Pourquoi les préjugés sont dangereux, et un moyen de les éliminer - Changeons

Pourquoi les préjugés sont dangereux, et un moyen de les éliminer

On grandit dans un monde rempli de préjugés. De par notre éducation, les personnes que l’on a côtoyées, les programmes TV que nous avons regardés, nous avons été forgés à nous faire des fausses idées sur les gens.

Alors, comment prendre conscience de ses préjugés, et surtout comment s’en débarrasser ?

Qu’est ce qu’un préjugé, et en quoi ça me concerne ?

Par définition, un préjugé est le fait d’adopter des opinions en l’absence d’informations ou de pratiques suffisantes.

Ils sont souvent liés à des fausses croyances populaires, et sont particulièrement dangereux dès lors où ils vont amener des comportements haineux envers des personnes injustement stigmatisées pour leur appartenance à un groupe ethnique, à un pays ou tout simplement à un groupe de personnes (les blondes par exemple pour prendre un exemple à priori soft).

Les préjugés sont ils tout le temps faux ? Oui et non. Ils sont faux dans le sens où ils représentent une énorme exagération de la réalité jusqu’à lui donner des proportions ridicules. Pour l’exemple des blondes, il y a effectivement quelques blondes idiotes, à partir de là un stéréotype s’est développé jusqu’à être généralisé, et à donner l’idée que toutes les blondes sont bêtes.

Le problème, c’est qu’à force de répéter ce stéréotype, on finit par l’assimiler et à y croire. Même si c’est formulé sur le ton de l’humour, à force ça s’ancre dans notre cerveau.

Une étude avait été menée, on avait fait croire à des enseignants que certains de leurs élèves étaient surdoués et que d’autres avaient un QI faible en leur donnant une liste de noms aléatoires : à la fin de l’année, les élèves dont on avait vanté l’intelligence avaient des résultats bien meilleurs que ceux dont on avait dit qu’ils étaient bêtes. On pourrait faire un parallèle avec le stéréotype des blondes, si on croit qu’elles sont bêtes, elles finiront par le devenir (car moins encouragées, dévalorisées par exemple), et par justifier le préjugé, donnant alors raison à l’idée fausse de départ. C’est pourquoi nourrir un préjugé et un stéréotype est extrêmement dangereux !

 Nous avons tous des préjugés. Il ne faut pas s’en vouloir pour cela, mais bien essayer de comprendre qui sont ils et comment lutter contre.

carte du monde - changeons

Faire une liste de ses préjugés

Le but du jeu, ça va être ensemble de faire un petit tour d’horizon de nos préjugés, et d’essayer d’en faire sauter une partie. Plus vous aurez de préjugés, et plus vous aurez de chances de vivre dans la haine, dans la peur ou dans une fausse réalité.

Les préjugés sur les régions ou les villes, par exemple :

  • les bretons sont alcooliques
  • les gens du nord sont bêtes
  • les parisiens sont malpolis
  • les corses sont des mafieux
  • les banlieusards sont des racailles

Essayez de lister vos préjugés sur les régions françaises, je suis certain que tout le monde en a.

Les préjugés sur les étrangers, par exemple :

  • les italiens / les arabes sont des voleurs
  • les français ne se lavent pas
  • les allemands sont froids
  • les portugaises sont poilues
  • les belges sont idiots

C’est surement la catégorie où on a le plus de préjugés. Ces préjugés sont très dangereux, car ils sont souvent à l’origine des votes d’extrême droite, de haines et de racisme au quotidien, voire de violences, de conflits, de communautarismes ou de guerres.

A cause de ces préjugés, on rejette une amitié, une discussion, une interaction qui sera peut être géniale avec quelqu’un juste parce qu’on croit qu’il est moins bien que nous.

Les préjugés, c’est de l’ignorance, ni plus ni moins.

Alors pour lutter contre, il va falloir s’instruire.

Et le meilleur moyen de le faire, c’est de voyager. De rencontrer les catégories de gens qu’on a jugés sans les connaître, et de le faire en oubliant ses préjugés initiaux.

En ayant conscience de vos préjugés, vous allez pouvoir les remettre en question.

