par Hervé

novembre 27, 2020

la deception plus jamais

Ne plus être déçu de quelqu'un qu'on aime ou qu'on apprécie


Dans cet article on va voir comment arriver à ne plus jamais être déçu de quelqu'un qu'on aime ou qu'on apprécie.

C'est plus simple qu'on ne le pense !

Spoiler : en fin d'article je te raconterai une anecdote personnelle qui va t'étonner...

...et te montrer comment on peut transformer la pire des déceptions en une victoire personnelle éclatante !

 être déçu de quelqu'un qu'on aime Hervé Lero

Avant, j'étais toujours déçu de ne pas réussir à prendre confiance en moi.

Je m'investissais beaucoup dans mes relations amoureuses, mais j'étais souvent déçu en retour.

J'étais également déçu de ne pas réussir à parler aux autres naturellement, à cause de ma timidité.

Aujourd'hui, cette ancienne déception c'est devenu ma plus grande fierté avec le temps. Je suis Hervé Lero (voici ma frimousse si tu me découvres), et je vais te parler de surmonter la déception dans cet article !

Hervé Lero, ancien timide devenu sociable

Mais d'où vient la déception ? Pourquoi on est souvent déçu par les gens qu'on aime ?

Tu es déçu quand il y a un décalage entre ce que tu espérais d'une situation, et ce qui se passe réellement.

Tu pensais qu'un événement allait être génial, et il est juste moyen. Boum, déception.

Tu pensais passer un moment incroyable avec quelqu'un que tu aimes ou que tu apprécies, et il te pose un lapin, ou arrive tellement fatigué que vous passez une mauvaise soirée. Boum, déception.

On a tous déjà vécu ça à une soirée de jour de l'an. Tu t'attends à un truc monstrueux, et en fait il y a 3 cotillons, de la musique pourrie et du mousseux premier prix. Et on ne va pas se mentir : tu ne t'amuses pas vraiment.

Tu pensais qu'une relation allait devenir une amitié profonde, mais l'autre ne te répond qu'une fois sur cinq. Et tu comprends finalement qu'il s'en fiche un peu de toi. Pouf, déception : être déçu de quelqu'un qu'on aime, ça fait mal à l'égo.

Et tu pensais que ce troisième rencart avec cette jolie brune allait se finir en mode romantique, avec bisou sur le pas de sa porte quand tu la raccompagnes. Mais c'est sa joue qu'elle te tend. Paf, déception.

Tu pensais que la nouvelle trilogie Star Wars allait être cool, et paf, c'est du crottin de Wookie. Déception, encore et toujours.

Une solution : baisser l'enjeu pour ne jamais être déçu de quelqu'un qu'on aime ou d'un événement

La déception vient souvent d'un trop grand enjeu que l'on met sur un évènement anodin, ou qu'on fait peser sur les frêles épaules de nos chers être aimés.

Ce n'est pas vraiment ce qui se passe qui est en cause. C'est juste qu'on a trop anticipé le côté « génial », et que la réalité nous rattrape.

C'est ce que j'appelle être déçu par le « syndrome Bienvenue chez les chtis »

  • Un film moyen fait des millions d'entrées et tout le monde te dit qu'il est génial pendant 3 mois, du coup tu te décides à aller le voir...
  • Bilan : le film est sympa mais sans plus, et te déçoit fortement. Si tu n'avais jamais entendu parler de ce film avant, ou que tu avais été le voir avant qu'il fasse le buzz, tu en serais ressorti avec le sourire en te disant que c'était sympathique.

On a tout vécu ça : on nous dit qu'un spectacle ou qu'un endroit est génial, et quand on y est on n'est pas du tout émerveillé...

...car on avait placé des attentes trop hautes sur cet évènement.

La plupart des gens qui ont déjà vu la Joconde au Louvre ou le Manneken pis à Bruxelles seront d'accord avec ça !

(oui les deux sont beaucoup plus petits que ce qu'on pense, et pas franchement à la hauteur des espérances des touristes qui ont parcouru des milliers de bornes pour les voir...)

Perso, c'était mon voyage au Japon qui m'avait déçu. Pas parce que le Japon est décevant (c'est cool là bas), mais parce que j'avais fantasmé des choses incroyables, bien loin de toute réalité.

(tu peux lire l'article pour te débarrasser de tous tes préjugés)

Parfois, on peut être déçu de quelqu'un qu'on aime. Parce qu'il ne réagit pas comme prévu à nos petites attentions ou à une proposition qu'on lui fait.

Et ça fait mal, parce qu'on mettait beaucoup d'espérances dans cette réaction.

Mais est-ce qu'on n'a pas trop anticipé le fait qu'il aimerait notre proposition ?


La solution pour gérer la déception et ne pas être déçu dans ce cas ?


Pour les films ou spectacles, évite les spoilers et de lire trop de critiques avant. Sois réactif et va voir les films rapidement, sans trop attendre qu'on t'en parle. Ne viens pas avec trop d'à priori, essaie de venir dans un état d'esprit de découverte.

La Joconde est belle. Mais elle souffre d'une trop grande réputation, ce qui fait qu'elle déçoit souvent. Mais si tu y vas en te disant "ok, on verra bien", tu aimeras peut-être beaucoup ce tableau. Ou peut-être pas. Mais tu ne seras en aucun cas déçu !

Pour les personnes qu'on aime, évite de te faire le film à l'avance de la soirée que tu vas passer avec elles, et à la place profite des surprises — parfois bonnes, parfois mauvaises — que l'autre te réservera par sa présence.

Car être déçu d'un événement ou être déçu de quelqu'un qu'on aime, c'est avant tout dans notre tête que ça se passe, avant même que l'autre n'ait fait quoi que ce soit.


Créer une situation d'abondance pour ne jamais vraiment être déçu


Voyons deux situations qui vont sans doute te paraître familières !

1
Situation n°1 : je suis déçu, c'est la caca, c'est la cata, c'est la catastrophe !

Imagine que tu n'as pas pris de vacances depuis 3 ans.

Tu détestes ton boulot, et la perspective de ce voyage est vraiment ce qui t'a fait tenir ces derniers mois.

Tu mets toutes tes économies dans un voyage dans un hôtel avec plage privée dans un pays chaud.

Problème : manque de bol, il pleut toute la semaine. L'hôtel étant en travaux, les activités promises sont quasi inexistantes.

Résultat : ton monde s'écroule. Tes vacances de rêve se transforment en cauchemar, et tu maudis le destin. Tu reviens au travail au bord de la dépression en te disant que tu ne tiendras jamais jusqu'aux prochaines vacances.

Ta déception est extrême, et cause de grosses souffrances.

2
Situation n°2 : c'est un peu décevant mais bah, c'est pas si grave ! (en mode David Goodenough)

Situation n°2 :

Tu voyages régulièrement (dès que tu le peux), et tu as déjà 2 autres voyages de planifiés dans les prochains mois.

Ton boulot est épanouissant, et tu prends du plaisir à y aller.

Tu as géré ton budget pour ne pas te mettre dans le rouge, et trouvé un appartement ou une auberge de jeunesse bien placée au cœur de la ville.

Problème : il pleut toute la semaine, ton hôtel ou appartement est moins bien que prévu.

Résultat : Pour le logement peu importe, de toutes façons tu n'avais prévu que d'y dormir, pas d'y passer tes journées. La pluie c'est un peu embêtant, mais vu que tu es bien situé tu peux visiter les monuments facilement et sortir ou aller au restaurant régulièrement.

Comme tu es dans un airbnb, tu peux sympathiser facilement avec les autres personnes de la maison, aller manger et boire un verre avec eux et rigoler.

Tu relativises en te disant que tes prochaines vacances sont dans 2 mois et que tu auras surement du soleil à ce moment là. Du coup tu passes quand même un bon moment.

Pourquoi la déception a été si grande dans la situation numéro un ?

Dans la première situation, l'enjeu de ces vacances est bien trop élevé pour que tu en ressortes satisfait(e). Tu as tellement espéré et idéalisé ces vacances que tu ne pourras être que déçu dès qu'un grain de sable viendra se mettre dans ton organisation.

Dans le second cas, l'enjeu est faible : certes tu es là pour t'amuser, mais tu sais que tu auras d'autres occasions bientôt. Du coup tu te laisses beaucoup moins affecter par des petites contrariétés, et tu t'amuses beaucoup plus.

comment être jamais déçu

J'ai personnellement testé ça récemment, je suis parti cinq jours dans le centre du Vietnam, où il a plu quasi en permanence. Ouch. 

