : "allez, dis-nous si tu as une petite amie, et présente-nous ta copine !"

Si l'autre insiste et que vous trouvez ça déplacé ou gênant, n'hésitez pas à lui demander pourquoi il veut savoir ça.

" Mais pourquoi tu veux connaître ces détails, c'est bizarre d'insister autant non ?"

En faisant ça, vous obligez l'autre à se justifier.

C'est lui qui devient bizarre de vous poser ces questions...

...et ce n'est donc plus vous la personne bizarre de ne pas répondre.

Idem s'il vous demande : "Mais tu as déjà eu une copine avant, pas vrai ?"

tu as déjà eu une copine - Hervé Lero

N'hésitez pas à le refaire à chaque fois qu'il insiste :

" Mais pourquoi tu es aussi curieux, c'est bizarre quand même ! "

Lui dire que c'est vous qui décidez du timing pour annoncer si vous avez une copine ou un copain

Si la discussion continue, mettez les points sur les i, les barres sur les t, et les pendules à l'heure d'hiver (oui c'est une expression que je viens d'inventer !)


Dîtes-lui : " Écoute, quand j'aurai envie de te parler de mes copines je le ferai, mais c'est moi qui déciderai du timing, et plus tu essaieras de me tirer les vers du nez et moins je t'en dirai à l'avenir !"

Ça a le mérite d'être clair et de clore la discussion.

Est-ce que tu as une petite amie ? La question piège par excellence

Vous avez le droit d'être célibataire, même si ça fait longtemps.

Et vous n'avez pas à vous sentir mal pour ça.

Peut-être que comme pour moi à l'époque, c'est votre timidité qui vous empêche de montrer votre belle personnalité aux femmes ou aux hommes qui vous plaisent.

Et que du coup...

...cette question vous bloque complètement.

N'ayez pas honte. La dernière technique, qui montrera que vous allez mieux, c'est :

Assumer son célibat à 100% : non je n'ai pas de copine, et je n'en ai pour l'instant jamais eu !

Cette option demande du courage, mais permet d'être droit dans ses baskets.

À la question "Tu as une petite amie ?", vous pouvez répondre franchement :

"Non, j'ai du mal à rencontrer des gens à cause de ma timidité, mais je fais de mon mieux pour améliorer les choses".

Ça devrait attirer la sympathie de l'autre (sauf si c'est une mauvaise personne : si l'autre se moque, c'est soit qu'il est très immature, soit qu'il n'a pas d'empathie, et dans les deux cas ce n'est pas une personne que vous souhaitez avoir autour de vous).

Assumez le fait d'avoir du mal à faire des rencontres. Assumez le fait d'avoir besoin d'apprendre à être plus confiant, plus à l'aise avec les autres.

Bien sûr, vous aimeriez être comme les autres, et avoir des petites copines ou des petits amis facilement, mais c'est comme ça : vous êtes pour l'instant bloqué par la timidité, et c'est votre point de départ — voir mon comparatif complet des solutions contre la timidité ici.

Soit vous ne faîtes rien pour changer ça, et votre besoin d'amour ne sera jamais rempli... ou soit vous vous mettez au boulot et vous faîtes de votre mieux pour sortir de la timidité — mes meilleurs conseils ici si ça vous intéresse.

(Ou encore mieux si vous êtes motivé : directement vous former avec mon programme qui a déjà aidé plus de 50 personnes timides à aller mieux depuis sa création).

Courage. Je sais que c'est dur pour être passé par là...

...et je sais également que vous pouvez vous en sortir.

Vous pouvez témoigner dans les commentaires (de manière anonyme si vous le voulez) pour me dire si vous êtes dans cette situation, et ce qui vous gêne le plus quand on vous pose ce genre de question.

Je vous laisse avec ma chanson sur la timidité : elle devrait vous plaire :

Partager
  • Hervé dit :

    Personnellement, je rougissais tout le temps quand on me posait cette question. J’avais tendance à m’emmêler les pinceaux, et à être ridicule dans mes réponses.
    Parfois je mentais, et je m’inventais une copine imaginaire que j’avais eu dans le passé, histoire de soulager la pression… mais j’avais tellement honte et peur que les autres découvrent la vérité que ça n’était clairement pas la bonne solution !

    Et vous ?

  • >