Quand vous voyagez, sortez de la zone des hotels et clubs. Sortez, vivez un petit peu comme les locaux et parlez leur au maximum. Quand vous visitez une ville, ne vous contentez pas de voir les monuments principaux, mais baladez vous dans les rues aux alentours pour mieux connaître la ville vraiment et pas seulement les vues de type cartes postales qui rempliront juste un peu plus vos préjugés.

Bien sûr, il est difficile de voyager partout, dans toutes les régions ou tous les pays du monde. Certes. Mais vous pouvez aussi rencontrer des gens différents dans votre ville : pour cela, vous pouvez aller à des soirées d’expatriés par exemple (les meet ups, soirées polyglottes, cours de langue, rencontrer des étudiants étrangers si vous êtes étudiant). Ou à défaut sur internet, mais l’impact sera bien moindre par rapport à une vraie rencontre.

Pourquoi je vous conseille ceci ? Et bien tout simplement parce qu’en faisant ça vous allez discuter avec plein de gens, de plein de cultures différentes. En quelques soirées de ce type, j’ai parlé à des américains, des marocains, des chinois, une islandaise, un irlandais, des allemands, des anglais, des roumaines, un flamand, un brésilien et j’en oublie ! Et croyez moi, discuter ne serait ce qu’une demi heure avec chacune de ces personnes a radicalement changé ma vision des choses sur leur pays et a complètement effacé les préjugés que j’avais auparavant.

Pour cela, cet article pour apprendre l’anglais facilement vous sera d’un grand secours : vous ferez d’une pierre trois coups : vous améliorerez vos compétences linguistiques (ce qui vous apportera tant sur le plan personnel que sur votre CV), diminuerez vos préjugés, et sortirez de votre zone de confort afin de devenir plus confiant.

Pour chaque préjugé que vous avez, vous devez trouver un contre exemple. Pour que votre cerveau comprenne que ce n’est pas une vérité, vous devez lui donner concrètement du grain à moudre.

Si pour un mot donné à chaque fois vous avez le préjugé d’une image noire, il vous sera très difficile de nuancer votre pensée juste par la théorie. Mais si par la pratique vous avez deux ou trois images blanches qui s’associent à ce mot, alors votre cerveau aura les 2 informations, et verra les choses en gris, peut être même en blanc.

Dans mon cas, pour reprendre un cliché que j’avais : « les allemands sont des gens distants et froids ».

J’ai discuté une première fois avec un allemand, et j’ai passé un bon moment : ça a mis à mal le préjugé. Puis, la fois suivante, j’ai rencontré des allemands très sympas qui m’ont même payé un verre. Maintenant, il m’est quasiment impossible d’imaginer les allemands comme des gens froids, le préjugé a complètement disparu !

Que faire si vos rencontres confirment un de vos préjugés ? Continuez à travailler dessus, jusqu’à trouver des contre-exemples. Vous trouverez quelques bretons alcooliques, mais vous en trouverez aussi qui n’aiment pas boire, ne vous arrêtez pas à vos premières expériences négatives pour ancrer définitivement un préjugé.

Plus vous vous ouvrirez au monde, et plus vos préjugés voleront en éclat. Et plus vous vous sentirez libres et proches de tous les autres peuples et régions, et vous passerez de biens meilleurs moments à vous amusez avec ces gens plutôt que de rester dans votre coin à les critiquer !

D’ailleurs regardez : les villes où les votes d’extrême droite sont les plus importants sont souvent des villes isolées : des gens renfermés sur leurs peurs et leurs croyances au point de rejeter tout ce qui vient de l’extérieur, les gens venant d’autres cultures en premier.

Avoir moins de préjugés, c’est aussi maximiser vos chances d’être heureux : en voyageant et en découvrant plein de nouvelles choses, en rencontrant des personnes inspirantes de différentes cultures vous aurez plus de chances d’atteindre votre équilibre que si vous restez chez vous à parler à personne. Voyagez, vivez vos rêves, dressez par exemple la liste des 30 choses à faire avant de mourir et faîtes en une ou 2 dès cette année !

Faire évoluer les mentalités

Si vous êtes amenés dans votre famille ou à votre travail à côtoyer des gens bourrés de préjugés, ne les attaquez pas de front : si vous les traitez de racistes par exemple, ils nieront et s’enfermeront encore plus dans leurs pensées néfastes.