Ma rando de deux jours en spéléo dans une grotte a même été annulée à cause des pluies diluviennes. Petite déception sur le moment, on est d'accord.

Mais j'ai passé un bon moment car je savais que je repartirai sur plusieurs autres destinations quelques semaines plus tard. J'avais un état d'esprit bien meilleur que si ces vacances avaient été les seules prévues, si bien que j'ai pu profiter à fond de ce week-end, malgré les conditions climatiques difficiles.

Je parle de vacances, mais cela peut aussi s'appliquer aux relations humaines : un rendez-vous amoureux ou professionnel par exemple.

Tu t'attends à être embauché dans le job de tes rêves, et là ton entretien avec un DRH arrogant te déçoit à fond. Ou tu t'imagines déjà dans les bras de Camille, à l'embrasser et lui dire des mots doux... avant de te rendre compte que Camille ne s'intéresse pas du tout à toi.

Voyons comment gérer ça avec deux nouvelles situations qui peuvent conduire à de grosses déceptions amoureuses si tu les gères mal :

3
Situation n°3 : il faut que je lui plaise, sinon c'est la fin du monde !

Tu as un rendez-vous avec une jolie fille ou le beau gosse du boulot.

C'est ton premier rencart depuis des mois, tu espères que ce rendez vous soit parfait et romantique, que tout se passe comme dans les films hollywoodiens.

Tu stresses énormément vu l'enjeu que tu mets dans ce rendez vous.

Ça ne se passe pas comme prévu car ton stress empêche qu'il y ait une bonne alchimie et une ambiance complice entre vous.

Ça te contrarie parce que ça ne se passe pas comme dans tes rêves, ce qui te stresse encore plus.

Game over. Et grosse déception dont il est dur de se relever.

4
Situation n° 4 : pour éviter d'être déçu : on verra bien !

Tu as rendez vous avec cette même personne.

Tu y vas détendu, en te disant que tu verras bien comment ça se passe.

D'ailleurs, si ça ne marche pas avec cette personne, tu proposeras un rendez vous à la petite blonde de la boulangerie ou au grand brun qui t'a laissé son numéro.

Comme tu ne mets aucun enjeu particulier dans cette rencontre à part passer un bon moment, tu es beaucoup plus à l'aise. Ton rendez vous se passe super bien, et tu séduis même peut-être cette personne.

La différence ? L'enjeu que tu as mis dans le rendez-vous.

Pour ne pas être déçu(e), il suffit de baisser l'enjeu, et de ne pas se faire de films à l'avance sur des vacances, un rendez vous ou toute activité de ta vie.

Et donc pour ne pas être déçu de quelqu'un qu'on aime... il suffit de ne pas anticiper ses réactions à l'avance, ni tenir de comptes : "j'ai fait ça donc il devrait faire ceci en retour".

Si tu fais ça : tu vas enchaîner déception sur déception.

Pour ne pas être déçu(e), il suffit de baisser l'enjeu. (Et de ne pas aller voir les Star Wars de Disney).

Click to Tweet

Relativiser et avoir un plan B pour n'être jamais déçu par tes proches ou une activité

ne plus jamais être déçu par un ami

C'est important d'avoir un plan B, pour ne pas se retrouver sans rien et limiter la déception en cas de lose intégrale.

Ça aide à développer une bonne capacité à rebondir au lieu de se morfondre.

La Joconde t'a déçue ? Retourne-toi, et admire les chefs-d’œuvre de la grande galerie du Louvre.

Un film t'a paru vraiment mauvais ? Marre-toi un bon coup en pensant au nanar que c'était, et va boire un verre avec des amis pour oublier ça !

Il pleut pendant tes vacances ? Profites-en pour visiter des choses intéressantes ou pour rencontrer des gens dans un café ou ailleurs. Ça peut d'ailleurs être un très bon sujet pour ouvrir une conversation : "Bonjour, je viens d'arriver en ville et je me demandais s'il y avait des choses sympa à faire ici quand il pleut !".

La brune avec qui tu avais rencart ne semble pas intéressée par ta personnalité ? Tant pis pour elle, la petite blonde à qui tu as parlé hier le sera sans doute !

Ton petit copain ne t'a pas préparé de surprise pour ton anniversaire ? Pas grave, car tu as prévu une méga fête avec tes copines le week-end prochain !

Bref, un plan B te sauvera souvent la mise et t'évitera d'être déçu.

Mon astuce secrète pour diminuer la déception et trouver des plans B

Pour trouver des plans B spontanément, la méthode que j'utilise c'est : changer les "pourquoi" en "comment" !


  • Au lieu de te dire "mais pourquoi la pluie vient gâcher mes vacances?" demande-toi : "comment je peux faire pour passer de bonnes vacances malgré la pluie?"
  • Au lieu de "Pourquoi les filles ne veulent jamais sortir avec moi?" demande-toi "comment puis je faire en sorte que les filles aient envie de sortir avec moi?", etc.

C'est juste un changement de formulation, mais ça fera un effet démentiel sur ton état d'esprit !

Ça fonctionne pour chaque injustice que tu ressens.

Parce que ça t'aide à reprendre le contrôle.

À ne plus subir les choses.

À devenir le maître de tes pensées.

Retrouve ton regard d'enfant pour n'être jamais déçu

La meilleure technique reste de faire les choses sans en attendre autre chose que le fait de découvrir et d'être surpris par le moment présent.

Un enfant de 3 ans peut s'émerveiller sur un bout de bois ou un caillou, et peut jouer des heures avec, même s'il pleut ou que tout est moche autour.

robot - changeons

Tu as été cet enfant un jour, cette part d'innocence est toujours présente au fond de toi, laisse-la juste remonter de temps en temps à la surface.

Rappelle-toi des moments de ton enfance où tu as joué avec trois fois rien.

Repense à cette fois où tu as sauté à pieds joints dans une flaque, parce que tu étais émerveillé(e) par la pluie. À cette fois où tu as passé la journée à construire une cabane dans la forêt avec 3 morceaux de brindilles.

Retrouve cet état d'esprit. Amuse-toi des pépins qui pourraient t'arriver. Trouve le positif dans chaque situation, en te demandant ce qu'un gamin de trois ou cinq ans pourrait trouver amusant.


A chaque fois que tu attends quelque chose d'une situation, tu te mets en position d'être déçu(e).

L'inversion de tes croyances, et la diminution de ta déception : ne plus être déçu de quelqu'un qu'on aime ou d'un événement, c'est facile en fait.

Adopte un regard neuf sur les choses.

Prends-les telles qu'elles arrivent, et non telles que tu espères qu'elles arrivent.

La vie est pleine d'imprévus, et c'est ça qui la rend si unique. Au lieu de te morfondre sur les opportunités perdues, sois ouvert(e) aux opportunités qui se présentent en face de toi.

C'est peut-être parce qu'il pleut et que ton hôtel était pourri que tu sortiras dans un café et que rencontreras la personne avec qui tu passeras le reste de ta vie.

C'est peut-être parce que le film est nul que tu auras eu envie de sortir ce soir là et que tu rencontreras quelqu'un qui deviendra ton meilleur ami.

Et c'est peut-être parce que tu t'es pris un râteau ce soir — ou que tu t'es fait larguer comme une vieille chaussette — que ton prochain rendez vous sera magique.

Alors ne sois pas déçu, mais ouvert aux opportunités qui s'ouvrent à toi. Ce simple changement d'état d'esprit pourrait bien t'ouvrir des perspectives complètement inattendues, qu'attends-tu pour essayer ?

La déception fait partie de la vie. Mais tu peux vraiment la diminuer. Je vois tellement de gens souffrir des attentes démesurées et des déceptions associées, que j'ai envie de les aider à relativiser. "Jamais déçu (e)", ça pourrait être ton slogan à partir d'aujourd'hui !

Dans le même thème je t'invite fortement à lire cet article, tu m'en diras des nouvelles : savourer chaque seconde de sa vie !


Grosse déception = gros regrets ? 


Avec le temps, je me suis rendu compte d'une chose : c'est que la déception du moment entraîne rarement des regrets à long terme.

Autrement dit, si tu es dégoûté parce que quelque chose n'a pas fonctionné comme prévu...

...il y a très peu de chances que ça soit un truc important dans ta vie.

Par exemple j'étais dégoûté et trop déçu de ne pas avoir eu une meilleure mention à mon bac : j'avais travaillé dur pour ça, et je pensais l'avoir.

Impact sur ma vie ? Zéro. Je ne bosse même plus dans le même domaine que mes études !

Mais en début d'article je t'avais promis un exemple étonnant pour se relever plus fort d'une déception. Le voici :

Être decu de quelqu'un qu'on aime : la déception qui a changé ma vie (en mieux)

Il y a quelques années, j'ai été déçu comme rarement de découvrir qu'une de mes amitiés était toxique. Quelqu'un que je pensais mon ami était en fait en train de me manipuler, et qu'il présentait toutes les caractéristiques d'un pervers narcissique.

Sur le moment, la déception avait été immense. Je pensais ne jamais m'en relever, car c'était arrivé dans mon groupe d'amis principal !

Cet ami, je l'aimais. Et il m'avait trahi.

On peut être déçu de quelqu'un qu'on aime profondément.

Impact sur ma vie ? Positif au final, car je ne suis pas resté dans mon confort de toujours voir ce groupe d'amis.

J'ai été obligé de devenir meilleur pour me faire des amis. Et j'ai rencontré des tas d'autres gens géniaux par la suite.

Ne pas être déçu, ça ne devrait pas être un but dans ta vie.

Car la déception fait partie des aventures que tu dois vivre.

Elle est nécessaire pour apprécier les bons moments.

Par exemple, sans cette amitié toxique, je n'apprécierais pas autant les amitiés saines que j'ai aujourd'hui.

Je n'aurais jamais non plus développé autant mes capacités à me faire de nouveaux amis, au point d'en écrire un livre (tu peux lire un extrait gratuit de ce livre ici d'ailleurs).

Je t'avais bien dit que les conséquences d'une déception pouvaient être étonnantes et très positives ! Écrire un livre sur l'amitié, je n'aurais jamais imaginé ça à l'époque !

Même si on est déçu sur le moment, on peut très souvent trouver un point positif.

Si tu veux à tout prix arrêter d'être déçu, tu risques d'arrêter de prendre le moindre risque. Ce n'est pas une bonne idée.

Je le répète : ne jamais vouloir être déçu de quelqu'un qu'on aime, c'est une erreur car tu ne t'ouvriras jamais assez aux autres.

Accepte qu'une part de déception fait partie de la vie. Comment ne pas être déçu ? Simplement en vivant beaucoup plus de choses positives que de déceptions.


Bonus pour moins être déçu de quelqu'un qu'on aime


J'aimerais que tu fasses un petit exercice : mets en commentaire de cet article la dernière chose qui t'a déçue, et on verra ensemble comment faire pour que la prochaine fois tu ne soies plus déçu(e) !

Des perles se cachent dans les commentaires (plus de 100 témoignages déjà), je t'invite à les lire ! Et c'est très varié : certains ont été déçus d'un ami, d'autres peuvent être déçu par quelqu'un qu'on aime... et certains sont déçus de ne pas avoir eu leurs examens.

ps : fais-le vraiment, ça peut être drôle et plein d'enseignements !

Tu peux également faire le test pour savoir si tu es vraiment heureux en ce moment.

Pour aller plus loin

Imagine une vie parfaite. Tu as accompli tes objectifs, tu es décontracté(e). Les défis t'amusent et te stimulent. Tu es heureux(se), et bien entouré(e). Tu sirotes un mojito au bord d'une piscine, en te rappelant l'époque où tu manquais de confiance en toi.


Et tu te dis que si tu n'avais pas travaillé ta confiance, tu n'aurais jamais accompli tout ça.

Dans ce livre, je t'aide à construire une vraie confiance en toi.

Je ne te garantis pas les mojitos et la piscine, mais si tu appliques les exercices pratiques du livre ta confiance explosera.

Hervé

Hervé Lero a fini par vaincre sa timidité maladive et à prendre confiance en lui à l'âge de 30 ans.

Aujourd'hui devenu consultant en timidité, il accompagne depuis 2013 des personnes motivées à vaincre leur timidité et à prendre confiance dans leurs capacités.

  • La dernière fois où j’ai étais déçue hier, en classe. Je me disais que cette fois, j’allais essayer de parler à tout le monde mais non, j’ai parlé à personne.

    • Si tu échoues dans un objectif, découpe le en petites parties jusqu’à trouver une chose applicable dès aujourd’hui.
      Par exemple ici tu as été déçue parce que ton objectif était trop grand et trop difficile (parler à tout le monde), commence par exemple par te dire : aujourd’hui je choisis de parler à une personne.
      Ca sera beaucoup plus facile à faire, et tu seras fière de toi. Si c’est encore trop difficile d’avoir une conversation entière avec quelqu’un de ta classe, dis toi : aujourd’hui je demande l’heure ou des feuilles à une personne. Et les jours d’après tu progresseras un peu plus.
      La déception est venue parce que ton objectif était un peu trop dur à atteindre, comme si tu te disais dès le premier jour où tu fais de la rando que tu devais grimper l’Everest dès aujourd’hui. Divise les en petites étapes atteignables dès aujourd’hui et progresse régulièrement, ça devrait le faire ! 🙂

  • Bonjour Hervé,

    La dernière fois où j’ai été déçue est lorsque j’ai prêté de l’argent à une amie. Quand j’ai eu vraiment besoin de cet argent, elle ne me l’a pas rendu et ne m’a plus jamais contacté. Je fais trop confiance aux gens en général et je suis souvent déçue mais peut-être est ce, comme tu le signalais dans ton article, que je mets un enjeu trop important sur ce que j’attend en retour…

    Très bon article, merci.

    • Merci Claire !
      Effectivement, il y a de quoi être déçu quand on se trompe comme ça sur quelqu’un : cette personne ne méritait clairement pas ton amitié (et d’ailleurs ce n’est pas une personne honnête, car quand on doit de l’argent et qu’on fait le mort pour ne pas rembourser l’autre ça en dit beaucoup sur les valeurs de cette personne…).
      Tu as effectivement surement surévalué cette personne, et donc tu attendais en retour des choses trop élevées. N’hésite pas même en amitié à dire non quand on te propose quelque chose qui te met en difficulté (ne prête de l’argent que si ça ne te pénalise pas), ou à te protéger avec une reconnaissance de dettes par exemple (sur un simple papier, ça prend 5 minutes), ce qui te permet d’aider la personne mais d’avoir un recours ou une preuve en cas de problème.

      Des pistes pour l’avenir : comme tu l’as dit mettre moins d’enjeu dans ce que tu attends d’une personne, et donc donner un peu moins au début peut-être, surtout si ça t’arrive régulièrement : une vraie amitié ne s’achète pas, ce n’est pas parce que tu prêteras de l’argent ou que tu rendras des gros services que tu auras plus d’amis, mais bien par ta personnalité et tes qualités au quotidien, sinon les gens que tu attireras seront des gens intéressés et qui profiteront de toi. Personnellement j’évite au maximum les histoire d’argent entre amis, je rembourse dès que possible mes amis même pour des petites sommes, et j’essaie de renvoyer l’ascenseur rapidement quand on me rend un service pour éviter les situations de gros déséquilibre (que j’ai connues par le passé et qui se sont mal terminées !). Donc n’hésite pas à dire non parfois ! 🙂

      • Merci Hervé pour tes conseils !!

        J’ai appris à dire « Non » à mes amis et à ma famille aussi depuis cette histoire. Maintenant, je ne me mets plus d’objectifs, je fais les choses parce que je dois les faire et surtout parce que j’en ai envie et je n’attends rien en retour, de ce fait, il y a moins de déception à la clé. Cette personne m’aura au moins appris cela. 😉

        En tout cas, ton site est super, on y découvre de bon conseils dans l’apprentissage du bonheur et de la réalisation de soi. Merci encore de nous faire partager cela.

        • C’est très bien si ça t’a permis de progresser, on apprend toujours de nos erreurs et si on a le bon état d’esprit on en ressort beaucoup plus forts et beaucoup mieux armés pour le futur !

          Merci beaucoup, et à bientôt sur le blog !
          Hervé.

  • Super article !

    Les attentes, ça te défonce ta réalité.

    Entièrement d’accord avec ton propos.

    Très bonne idée de remplacer les « pourquoi » par des « comment ».

    Ça fait plaisir de lire un article comme ça 🙂

    Merci Hervé pour le partage

    • Merci Damien, c’est sûr qu’on a trop tendance à avoir des attentes super élevées, et c’est génial quand on arrive à arriver à un évènement complètement vierge de jugement !

      A bientôt !

  • C’est tres joli comme article et ça fait vraiment un grand changement dans le fait de le lire qui inspire vraiment une certaine dose de confiance en soi et ainsi toujours avoir le sourire au bout des lèvres. C’est l’effet d’un visge ou une face toujours illuminé-e.

