Dark Vador t’explique pourquoi tu échoues

Les 10 raisons de l'échec, featuring Dark Vador.

Cet article contient une interview exclusive de Dark Vador, à retrouver en fin d'article !

On échoue tous. Régulièrement. On se plante, parfois violemment.

Ça fait mal parfois. Très mal même.

Voici dix raisons qui font que tu échoues régulièrement. Qui font que j'ai échoué pendant des années, sans savoir pourquoi. Quelles sont elles ces raisons de l'échec, et pourquoi c'est important de le savoir ?

Connaître les raisons de ses échecs, c'est une étape indispensable pour tes réussites futures.

Les 10 raisons de l'échec

1/ Parce que tu ne sais rien

You know nothing Jon Snow.

Si tu te lances tête baissée dans un projet, aussi génial soit-il, mais que tu n'as aucune idée de comment faire, tu fonces droit dans le mur.

Lire un ou deux livres ou suivre une formation sur le sujet qui t'intéresse, ça te fera gagner toute l'expérience des auteurs, et ça te donnera une idée beaucoup plus précise des choses à faire ou à ne pas faire.

Un professeur, un mentor ou un modèle ça aide beaucoup à recadrer tes projets, et à réussir.

Tu ne peux pas devenir champion de Tae-Kwendo si tu n'apprends pas la technique des coups de pied. Tu ne peux pas devenir un grand musicien si tu ne sais pas quelles notes tu peux associer pour un accord mélodieux. Tu ne peux pas devenir millionnaire si tu ne sais pas comment gérer ton argent.

Apprends. Forme-toi. Renseigne-toi.

tu ne sais rien jon snow - changeons
- Tu ne sais rien Jon Snow ! - Je sais....

2/ Parce que tu en sais trop

Encore un bouquin avant de passer à l'action, promis après je m'y mets !

C'est le problème inverse. Tu veux tout savoir sur le sujet avant de te lancer. Sauf qu'à force, tu ne te lances pas. Parce que tu as toujours un truc nouveau à apprendre. Alors tu deviens une sorte d'expert théorique, mais qui n'a jamais essayé d'appliquer concrètement ses compétences.

C'est l'échec assuré. Autant dans le premier cas tu avais une micro chance de réussite, autant là c'est zéro chance.

Parce qu'avec internet, les livres, les formations, tous tes amis qui te donneront leur avis, tu vas collecter la théorie. Au point de lire des milliers de choses sur le sujet qui te passionne, parfois même des choses contradictoires.

"Un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui avance", Michel Audiard.

Trouve un juste milieu entre la théorie et la pratique : lis une chose et applique-là, essaie-là immédiatement si tu le peux. N'attends pas de lire 500 choses avant de te lancer.

3/ Parce que tu abandonnes juste avant de réussir

Très souvent les gens abandonnent à un pas du succès. Juste un peu trop tôt.

Ils essaient, ressaient, et juste avant de réussir enfin ils se découragent.

Et c'est rageant, parce qu'il suffit parfois d'un rien pour y arriver.

4/ Parce que tu te trompes de direction

Une erreur de cap peut être fatale dans la réussite de ton projet : imagine que tu veuilles aller de Paris à Marseille à pied, même si tu es le meilleur marcheur du monde tu n'y arriveras pas si tu pars vers l'Est. Ceci dit, Strasbourg c'est joli aussi.

C'est difficile de savoir à l'avance si tu vas dans la bonne direction. Le mieux c'est de se lancer quand on croit être dans le bon sens, et de corriger au fur et à mesure. Si tu as une boussole ou un GPS sur toi, tu pourras modifier le cap au fur et à mesure de ton avancée, même si tu es parti vers l'Est au début. Mais si tu continues avec tes œillères, ça ne marchera pas.

5/ parce que tu ne tires pas de leçon de tes échecs

Échouer n'est pas grave. C'est même très formateur. À moins de ne pas tirer de leçon de tes échecs.

Si quand tu te plantes tu repars exactement de la même façon, tu vas te planter, encore et encore.

6/ parce que tu n'as pas de chance

Il y a toujours une petite part d'aléatoire dans un projet. Même si tu fais tout bien, tu peux tomber sur un coup de malchance qui fait que ce projet-ci va capoter.

Pas grave, l'essentiel c'est d'avoir raison et de bien faire les choses. Si tu as eu un coup de poisse, c'est très improbable que sur le prochain projet ça se reproduise.

7/ parce que tu ne crois pas assez en tes capacités

Si tu n'es pas convaincu que tu peux réussir, ça sera difficile de ne pas abandonner au premier obstacle.

L'état d'esprit est essentiel pour dépasser les barrières et réussir des choses géniales.

Que vous pensiez être capable ou ne pas être capable, dans les deux cas vous avez raison. Henry Ford

8/ parce que tu ne fais pas les choses dans le bon ordre

Pour réussir un projet, il y a des étapes que tu peux zapper, et d'autres qui ont besoin d'être faîtes, dans le bon sens.