On ne peut pas changer quelqu’un qui ne veut pas changer. On peut juste essayer de le mettre dans la bonne voie, et pour cela le mieux je pense est de raconter des anecdotes qui mettent en valeur les gens qu’il ou elle critique, pour apporter de la nuance à leur raisonnement. Ça sera souvent frustrant car il est très difficile de faire changer les gens d’opinion s’ils ne le souhaitent pas, mais ça ne coûte rien d’essayer : de temps en temps vous ouvrirez les yeux à une personne, et vous aurez cette satisfaction d’avoir œuvré à diminuer ses préjugés.

Maintenant vous avez un outil supplémentaire, en partageant cet article pour aider à diminuer les préjugés de votre entourage !

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à lire les articles suivants :

PS : cet article est un peu différent des articles habituels du site, il traite d’un problème plus sociétal : dîtes moi ce que vous en avez pensé, si le ton vous plaît ou si vous préférez des articles plus légers. Et surtout dites moi si vous êtes d’accord avec cet article, et quelles sont vos astuces pour lutter contre les préjugés au quotidien !

 

Partager
  • Jang dit :

    Monsieur Lero bonjour, je tenais d’abord à vous féliciter pour votre article qui se veut très objectif et dans lequel j’ai eu l’impression de me reconnaître.
    Maintenant j’ai une question que je me pose. Je suis en Chine depuis maintenant 4 ans et je me suis intégré. Maintenant j’ai l’impression que d’habiter en Chine m’apporte plus de préjugés et moins innocents qu’avant d’avoir quitté la France. Préjugés sur les français, sur les chinois et sur certains comportement. Par exemple comme la chine est en essort et que le capitalisme, même s’il ne faut pas le dire, est poussé à l’extrême au niveau économique, ainsi énormément de chinois sont individualistes à l’extrême jusqu’à ne pas réagir quand quelqu’un est en danger dans la rue. Le problème de ce préjugé c’est que c’est un préjugé sans en être un. Je sais que ce n’est pas tous les chinois, mes amis ne sont pas comme ça. Mais eux même me confirment les faits. Et dans la rue ça se ressent tous les jours. Pourtant ce n’est pas tout le monde, ce n’est sûrement même pas la majorité mais vu que les chinois sont nombreux, c’est tous les jours.
    Cette vision négative me hante et je ne sais pas comment la supprimer. Je ne sais même pas si c’est un préjugé ou une passade supplémentaire de l’intégration. Mais ça ne gêne que moi (je suis le seul étranger dans mon entourage). Aussi je voudrais avoir votre avis là dessus. Car ce genre de vision j’en ai pour la chine et la France (notamment sur l’omniprésence de la propagande américaine anti-communiste qui fait passer la Chine pour une dictature quand nos pays occidentaux passent pour des libérateurs).

    Désolé pour ce gros pavé mais je voulais être le plus précis possible quand à l’explication pour éviter les incompréhensions.
    Je vous remercie de votre patience et surtout de votre article.

    • Hervé dit :

      Salut !

      Tu peux me tutoyer, ça sera plus sympa.

      Pour ton souci avec l’individualisme, si tu veux diminuer cette vision, tu peux essayer de remarquer l’inverse : pendant une semaine, tu vas noter et remarquer tous les comportements généreux, altruistes, d’aide que tu vas voir. Même s’ils sont anodins (tenir la porte, un sourire, une attitude).

      Ce que tu as remarqué sur des comportements individualistes c’est sans doute vrai, mais comme tu es focalisé là dessus, tu y prêtes beaucoup plus d’attention qu’au reste, et ça occulte toutes les autres facettes de la réalité. Notre cerveau fonctionne comme ça, si je te dis de regarder dans la pièce où tu te trouves et de remarquer tous les objets rouges, ton cerveau va se focaliser là dessus, et ne pas remarquer les objets d’autres couleurs, qui sont pourtant bien présents.

      Donc là on va essayer de nourrir la croyance inverse de celle qui te gêne, c’est à dire : les chinois sont généreux.

      Ça t’aidera peut-être à rétablir un équilibre dans tes croyances qui ont été orientées par tes expériences vers quelque chose d’un peu négatif.

      Tiens moi au courant !

      Hervé

      • Jang dit :

        Merci beaucoup de ta réponse. Tu dis sans doutes vrai. Mais l’autre problème c’est que pour le coup pensé à tenir la porte ou dire merci n’existe pas ici. Aujourd’hui ma copine à glissé en scouter car une voiture à déboulé en sens inverse (chose courante ici). Le chauffeur ne s’est pas arrêté. Ca m’est arrivé aussi une fois. Pareil, personne n’est venu de m’aider. Mais je vais essayer de positiver comme tu me le conseille. Les chinois puisent leur confort dans l’amitié. A partir du moment où il y a de l’amitié alors la les chinois sont merveilleux. Merci encore de ta réponse.

  • Christian dit :

    Personnellement et généralement, je ne me contente pas de l’avis des autres pour tomber dans les préjugés que je déteste. Comme j’aime à le dire, soit on s’informe en ce qui concerne la personne ou le sujet en question soit on se tait (de manière courtoise)) ou on se la ferme selon le ton donné à la discussion !!!

  • Christian dit :

    Bon site qui traite le sujet des préjugés, il ne manque pas de ces personnes emplies de préjugés et ne s’exprime que par ce biais, pour peu que l’on ressente dans leur propos une forme de perversité narcissique envers certaines personnes. Autre type de préjugé que j’ai pu entendre de quelqu’un de très proche :
    « Les Chauffeurs routiers ne sont fatigués que par le stress de la conduite » Je n’ai jamais eu l’occasion de l’emmener avec moi en ayant fait la route et ou l’international, entr’autre l’Allemagne (Marchés de nuit à livrer dès 4 heures du matin) en plus du travail de la journée précédente et celle en cours) et l’Italie en régulier ; souvent en frigorifique et bâchée, un peu de conteneur en national. J’aime autant vous dire qu’entendre ça de la part d’un petit fonctionnaire de chez Orange, ça fait tilt pour un salarié du privé. Cette personne a eu deux ami(e)s faisant à une époque une/des ligne(s) régulière(s) de nuit. Profitant de cette infime connaissance du domaine des transports pour en faire une généralité. Alors qu’il ne possède qu’un tout petit pourcentage de l’ensemble du domaine des transports. Je lui avais soumis mon vœu de l’envoyer à l’émission  » Vis ma vie » Chose que je n’aurais pas voulu démontrer le contraire moi-même. Il lui faudrait une personne très autoritaire pour lui imposer ses propres disciplines en matière de vie collective, autant en ce qui concerne le cadre de vie dans une cabine et lors des repas, lui poser des limites strictes.
    Car c’est une personne qui semble vouloir s’affirmer par le biais de son/ses addiction(s) au tabac et à l’alcool… Se flattant de bien mieux tenir l’alcool que d’autres. Et même vouloir imposer ses seules volontés. Du fait de son addiction au tabac, Il ne respecte pas les autres convives se trouvant autour de la table. J’en suis arrivé à me fâcher trois fois avec lui à cause de ses deux addictions en l’espace de dix ans. Je ne lui adressais plus la parole Jusque récemment, si ce n’est pour lui dire ses vérités. Empêchant même son épouse d’aller voir sa famille à la Réunion, du fait qu’il devrait tenir les 9 heures de trajet sans pouvoir fumer, il n’a pas réellement de volonté dans ce sens, sauf de vouloir s’en servir pour s’imposer physiquement. Pensant surement se sentir supérieur ??

    • Hervé dit :

      Oui il y a beaucoup de préjugés sur le monde du travail aussi, en effet.
      En fait, il y a des préjugés très forts sur tout ce qu’on ne connaît pas bien. Et pour peu qu’on tombe sur une personne butée en face, elle croit tout savoir mieux que les autres et ne changerait même pas d’avis si on lui prouvait par A+B qu’elle se trompe sur toute la ligne. On ne peut pas forcer quelqu’un à abandonner ses préjugés comme tu l’as remarqué, il faut que ça soit une démarche personnelle.

  • Damien dit :

    Vraiment bien cet article !

    Ça fait plaisir de lire un texte sur l’ouverture d’esprit aussi clair et positif. Je suis carrément d’accord avec les valeurs que tu véhicules.

    Merci Hervé

  • >