  • Bonjour Hervé

    Super article, et excellente idée de prévoir toujours un plan B, ou même plus, pour pouvoir rebondir immédiatement si les choses ne se passent pas comme on l’avait prévu.

    Quand j’étais enfant, j’avais eu une très mauvaise idée pour gérer les déceptions : m’imaginer le pire. (par exemple, avoir raté un examen alors qu’il me semblait l’avoir réussi, etc). Alors, évidemment, le résultat était souvent mieux que mes attentes, mais quand même… Visiblement, beaucoup de gens ont encore la même idée : beaucoup disent « Je m’attends au pire », « Je tends le dos », etc.

    Maintenant que je connais la Loi d’Attraction, il est clair que ce genre d’attitude ne fait que d’aggraver les choses. Maintenant, je me pose davantage de questions comme : comment retourner la situation en positif ? Et aussi, si c’est nécessaire : quelle partie de moi a attiré cette situation ?

    à bientôt.

    • Oui pendant des années je me suis imaginé le pire aussi, ce qui avait tendance à me tétaniser de stress !
      Oui parfois c’est très utile de savoir objectivement pourquoi on a attiré quelque chose de négatif (des fois ça vient de nous inconsciemment, parfois on y est pour rien et c’est juste le destin) et en parallèle de retourner les situations en positif comme tu le dis, et de profiter des mauvais moments pour mettre en place les graines d’une vie réussie.

      Merci pour ton témoignage !

  • Sandrine dit :

    Bonjour,

    La dernière fois que j’ai été déçue c’est il y a quelques jours. J’ai envoyé un mail à l’homme que j’aime ( nous ne sommes pas ensemble car il a peur d’être aimé) pour exprimer le mal qu’il me fait depuis notre dispute de fin juin et pour en discuter et s’expliquer. J’ai écrit ce mail sans le juger et avec respect. Mais il ne m’a pas répondu. Il continue apparemment à m’ignorer. Donc le fait qu’il m’ignore encore m’a fait du mal et m’a déçue car j’aimerais au moins qu’on puisse discuter et s’expliquer. Au lieu de rester dans le silence et dans le non-dit.

    • Bonjour Sandrine,

      Je pense que la déception ne vient pas en réalité du fait qu’il n’ait pas répondu à ton mail, mais bien au fait que tu t’es autant attaché à quelqu’un qui ne veut pas être en couple.
      Autrement dit, tes attentes sont trop élevées par rapport à ce qu’il peut vraiment t’apporter. Au fond de toi tu espères sans doute qu’il t’aime, alors qu’il t’a dit clairement que ça ne serait pas possible.
      Je ne connais pas la situation, mais ça ne m’étonnerait qu’à moitié que l’excuse d’avoir peur d’être aimé ne soit qu’une excuse pour t’éconduire sans te blesser. Maintenant, il tente une autre technique (t’ignorer) pour te faire comprendre que cet amour ne sera pas réciproque.
      Autrement dit, plus tu t’accrocheras à cette histoire qui n’a pas d’avenir et plus tu souffriras et plus tu seras déçue. Ca fait 3 mois depuis la grosse dispute que tu aurais pu tourner la page et que tu ne l’as pas fait.
      Ne t’en fais pas, on est tous passé par là : sors, rencontre de nouvelles personnes. Mets toi en situation d’abondance, et plus tu rencontreras d’hommes sympas et plus tu auras de chances de tomber sur quelqu’un qui lui t’aimera. On ne peut pas forcer quelqu’un à être amoureux de nous, on ne peut pas changer les gens. Il suffit donc de rencontrer quelqu’un qui soit d’avantage compatible !
      Bon courage à toi et à bientôt,
      Hervé.

      • Sandrine dit :

        Je pense que vous avez raison dans tout ce que vous me dites. Par contre dans ces cas là j’aurai aimé qu’il soit plus honnête avec moi. Car en 2013 c’est lui qui est venu me chercher en premier et me dire clairement qu’il voulait avoir une relation avec moi. On se plaisait de plus en plus par écrit sur facebook. Donc on s’est dit qu’on se rencontrerait pour apprendre à mieux se connaitre. C’est ce qu’on a fait et on se plaisait encore plus en face à face. Il m’invitait chez lui une fois par mois pour manger ensemble et passer l’après midi ensemble. Il m’envoyait tous les jours des sms, même simplement pour me dire de passer une bonne journée. On discutait aussi en message privé sur facebook tous les soir. Il me faisait beaucoup de compliments, et me disait aussi souvent que je suis belle. Et il m’avait même dit « Je t’aime » en message privé. Il me faisait aussi des cadeaux comme ça sans raison, juste pour me faire plaisir. Et au bout de 6 mois je lui ai avoué mes sentiments. Là il m’avait répondu qu’il préférait qu’on reste ami. Je lui avait dit ok même si bien sûr j’étais déçue. Et deux semaines après, il m’invite pour aller à la Fnac ensemble en me disant qu’il serait ravi de me revoir. Et il n’a jamais concrétisé cette invitation. Du coup deux mois après je viens chez lui sans le prévenir. Tout se passe bien, et à un moment donné on a même failli s’embrasser. Et depuis ce jour là, il ne veut plus que je vienne le voir chez lui sans le prévenir. Et il ne m’invite plus chez lui pour se voir. Par contre on se voit aux concerts d’un artiste qu’on aime beaucoup tous les deux. Et là à chaque fois tout se passe bien. On discute beaucoup, il me confie beaucoup de choses, on est très proche l’un de l’autre. Fin mai de cette année quand on s’était revu, il voulait même me ramener. Par contre dès que je lui montre de l’affection par écrit, c’est là qu’il commence à me rejeter. Alors qu’en face à face il ne me rejette pas quand je lui montre de l’affection. Et une chose que je ne comprends pas de sa part aussi, c’est que cette année fin avril il m’avait envoyé des sms coquins, donc je pensais qu’il voulait aller plus loin avec moi. Qu’il s’était enfin décidé. Et en fait non. Fin juin on a eu notre grosse dispute par sms en parlant de nous deux. Et depuis plus de nouvelles de lui, il m’ignore. Ce que je comprends pas avec cette homme c’est qu’il n’a jamais été clair avec moi. Une fois il me veut, et puis à un autre moment il ne me veut plus. Donc moi je ne sais plus où on en est au bout d’un moment.
        Mais là je pense que c’est clair puisqu’il m’ignore.
        Mais vous avez tout à fait raison quand vous dites « On ne peut pas forcer quelqu’un à être amoureux de nous, on ne peut pas changer les gens. »
        Depuis hier, j’ai décidé de transformer cette douleur en amour pour moi, mais aussi pour les autres, pour donner encore plus d’amour. Et je sors demain avec une amie, et dans une semaine on ira danser. Donc comme vous dites, sortir et rencontrer d’autres personnes. C’est ce que j’ai décidé de faire. Je tourne la page petit à petit.
        Merci de tous vos conseils et pour le courage!!
        A bientôt.
        Sandrine

        • Oui clairement il te fait perdre ton temps, et n’a pas les mêmes attentes ni le même degré d’implication que toi. Ce qui explique que quand tu lui as avoué tes sentiments ou que tu te rapproches de lui il fuit ou prend du recul, alors que quand ça reste léger (donc pas d’implication) il semble plus présent. Bref, il ne recherche pas du sérieux avec toi, là où toi tu aimerais d’avantage.
          Donc à mon avis c’est très bien que tu décides de penser à toi et de tourner la page, car cette relation ne t’apportera que beaucoup de déceptions.
          Sors, rencontre des gens, et d’ici quelques temps tu ne penseras plus du tout à lui, car tu auras rencontré mieux ailleurs !
          A bientôt,
          Hervé.

          • Sandrine dit :

            Je suis d’accords avec ce que vous dites. Merci pour tout! Et vos articles m’aident beaucoup.
            A bientôt.
            Sandrine

  • Bonjour Sandrine
    Je me permets d’ajouter une suggestion à tout ce qu’a dit Hervé.

    Tous les événements de notre vie sont miroirs d’une partie de nous-mêmes (mais pas de nous en entier), et c’est important d’analyser ces événements en se basant sur cette idée.

    Il dit avoir peur d’une relation amoureuse, il n’est pas clair dans ce qu’il exprime. Est-ce que des « parties de vous » (je le répète : pas « vous en entier ») se reconnaissent dans ces émotions et ce fonctionnement ? Leur origine, c’est toujours des vieilles blessures émotionnelles, différentes chez chacun, donc aucun jugement.

    Le meilleur moyen de tirer parti de cette expérience, c’est de les guérir au maximum (ça évitera aussi d’attirer de nouveau une relation comme celle-ci). Mais vous avez sans doute déjà commencé à le faire quand vous parlez de « transformer cette douleur en amour pour vous et pour les autres », et que vous vous remettez à sortir. Génial, plein de bonheur à vous. 🙂

    • Sandrine dit :

      Bonjour Claude,

      Depuis quelques temps, je me rends compte en effet que les évènements de notre vie sont le miroir d’une partie de nous-même. Oui une partie de moi se reconnait dans ces émotions. Car dans les deux premiers mois, il était très entreprenant avec moi par écrit et c’est même moi qui le freinait un peu car ça me faisait peur. Notamment parce qu’on a une grande différence d’âge. Et je lui avait dit qu’il ne valait mieux pas qu’on tombe amoureux. Mais ça ne nous a pas empêché de se voir et se revoir et à se rapprocher de plus en plus. Et en fait, au bout de 5 mois je me suis rendue compte que j’étais vraiment tombée amoureuse de lui. Alors qu’au départ je ne le voulais pas. Mais voilà ça s’est fait quand même, ça s’est fait tout seul. Mais comme lui m’avait dit qu’il avait peur d’être aimé dans le premier mois qu’on s’est connu, je ne savais pas s’il fallait que je lui avoue mes sentiments. Car j’avais peur de le faire fuir. Et puis finalement par honnêteté pour moi-même et par honnêteté pour lui, je lui ai avoué par écrit. Et c’est là qu’il m’avait dit qu’il préférait qu’on reste ami.
      Mais en fait c’est même moins que « ami » puisqu’il avait peur de me voir par la suite. Deux semaines après, il m’avait invité à aller à la Fnac avec lui car il sait que j’aime beaucoup y aller. Et il m’avait dit qu’il serait ravi de me revoir. Et puis en fait il n’a jamais concrétisé l’invitation. Aussi, il ne m’invitait plus chez lui alors qu’avant c’est lui qui m’invitait une fois par mois pour manger ensemble et passer l’après-midi ensemble. En fait, du moment où je lui ai avoué mes sentiments, notre relation a commencé à changer car il a commencé à s’éloigner de moi. Pourtant au départ, c’était lui qui voulait avoir une relation avec moi puisqu’il m’avait demandé si je voulais une relation sérieuse et si j’aimerais construire une famille. Et je lui avais dis oui. Et lui m’avait répondu, « moi c’est pareil ». Donc on était plutôt sur la même longueur d’onde au départ.
      Je pense que sa peur vient aussi du fait qu’il a été abandonné par sa mère quand il était petit. Et sa mère lui a toujours empêché de connaitre son père. Et encore aujourd’hui il continue d’en vouloir à sa mère alors qu’elle est décédée il y a un peu plus de deux ans. Ça faisait un mois un peu près qu’on se connaissait quand il a perdu sa mère. Mais j’étais là pour le soutenir, du moins par écrit. Puisqu’on ne s’était pas encore rencontré. Il avait mis un jour en 2013 un statut sur facebook en disant qu’il n’avait jamais été aimé. Et moi quand je l’aime et que je lui montre mon amour il finit par me rejeter.

      En tous cas, oui je suis en train petit à petit de guérir de mes blessures émotionnelles. Car ça fait un an et trois mois que j’ai entrepris un travail sur moi-même. Et je sens que j’avance, surtout depuis le mois d’avril de cette année, car j’arrive petit à petit à affronter mes peurs. Ce sont des petites victoires à chaque fois. J’aurais aimé que l’homme que j’aime aille vers ses peurs petit à petit pour les dépasser. Mais quand je lui dit qu’il a des peurs, il me répond que je dis n’importe quoi, que ce n’est pas vrai. Et pourtant c’est lui même qui avoue parfois la peur d’être aimé, mais aussi d’être jugé. Mais bon je ne peux pas le faire à sa place. De mon côté, j’ai décidé d’avancer, de vivre la vie que je veux vraiment et aussi de réaliser mes rêves. Je n’ai qu’une vie, donc je crois qu’il est temps de Vivre ma vie pleinement en enlevant les barrières et les limites que je peux me mettre à cause de mes peurs.

      Merci pour vos conseils et pour le bonheur. Je vous souhaite également plein de bonheur. 🙂
      Sandrine

      • De ce que tu nous dis, il ne partage malheureusement pas tes sentiments : dès que tu lui as avoué (et donc verbalisé), tu l’as mis face au fait qu’il n’était pas aussi attaché à toi que toi à lui. Ça lui a mis une pression supplémentaire, et forcé à rationaliser son attirance envers toi.
        D’ailleurs, contrairement à ce qu’on nous dit dans les comédies romantiques, verbaliser ses sentiments quand on n’est pas encore avec la personne ça amène dans le mur dans la grande majorité des cas, pour les mêmes raisons. C’est un peu mettre la charrue avant les boeufs, et ça ferait peur à beaucoup de monde. Si en plus il y a une peur de l’attachement à la base de son côté, c’est le cocktail perdant.

        C’est super si tu as cet état d’esprit d’aller de l’avant, il n’y a pas d’échec si on apprend de ses erreurs et qu’on s’en sert pour avancer, je suis sur que tu vas rebondir très vite vu l’état d’esprit que tu as en ce moment !

        ps Claude : merci pour tes interventions pertinentes ! 😉

  • Merci Sandrine.

    Le fait d’avoir été abandonné à 2 ans crée souvent une peur de s’attacher, c’est logique. En tout cas, bravo parce que vous êtes en train de vous en sortir, c’est super. 🙂

    • Sandrine dit :

      Oui je pense aussi que c’est logique et compréhensible.
      Merci Claude pour vos encouragements! 🙂

  • Dernière chose qui m’a déçu: une copine vient d’annuler le ciné qu’on devait se faire…

    • Ce n’est pas si grave, tu peux y aller quand même : perso le ciné c’est une des activités où je préfère aller seul qu’avec des amis : tu peux profiter du film, te faire un avis plus objectif, arriver pile au début de la séance après les pubs… Bref, vas y et amuse toi, avec ou sans ton amie ! 🙂

  • La dernière chose qui m’a déçu est la distance qui se met dans la relation avec ma meilleure amie. Depuis plusieurs mois j’ai le sentiment qu’elle prend ses distances, qu’elle est de moins en moins disponible, qu’elle répond par la négative à ms invitations, qu’elle ne prend presque plus la peine de répondre à mes messages… J’ai l’impression de faire de mon mieux pour que cette flamme de l’amitié crépite pour toujours mais plus le temps passe et plus je suis déçu..

    • Parfois les amitiés s’étiolent au fil du temps, par exemple parce qu’on n’a plus les mêmes envies, les mêmes attentes ou par éloignement géographique.
      Je te conseillerais de mettre ton énergie plutôt à bâtir de nouvelles amitiés saines plutôt que de t’épuiser à essayer de ranimer les braises de cette amitié : comme dans toute relation, si un des deux s’implique beaucoup moins que l’autre ça finit forcément par des frustrations. Tu fais beaucoup d’efforts, elle non. Laisse là revenir vers toi d’elle même, si elle ne le fait pas c’est qu’elle n’a plus envie de s’impliquer dans votre amitié, tu vas t’épuiser pour rien si tu attends que ça revienne comme avant.
      Vois d’autres personnes en attendant, quand tu arrives à devoir supplier quelqu’un pour qu’il accepte de te voir c’est qu’il y a un problème.

  • mathey veronique dit :

    Bonjour, votre article est sympa mais incomplet car à force d’être en attente d’un amour idéal (ce qui est mon cas) je suis de + en + déçue (personne souvent non dispo ou non intéressée par moi) et cela génère tant de frustrations chez moi que mon niveau d’attente remonte encore plus…. c’est un vrai cercle vicieux. Le pire c’est que je ne me classe ni dans les moches ni dans les imbéciles……dont c’est pire…….quoi faire ???
    cordialement
    Véronique

    • Peut-être peux tu revoir ta définition de l’amour idéal : par exemple, de mon côté je suis arrivé à la conclusion que ma relation de couple ne devrait être que la cerise sur le gâteau d’une vie bien remplie et heureuse. Autrement dit, je ne dépends pas du fait de trouver une copine pour être heureux : ça c’est mon job de vivre la vie dont je rêve, et si je le fais bien il est très possible que je rencontre la fille qui me correspond.
      Ainsi, plus d’attente du prince charmant ou de la princesse qui viendra te sauver d’une vie monotone, mais plutôt de quelqu’un qui t’accompagnera dans tes projets qui t’éclatent. Qu’en penses tu ?

  • Je suis toujours très decue de moi-même lorsque je n ai pas travaillé comme j aurais voulu. Quand je prevois de travailler un chapitre de Maths (je suis en fac) et que je repousse repousse pour ne pas le faire finalement.

    • Salut Amélie !
      Au lieu d’être déçue quand tu n’arrives pas à travailler ce que tu souhaitais, qu’est ce que tu penserais de te récompenser quand tu arrives à faire le travail souhaité ?
      Autrement dit, si tu arrives à travailler ton chapitre de maths efficacement, tu te félicites sincèrement, et tu t’accordes une récompense (aller voir ton film préféré, regarder un épisode d’une série que tu aimes, manger un carré de ce chocolat super bon, etc). Au bout d’un moment, tu associeras le fait de réviser à quelque chose d’agréable puisque si tu y arrives tu as une récompense cool au bout !
      Par contre, il faut vraiment que cette récompense ne vienne que quand tu as réussi, si tu regardes le film au lieu de réviser ça ne marche pas ! 😉

      • Merci pour ta réponse. C’est vrai. Se recompenser au fur et a mesure, ca encourage. Je vais essayer ca. Habituellement je trouve juste normal de travailler. Et dès que je ne fournis pas l’effort voulu, je suis décue de mon manque de volonté. J’avoue que je n’arrive jamais à réaliser mes plannings. Le premier jour c’est l’entrain de voir que tout peut être fait en x jours (souvent 4-5 jours en debut de semestre, et 8-10 jours en fin de semestre quand le retard me rattrape), et au bout de 2-3 jours je vois que je n’y arriverai pas et je suis toute démotivée.

        En tout cas ta réponse m’a encouragée 🙂

        • Cool si ça t’a encouragé : essaie en effet de voir ce que tu accomplis comme quelque chose de positif plutôt que des corvées à faire (dans ce cas si tu fais ce qui est prévu c’est juste normal et si tu ne le fais pas tu es déçue).
          Tu peux aussi te fixer des mini-challenges avec des récompenses au bout : hier j’ai fait 4 exercices, aujourd’hui j’essaie d’en faire 5, si j’y arrive je me prends un bon bain chaud en écoutant ma musique préférée derrière. 😉
          J’en parle un peu plus en détail ici : comment j’ai vaincu ma procrastination

  • Bonjour,

    Je suis facilement déçue par mes proches lorsque l’un d’entre eux ne tient pas parole ou une promesse. Cela me déçoit, me rend triste et me fait ruminer: « pourquoi ne m’a t elle pas dit que ce ne serait pas possible par exemple dés le début plutôt que de me faire miroiter ce projet ou cette chose »; ici en l’occurence je parle de mon petit ami, celui-ci vit à 6000 km d’ici, en Martinique, depuis quelques mois et m’avais promis avant de partir là-bas, qu’il me payerait la moitié des billets d’avion que je prendrai pour venir le voir, étant au chômage et lui en internat de médecine, il va sans dire qu’il gagne bcp mieux sa vie que moi en ce moment mais hier, en lui demandant, après avoir pris mes billets, s’il comptait toujours en financer la moitié, il m’a répondu que non, que la situation avait changé puisque j’avais décalée la date prévue, qu’il avait bcp de choses à payer aussi…Finalement, après que j’ai insisté, il a accepté de me rembourser la moitié mais lors de sa paye à la fin du mois, et que dans ce cas, à cette condition, il ne me payerait pas tout lors de mon séjour là-bas…
    De même, j’ai reparlé avec lui d’une fois où n’ayant plus de transport en commun en ville, je l’avais appelé pour venir me chercher (on habitait ensemble et était à 5 min en voiture du centre ville où j’étais), il avait refusé de venir me chercher et m’avait laissée rentrer seule à pied, minuit passé pendant que lui était au lit tranquillement, tout ça pour que « cela m’apprenne; et aujourd’hui quand je lui en reparle, il dit d’un côté que comme ça m’est déjà arrivée de rentrer seule (personne n’était là pour moi à ce moment et c’est arriver une fois), je n’avais pas à m’en plaindre, qu’il n’était pas mon larbin etc puis me dit quand même que si je l’appelais il ne ferait pas la même chose et viendrait me chercher mais je ne sais pas, je suis pas sûre de le croire… que faire pour arrêter d’être déçue par lui ? Ou peut être est ce moi qui suis trop exigeante ? Quand je lui dis qu’un homme amoureux pourrait presque offrir le billet d’avion à sa copine, il me dit que ce n’est pas une relation égalitaire et que ça montre que seul l’homme a envie que la femme vienne et qu’il est ds une position d’infériorité… qu’en pensez vous ?
    Je n’arrive pas à savoir si c’est moi qui suis trop exigeante ou égoïste, que je ne vois que le négatif ou si c’est un peu anormal ?
    Merci d’avance de votre réponse,

    Bonne journée

    • Salut Justine,

      Offrir le billet d’avion en entier, pour moi ce n’est pas être amoureux, c’est être un pigeon. 😉
      J’exagère un peu, mais personnellement je ne le ferais pas, sauf si la somme ne représentait pas grand chose pour moi. Déjà s’il paye la moitié c’est un beau geste. Dans un couple chacun doit s’assumer et s’investir un minimum pour que ça fonctionne, si c’est tout le temps le même qui paie ça créera un déséquilibre trop grand.
      Par contre ce n’était pas cool de sa part de revenir sur ses engagements, tu as bien fait d’insister pour qu’il tienne sa parole à mon avis. Ça me parait normal aussi qu’il ne te paie pas tout sur place et qu’il te rembourse quand il pourra, s’il n’a pas des moyens de folie non plus il faut bien qu’il s’arrange pour financer ton billet.

      Pour le fait de venir te chercher, tu as l’air de penser qu’il doit être à ta disposition et à tes petits soins 24h/24, ce qui crée ta déception et ta frustration : tu places trop d’attentes dans ton copain, si bien que tu ne peux être que déçue. Si le quartier craint par exemple, oui il aurait du venir te chercher. Sinon, un peu de marche à pied ça ne fait de mal à personne, pas de quoi à mon avis lui en vouloir pendant des mois. Mais je n’ai pas tous les éléments, je te dis ça juste en avis extérieur avec ce que j’en ai compris.
      Peut-être pourrais-tu lâcher un peu de lest au niveau de tes attentes. Ou alors tu devras trouver un homme prêt à se plier en 4 pour une femme, mais ce genre d’hommes souffre souvent du syndrôme du nice guy (des gens trop gentils et qui ne savent pas s’affirmer et se faire respecter) donc ce n’est pas forcément souhaitable non plus.

      En revanche la question que tu peux te poser, c’est celle de la relation à distance : es-tu prête à vivre ça à long terme, sachant que ton manque de moyens fera que vous vous verrez très rarement ? Seule toi pourra répondre.

      Je te donne le lien d’un article qui pourra te plaire et qui parle de réciprocité dans les relations : http://changeons.fr/mes-amis-sont-des-ingrats/

      À bientôt sur changeons !