Le pire, c'est que tu le fais certainement (on le fait tous) dans certains domaines sans le savoir, et en répétant cette erreur encore et encore.

La prochaine fois où tu n'as pas les résultats que tu espérais, demande-toi si tu n'as pas inversé deux étapes importantes, ça pourrait te changer la vie.

9/ parce que tu es mal entouré

L'entourage c'est primordial pour la réussite d'un projet. Si tu t'entoures de personnes positives, qui te tirent vers le haut et t'encouragent dans ton projet, tu iras beaucoup plus loin que si tu t'entoures de râleurs pessimistes qui te disent que c'est la crise, que ton projet est mauvais et que tu as tort de te donner du mal.

Tu peux également t'entourer de gens qui seront des modèles pour toi dans un domaine précis : un pote qui voyage à l'autre bout du monde régulièrement te donnera beaucoup plus envie de voyager que ton pote casanier qui ne sort jamais de sa ville.

Si ça t'intéresse d'apprendre à être bien entouré, j'ai écrit un ebook où je partage toutes mes techniques efficaces : deviens super sociable en 30 jours.

10/ parce que tu crois que tous est acquis

Si tu es bon dans un domaine, tu vas commencer à le faire de manière machinale. Routinière. En y prêtant moins d'attention. En faisant ça, tu vas devenir moins créatif, moins concentré, moins bon.

Et ce qui te paraissait facile avant, deviendra de plus en plus dur à accomplir. Se reposer sur ses lauriers, c'est un bon moyen de se planter à long terme. Même si tu es bon, continue d'apprendre et de tester des choses nouvelles, pour le bien de tes futurs projets.

L'interview choc de Dark Vador : pourquoi j'ai échoué

Hervé : Seigneur Vador Du côté Obscur bonjour !

Dark Vador : Appelez-moi Vador tout court...

Hervé : Vous avez voulu témoigner sur ce sujet qui vous tient à cœur : l'échec !

Dark Vador : oui, je pense que mon expérience pourra en aider plus d'un.

interview anonyme - dark vador - changeons

Hervé : C'est vrai que vous avez bien échoué : jedi le plus prometteur de la galaxie, et pouf passage du côté obscur où vous servez un empereur mégalo et maléfique.

Dark Vador : Ça a été plus compliqué que ça, mais effectivement j'ai foiré.

Hervé : Quelles erreurs parmi les 10 raisons de l'échec de l'article avez-vous commises ?

Dark Vador : J'en ai commis pas mal. Déjà, j'étais jeune et ignorant. Je n'ai pas écouté Obi-wan quand il me parlait de son bla bla théorique sur le côté obscur. Je trouvais ça inutile. Résultat, j'ai cru que je savais mieux que tout le monde. Erreur n°1.

Ensuite, j'ai commis l'erreur n°3 : j'ai abandonné dans ma voie de Jedi juste avant de pouvoir devenir un jedi influent et de réussir à transformer le monde positivement comme je le souhaitais. Beaucoup de gens commettent cette erreur, de faire demi tour alors qu'ils sont à deux doigts de réussir.

Hervé : J'ai connu ça également à de nombreuses reprises, c'est frustrant...

Dark Vador : oui, d'autant plus que ça se répète : changer de direction trop vite selon le vent ça n'amène rien de bon. Il faut persévérer si on croit au fond de soi que ce qu'on fait est juste. On peut ajuster, changer de stratégie, mais toujours garder le cap. Faire demi-tour trop vite, c'est avoir peur de réussir.

Hervé : beaucoup de timides ou de gens qui n'ont pas confiance en eux ont ce problème : vu qu'en se lançant dans l'aventure ils ne pensaient pas réussir, ils prennent peur quand leur rêve est à portée de main, et préfèrent abandonner car ils sont persuadés au fond d'eux qu'ils ne peuvent pas réussir. C'est de l'autosabotage, et c'est très fréquent.

Dark Vador : Le seul moment où tu dois radicalement changer de cap, c'est quand tes valeurs sont mises à mal. Quand tu te trompes de direction. J'ai bien vu que le côté obscur c'était pas joli joli, mais mon orgueil m'a dicté de continuer, au lieu de faire demi tour aux premiers ordres honteux. Je n'aurais pas du tuer tous les apprentis jedi. Après la spirale se met en place, et c'est dur de faire machine arrière...

Hervé : En effet. D'autres regrets ?

Dark Vador : Pendant très longtemps, j'ai commis l'erreur n°5. Je n'ai pas tiré leçon de mes échecs. C'est ce qui m'a poussé à m'entêter à rester avec l'empereur. J'ai bien eu des hésitations, mais j'ai préféré ne pas me poser de questions. Dommage pour moi.

Hervé : Pourquoi ne pas avoir changé les choses en restant dans l'ordre des jedis ?

Dark Vador : