Tu es déçu par tes amis ? - Changeons

Tu es déçu par tes amis ?

Mes amis sont des ingrats !

Est-ce que cette pensée t’a déjà effleuré le cerveau, au point que tu aies eu envie de hurler ta déception à la face du monde ?

D’être déçu que ton meilleur pote ne fasse pas ce que toi tu aurais fait pour lui ?

Un exemple de phrases que j’entends souvent :

Je rends tout le temps service, et les autres ne le font pas pour moi.

amis ingrats - changeons

Je ne parle pas des gens sur cette photo 😉

Tu es quelqu’un de très généreux.

Sauf que….

La personne à qui le service a été rendu va être très reconnaissante sur le moment et te remercier chaleureusement, mais le temps fera son œuvre et minimisera ta participation. C’est normal et c’est humain.

Pour celui qui rend le service, la valeur du service rendu va souvent s’accumuler avec le temps. On va se dire : quand même, je l’ai aidé à déménager, ce n’est pas rien !

Alors qu’on n’y a passé que deux heures, qu’on n’avait rien de spécial à faire ce jour là, et qu’on a juste porté des petits cartons.

Ne rends jamais un service que tu n’es pas prêt à rendre gratuitement. Par gratuitement, je veux dire que tu n’attendras pas de contrepartie, sous forme quelconque.

Un service, ça doit être quelque chose que tu fais avec plaisir, parce que tu as envie d’aider cette personne. Pas une action à ressortir au premier différend parce que tu l’as mauvaise de ne pas avoir eu de retour d’ascenseur.

Bien sûr, si tu rends service régulièrement à un ami et qu’il ne le fait jamais pour toi, il y a un souci.

Mais ce souci est le tien, pas le sien. Tu rends trop de services à cette personne. Apprends à lui dire non si tu veux que votre relation reste équilibrée.

Ou fais-le uniquement quand ça te fait plaisir.

Mais si tu attends un retour de la part de quelqu’un dont tu sais pertinemment qu’il ne le fera pas, et que tu lui en veux derrière, tu as tout faux.

Si un ou une amie ne correspond pas à ta notion de l’amitié, arrête de t’y accrocher et de lui en vouloir. On ne change pas les autres, à moins qu’ils en aient l’envie profonde eux-mêmes.

Accepte que cet ami ne soit pas aussi impliqué que toi.

Ou trouve toi plutôt des amis qui partagent tes valeurs.

Si pour toi le fait d’être généreux est une valeur importante, ne traine pas avec oncle Picsou. Va plutôt boire des bières avec Flagada Jones.

Si pour toi la tolérance est une valeur importante, ne deviens pas ami avec Marine Le Pen. Va plutôt boire des bières avec n’importe qui d’autre.

Si pour toi c’est super important de sortir et de rencontrer des nouvelles personnes, ne passe pas ton temps avec des personnes casanières.

Ce que tu reproches aux autres, c’est souvent lié à un manque de discernement de ta part dans le choix de tes fréquentations.

À moins qu’elles n’aient changé radicalement depuis votre rencontre, ces personnes étaient comme ça depuis le départ.

Tu ne l’as pas vu. Ou tu as fait semblant de ne pas le voir. Par peur de la solitude, parce que tu pensais qu’elles changeraient, parce que tu t’étais menti à toi-même.

Ou peut-être que c’est toi qui a changé. Tu as évolué dans un sens, et tes vieux amis dans un autre. Aujourd’hui, tu leur reproches ce que tu aimais chez eux avant.

Ils ne te correspondent peut-être plus.

Mais tu sais quoi ?

Tu ne leur dois rien. Et ils ne te doivent rien.

Même si tu les as aidé il y a quelques mois. Même si vous pensiez être les meilleurs amis du monde il y a deux ans. Même si ton pote Nico t’avait sauvé la mise quand vous étiez au lycée.

En amitié, on ne se doit rien. On choisit de continuer à se voir. Ou de couper les ponts. Ou de diminuer la fréquence et l’implication qu’on y met.

Les gens qu’on fréquente, c’est un choix.

Les services qu’on rend, c’est un choix aussi.

Si tu n’es pas satisfait du comportement de tes amis, au lieu de te plaindre, rencontre des personnes qui te correspondent à 100%.

Comment gérer un manque de réciprocité en amitié ?

Si ta frustration est passagère et liée à un comportement vraiment déficient de ton ami, parle lui ou pardonne-lui pour cette fois-ci.

Si c’est récurrent et que ça te frustre, change ton comportement, ou change de fréquentations.

C’est parfois aussi simple que ça.

Parfois, une amitié devient toxique. Vérifie ici si c’est le cas si tu as un doute : savoir reconnaitre et gérer une relation toxique

Des gens qui partagent tes valeurs, ça existe. Trouve-les et tu passeras un cap dans la qualité de tes fréquentations.

Si ça t’arrive très souvent de ressentir ce manque de réciprocité :

Tu t’investis surement trop dans tes amitiés et tes relations.

Si tu fais passer systématiquement l’intérêt des autres avant le tien, alors tu leur demande l’impossible si tu veux obtenir la réciprocité.

Si cette situation t’arrive souvent, c’est ton comportement qu’il faudra changer. Parce que tu risques d’étouffer tous tes amis si tu leur donne trop de choses et que tu attends la même chose en retour. Ne t’investis d’avantage que si tu sens que l’investissement est réciproque. Ne donne pas 10 fois de suite. Donne une ou deux fois, et vois comment tu te sens avec ça.

Tu peux choisir de calibrer ton implication selon tes amitiés.

Ou de choisir des amitiés où tu pourras être entier et ne pas calculer.

Ou de rester la personne frustrée par son cercle social.

Si le sujet t’intéresse j’écris actuellement un ebook pour t’aider à améliorer ta sociabilité et à construire le cercle social dont tu rêves, tu peux entrer ton adresse mail ci-dessous pour être informé et bénéficier d’un tarif spécial à la sortie du livre.

Tes amis ne seront plus des ingrats si tu choisis de calibrer ton investissement uniquement en fonction de ce que tu es prêt à donner et si tu choisis bien tes amis.

Je te laisse méditer là dessus !

​Est-ce que je peux t'aider à ​transformer ta vie ?

Peut-être que oui. Ou peut-être pas. En tout cas, essayons ensemble d'appliquer mes conseils à ta situation, pour voir si l'alchimie fonctionne.

​Soit ça t'aide ​énormément ​en ​t'aidant à améliorer ta vie

​Soit ça ​t'aide un peu à ​améliorer ta vie

​Soit ça ne t'aide pas et tu te désabonnes en un simple clic. 

​À tester par toi-même pour voir si ça t'aide :

Partager
  • Alexandra dit :

    Bonjour
    Sa fait 6 ans je ai liée une relation de amitié avec une amie. Dans cette relation au début c t moi qui lui rendez service moi qui l’ai écouter moi qui la raconter. Le jour où sa aller pas avec mon mari a la maison. Elle disait que elle était la pour moi alors que ce n’est est pas le sentiment que j ai eu. Et sa je lui dit dit. Elle m a dit je suis coMme sa tu ne le changera pas. Donc je les accepter coMme elle était. Mais aujourd’hui je sens bien que notre relation avec bien chAngers. Ce n’est est plus pareil. Sa me fait mal.

    • Hervé dit :

      Oui ça arrive, les relations ça va ça vient.
      C’est pour ça qu’il faut toujours rencontrer de nouvelles personnes, pour ne pas se retrouver sans rien le jour où un de nos amis nous déçoit, comme dans ton cas.
      Courage !
      Hervé

  • Cédric dit :

    Article hors-sujet, culpabilisant.
    Je viens de subir, il y a quelques heures, une trahison, subite, violente, après une amitié qui a duré près de 20 ans. Vous estimez que ce n’est qu’un petit ressenti personnel juste narcissique, et que donc, mon jugement et ma douleur sont fausses. Non, ma douleur est bien là, comme une véritable déchirure dans le bide. Je vais remettre cette douleur en question, pour la peine ?

    • Hervé dit :

      Non, du tout, je pense que tu as mal interprété mes propos 🙂
      Ta douleur est réelle, et rien ni personne ne remet ça en cause.
      Ton jugement en revanche est subjectif : ce que tu considères comme une trahison ne l’est peut-être pas pour ton ancien ami. Ou sinon, c’est que cette amitié n’était pas aussi réciproque que tu le pensais, vu que l’autre était prêt à te faire ça.
      Ça ne veut pas dire que ça ne fait pas mal. Ça FAIT mal.
      Le but de cet article est de faire réfléchir à nos amitiés, et à nos erreurs de jugement pour éviter de subir ce genre de déceptions.
      Un peu plus tard à froid ça te sera peut-être utile (ou peut-être pas ;-))

      Courage pour la suite !
      Hervé

  • Michelle dit :

    la loi du don c’est « donnes et tu recevras »… d’une autre main ! eh oui, c’est ça une chaîne !
    en même temps c’est humain : nos besoins ne sont pas toujours dans les possibilités et les cordes de tout le monde, à l’instant ou nous en avons besoin… trop de paramètres à prendre en compte 😉
    finalement, comme dis Hervé, le plus difficile c’est de donner … gratuitement !
    En tout cas merci pour tes articles : ça ouvre l’esprit que de lire les interrogations et les réponses d’une autre personne. Je trouve que ton article pourrait aussi bien parler des relations de couple…

    • Hervé dit :

      Merci pour ton témoignage !
      Belle image de la chaine de l’entraide et du don, c’est finalement très vrai.
      Effectivement une partie de l’article peut aussi s’appliquer aux relations amoureuses, à la différence près qu’on a plus souvent la notion d’exclusivité dans un couple qu’on ne retrouve pas dans les amitiés.
      Si ça t’intéresse tu as cet article qui s’étend un peu plus sur la question du couple et du célibat : http://changeons.fr/seul-pour-la-saint-valentin/

  • Mylène dit :

    Bonsoir Hervé, ton article m’a interpelée, et parfois mise un peu mal à l’aise. Je crois que je vais prendre le temps d’y revenir, je suis peut-être un peu trop « concernée » pour le lire comme cela, de manière superficielle…
    Touché!

    • Hervé dit :

      Salut Mylène,
      C’est vrai que cet article bouscule un peu la vision politiquement correcte de l’amitié qu’on a tendance à idéaliser dans les films ou dans les livres.
      C’est le but, c’est bien si ça te fait réfléchir sur le sujet !
      N’hésite pas à me dire ce que tu en penses en deuxième lecture avec un peu plus de recul. 😉

      ps : pour info je parle en connaissance de cause, par le passé je reprochais beaucoup de choses à mes amis sans me douter une seconde que c’était surtout mes attentes et mes comportements qui engendraient cette frustration, j’ai mis pas mal de temps avant d’en prendre conscience !

  • >