      • Hervé et Amélie, je vous remercie beaucoup pour vos réponses très rapides! C’est la première fois je crois que j’écris sur un forum/blog et je trouve ça vraiment intéressant d’avoir les points de vue (même si vous n’avez pas tous les éléments mais ce n’est pas grave) d’autres personnes « neutres », d’avoir des avis objectifs autres que ceux des proches, des amis etc, cela permet d’ouvrir un peu plus son esprit et de se conforter (ou non) sur la perception que l’on a de notre situation.
        Hervé, je suis d’accord avec toi sur le fait que chacun doit s’investir dans un relation et qu’il ne doit pas y avoir (ou du moins le moins possible) de déséquilibre mais je pense aussi qu’il faut savoir s’adapter selon les périodes de vie et les moyens de l’autre (pour répondre au problème « financier »), je parle de mon couple et chaque situation est différente mais voilà comment je voyais les choses: je suis partie au Canada pendant 9 mois il y a 2 ans, mon copain ne supportait pas la distance (ne mangeait plus, déprimait, faisait des crises de jalousie à chacune de mes sorties, je passais des nuits à lui raconter mes soirées pour le rassurer, je laissais même parfois Skype la nuit quand je dormais pour qu’il aille mieux etc) c’est pourquoi il prenait des billets d’avion tous les 1 mois et demie environ en prenant sur ces économies, empruntant de l’argent pour venir me voir; j’étais très heureuse de le voir évidemment mais il s’agissait de sa volonté avant tout, sauf qu’il y a qq temps il a commencé à me reprocher de ne pas faire comme lui, de ne pas prendre sur mes pauvres économies pour lui rendre la pareille. Or comme il venait me voir souvent au Canada, je prenais en charge toutes les dépenses le concernant sur place, afin justement de contrebalancer le fait qu’il payait des billets d’avion.
        ce qui est normal pour moi. Ensuite, à la fin de mon M2, j’ai commencé à travailler, lui était encore externe donc très peu payé, ce qui fait que la grande majorité des dépenses, restau, sorties etc me revenait, encore une fois, je gagnais ma vie très bien et je trouvais ça logique et équitable. Depuis fin décembre, je suis au chômage et suis une préparation pour passer un concours; je suis allée en décembre le voir en Martinique (j’ai payé mon billet) et il m’a payé (en contrepartie et parce qu’aussi il avait été particulièrement méchant à mon arrivée…) la grande majorité des dépenses du séjour. Encore une fois, je trouve ça à peu près équitable (même si je regrette qu’il ait dû se rattraper pour les mauvais moments passés au début). Donc quand il m’a dit que non seulement il ne voulait pas payer la moitié du billet cette fois alors que je vis quasiment sur mes économies mais qu’il fallait marchander… ça m’a vraiment déçue, et j’ai vraiment eu l’impression qu’il y avait un déséquilibre: il voulait que je vienne absolument mais ne faisait pas d’effort comme il l’avait promis. Bref, je ne lui demandais pas non plus de me payer l’entier billet ce qui est bien sur beaucoup j’entends bien, même si je ne trouve pas que cela fasse pigeon non plus. Pour moi un pigeon c’est quelqu’un qui fait beaucoup d’effort pour qqn qui ne donne rien ou quasiement rien en retour, or ce n’a jamais été le cas. Par ailleurs, je doute également quant à ta qualification du syndrome de nice guy pour l’ensemble des « gentils garçons », bien sûr qu’il y en a qui se laisse marcher dessus par des pestes qui en profitent mais j’en connais également plusieurs qui sont très gentils, très attentionnés envers leur copine/épouse et qui savent se faire respecter et affirmer leur position quand il y a besoin, leur dévouement n’enlève absolument rien à leur virilité.
        C’est comme me dire pour justifier l’absent de cadeau de Noel en janvier (encore une fois, je me fiche totalement du cadeau une carte m’aurait suffit amplement): « ah bah je t’ai payé des trucs pendant ton séjour, on va dire que c’est ça ton cadeau…!) alors que non, pour moi c’était normal, je lui payais son séjour quand il venait au Canada et vice-versa quand je suis venue, surtout qu’il avait été plus que désagréable avec moi!
        J’essaye comme tu le dis Hervé de limiter mes attentes pour être le moins déçue possible mais c’est parfois difficile; concernant la question de venir me chercher en ville alors que j’étais à pied, je ne suis pas du genre à demander de l’attention H24 de l’autre, bien au contraire, je suis plutôt qqn de gentil et calme qui a tendance à faire tout pour faire plaisir à l’autre tandis que lui pensera à lui d’abord, puis à moi juste après (j’exagère le trait mais c’est un peu ça, mais ça évolue positivement heureusement), j’aime me débrouiller par moi-même et essaye de dépendre le moins possible des autres, afin de ne rien devoir à personne. Néanmois, ce soir là j’avais raté le dernier tramway pour rentrer chez moi, m’étant tromper d’horaire, je l’ai donc appelé pour venir exceptionnellement me chercher, je n’ose quasiment jamais lui demander de m’emmener nulle part (sous peine qu’il me dise être considéré comme un taxi/un larbin), or dans cette situation, il n’était pas loin en voiture (5 min), ne dormait pas, et je trouvais ça ridicule de payer un taxi pour une telle distance alors que mon ami était tranquillement à la maison (mais finalement j’aurai du je pense, plus sécurisé), n’ayant pas le permis, je suis habituée à marcher parfois jusqu’à 30 min pour arriver à destination donc pas une question de flemme… or le problème c’est que pour rentrer je ne devais pas traverser un lotissement mais toute une avenue de nuit puis le quartier de la gare connus pour les dealers/prostitués etc donc plutôt craignos comme dans la majorité des grandes villes. Je sais bien que j’aurai dû prendre un taxi, et c’est aussi de ma faute, mais cette indifférence « donneuse de leçon » m’a vrmt blessée. Je ne comprends pas comment on peu aimer qqn plus que tout et le laisser seul dans ce genre de situation. Lorsque j’en ai parlé à ma famille et amis, tous étaient scandalisés, et tous sans exception me disaient que leur copain/copine s’ils en avaient ne les aurait jamais laissé seuls.
        Mais voilà, là où je trouve le point de vue d’Amélie très intéressant (très perspicace j’ai envie de dire ^^’), c’est que je pense aussi que mes inquiétudes sur ces « détails » cache des doutes plus grands, mais sur lesquels en effet j’ai du mal à mettre des mots, ayant peu confiance en moi je travaille justement là dessus grâce à l’hypnose et en lisant des livres là dessus, afin de savoir ce dont j’ai réellement besoin pour m’épanouir et me sentir bien avec moi même, être moins dépendante des humeurs de l’autre pour trouver mon bonheur. Lui suit une thérapie également pour son impulsivité, son stress et son anxiété quasi constante (il a eu une enfance très difficile, sa mère et lui subissant les coups du père) qu’il a reproduit un peu avec des violences verbales vis à vis de moi par le passé, donc je pense que cela apaisera aussi les frustrations de l’un et de l’autre. C’est sûr qu’on ne devrait se préoccuper que d’être ensemble mais étant ensemble depuis plus de 5 ans et sa thérapie n’ayant commencé que récemment, je dois être plus conciliante en attendant que ça aille mieux… ou alors on avisera. Tant qu’il y a de l’amour… il y a de l’espoir comme on dit! 😉
        Bref, merci de m’avoir lue si vous en avez eu le courage! lol Mais c’est difficile de s’expliquer sur qq évènements à partir d’un contexte particulier.
        Et merci encore pour vos pistes de réflexion utiles,

        Bonne soirée à vous!

        Justine

        • Effectivement je m’étais un peu fait une fausse idée en lisant ton premier message, ça m’avait donné l’impression que tu espérais trop de choses et que tu attendais que ton copain fasse trop de choses pour toi. Avec la mise en perspective et le passé de votre relation, chacun paie à son tour quand il en a les moyens, ça parait beaucoup plus sain que ce que j’avais compris au premier message, c’est pour ça que je parlais du risque d’être un pigeon dans le cas de relation trop déséquilibrée, mais ça ne semble pas être le cas du tout d’après les précisions que tu nous donnes. Amélie avait mieux compris la situation que moi, bien vu ! 😉

          J’ai l’impression que le problème cette fois-ci c’est qu’aucun de vous deux n’a vraiment l’argent pour ces billets, et que du coup ça coince un peu. En tout cas pour cette fois.

          Tous les gens gentils ne souffrent pas du syndrôme du nice guy, ça touche juste les gens trop gentils (d’ailleurs il y a l’excellent livre « trop gentil pour être heureux » qui en parle très bien), tu as raison de préciser ce point : on peut être gentil et bien dans sa peau, je pense d’ailleurs être dans cette catégorie, même si avant j’étais un peu nice guy 😉

          Pour le taxi, si l’endroit est un peu glauque, c’est très moyen de te laisser rentrer seule. C’est peut-être juste très maladroit, s’il te dit qu’il ne le refera plus c’est peut-être qu’il a regretté après coup.

          S’il est en thérapie, et toi en travail sur toi même, ça vaut le coup d’attendre un peu les résultats, et de voir ce que ça peut donner : c’est super que vous ayiez tous les deux une démarche positive. N’hésite pas à communiquer avec lui : il y aura forcément une période de rodage où la communication sera très utile (je te conseille de ne pas lui faire de reproches si possible, le complimenter sur ses progrès plutôt que de le critiquer sur ses erreurs, ça devrait décupler ses progrès !)

          En tout cas félicitations, ce n’est pas facile de vivre une relation à distance et vous semblez vous débrouiller assez bien pour l’instant, et sur la durée en plus ! 😉

          Bonne soirée à toi aussi,
          Hervé

    • Bonsoir Justine,

      En te lisant je me suis demandée s’il n’y avait que ces petits ajustements de prix d’avions et de voitures qui t’ennuyaient ou si d’autres choses restent en arriere tête mais que tu n’arrives pas à mettre les mots et que tu cristallises ton ressenti sur ces détails 🙂

      Après je suis une très grande idéaliste (cad que j’ai de très haute aspirations), tout en sachant que tout le monde ne peut ni les partager ni les comprendre. Effectivement pas tout le monde, mon amoureux oui.
      Je crois que ce qui fait la difference dans la perception des situations du quotidien (etre venu ou pas te chercher etc), c’est le sentiment d’un amour confiant et durable que l’autre éprouve pour toi.

      S’il sait te montrer son amour, sa confiance en toi, et surtout te mettre toi en confiance sur l’avenir et la valeur qu’a cette relation à ses yeux, tu n’irais peut-être pas soupeser chaque scènes de la vie quotidienne pour savoir si ta deception est fondée ou non 😉

      Ce n’est qu’une piste de réflexion 🙂

      Et sinon si c’est le début d’une relation (mais pas que) tu peux jouer de cette indépendance, de cette force à réaliser les choses seule, sans qu’on vienne te chercher etc 😉 meme si il fait froid et t’as la flemme 😉
      Je ne te propose pas de faire semblant d’être une femme extremement libre et independante parce que c est sexy 😉 Je suis sure que tu l’es deja, mais chacun a son petit point faible question courage et se challenger sur des petites choses comme ca, nous redonne une force interieure, une conviction de notre valeur/courage/bravoure. Et je crois que rien n’est plus désirable qu’une femme sûre de sa valeur, conquérante car elle a déjà conquis 😉

      Pour l’avion, j’ai été plusieurs fois dans cette situation. Je fus celle qui a payé les avions pour l’autre ou qui s’est déplacée plus souvent (dépense de temps et d’argent). Et je fus aussi celle a qui ont a avancé les tickets etc. Dans l’un ou l’autre cas, cela n’a pas changé le déroulement de mes differentes relations. Celles qui se sont finies, l’ont été pr d’autres raisons que la distance et l’auraient inéductablement été. Et avec mon amoureux le plus important était de se voir, de rester proche le plus souvent pr la complicité et le lien, l’argent n’est qu’un moyen, il glisse. Il ne faut pas etre trop materialiste. Ca veut dire aussi ne pas avoir l’impression de faire qqchose d’extraordinaire quand on lui offre des vacances/un diner/l’avance d’une facture. De même ne pas estimmer son amour sur l’argent qu il est prêt à debourser pr un resto etc…

      Ce qui est difficile car on est rassuré plus facilement par des preuves d’amour qu’on peut additionner 🙂

      En esperant t avoir donner qqs idees ou au moins divertie ce soir 😉

      Je procrastine alors je me sauve maintenant 🙁

      • Belles pistes de réflexion, merci pour ce partage Amélie ! 😉

  • Nathalie dit :

    Après plusieurs projets mis en place ou des associations avec d’autres personnes pour créer des projets dans mon entreprise, la majorité n’ont pas fonctionné. Je n’ose plus rien entreprendre, je n’y crois plus. Je suis plus que déçue, je suis découragée.

    Merci de m’avoir lu
    Nathalie

    • Ne te décourage pas, chaque échec te rapproche du succès. Edison a fait près de 1000 essais avant de réussir à créer la première ampoule.
      J’ai envie de partager avec toi une citation d’un grand philosophe (ou presque, vu que c’est Rocky Balboa) :
      « Ce qui compte, c’est pas la force des coups que tu donnes, c’est le nombre de coups que tu encaisses tout en continuant d’avancer. Ce que t’arrives à endurer tout en marchant la tête haute. »

      Continue à faire des projets. Le jour où tu y arriveras, tu seras super fière.

      • Nathalie dit :

        Merci pour le suivi. Je vais essayer d’y croire fort fort. 🙂

  • La derniere fois ou j’ai été deçue c’est quand j’ai cru etre enceinte et que la reaction de mon homme a été de me demander d’avorter alors que je pensais qu’il m’aimais…
    Du coup je pense l’avoir trop idéalisé….

    • Salut Stephe,
      Aimer quelqu’un et vouloir des enfants ce sont deux choses complètement différentes.
      Essaie de communiquer au maximum avec lui pour connaître son avis et ne pas rester sur un malentendu.
      Tu peux être fou amoureux mais ne pas vouloir faire d’enfant par exemple. Ou vouloir attendre quelques années par exemple. Je ne connais pas ton copain, il n’y a qu’en communiquant que tu sauras les raisons.
      C’est un choix qui se fait à deux, il faut que les deux en aient envie et soient prêts. Là il a surement eu un gros coup de peur ou de pression quand tu lui as annoncé, c’est qu’il n’était pas prêt tout simplement, pour diverses raisons que tu pourras découvrir avec lui.

      • Bonjour Hervé
        Merci pour la reponse. Je sais qu’aimer et vouloir des enfants c’est different. Seulement l’homme dont je suis tombée amoureuse n’aurais pas pu réagir comme ca…. Je le vois differemmment maintenant du coup…
        Heureusement je ne suis pas enceinte.
        Je ne le pensais pas comme ca. Et on a discuté et ca a débouché sur une dispute.

        • Je pense que c’est important que vous arriviez à communiquer là dessus sans vous disputer, sinon ça restera un doute dans ton esprit et ça t’empêchera de vivre sereinement ta relation, tu ne crois pas ?
          Visiblement ça t’a beaucoup déçue son attitude, essaie à l’occasion de lui demander ce qu’il a ressenti de son côté (sans lui reprocher son attitude, en mode communication non violente si tu connais).
          Je t’avoue que je ne sais pas du tout comment je réagirais dans ce genre de situation (annonce de grossesse indésirée), je pense qu’il a paniqué, mais ça serait bien que tu aies son point de vue sur la question. 😉

          • Merci Hervé
            C’est bien d’avoir un avis neutre sur la question. En tout cas encore merci d’avoir pris la peine de me lire et me repondre aussi vite! C’est genial des gens comme vous dans ce monde. 🙂

          • Merci pour tes encouragements, ça fait plaisir ! À très vite sur changeons, au plaisir d’échanger avec toi à nouveau. 😉

  • Hier j’ai fait une marche sur un glacier: le perito Moreno en Argentine.
    On m’avait dit qu’on irait dans les crevasses et montré de superbes photos.
    J’ai rallongé mon temps prévu dans la ville pour avoir une date disponible pour effectuer ce tour.
    Au final nous n’avons pas été dans les crevasses, nous avons juste marché.
    J’ai l’impression d’avoir perdu mon temps et de l’argent.

    • Oui, c’est un classique quand on voyage : on s’attend à des merveilles d’un endroit, on a vu des photos magnifiques (sans se douter que pour avoir ces conditions de lumière elles ont été prises à 6h42 du matin au solstice d’hiver une fois tous les 5 ans). Et au final, c’est moyen ou moins bien que ce qu’on pensait. Encore une fois, ce sont nos attentes qui flinguent le moment : si tu ne t’étais pas attendu à un truc spectaculaire, est-ce que tu n’aurais pas apprécié une balade sympa sur un glacier ?
      Après si c’est un organisme touristique qui t’a vendu des choses qui n’existaient pas je comprends ta déception, j’espère que tu as passé des bons moments quand même dans cette région, ce qui t’aidera à surmonter la déception 😉

  • Bonjour Hervé,

    Voilà pour ma part cela fait deux ans que je côtoie le même club de gym, donc naturellement je me suis fais des amis. Un groupe d’ami a lequel je tenais beaucoup. Mon ex, que j’ai quitté îl y a quelques mois s’est inscrit à ce même club de gym. J’ai tout de suite prévenu mes amis que mon ex est dans le même club et que la connaissant elle va sûrement vouloir se rapprocher d’eux pour mène faire du mal. Tous on était très supportif et m’on affirme que jamais îl ne serait ami avec elle. Voilà, quelque temps après elle est arrive à ses fins, elle est partie intégrante du groupe j’ai perdu mes amis à qui je faisais confiance, j’ai du changer de gym et la plupart ne m’adresse plus la parole. J’ai une haine en moi tellement forte je la déteste et en même temps trahi par mes amies aussi. J’attendais d’eux qu’ils me soutiennent comme îls l’avaient mentionné. Comment passer outre cette situation ? Merci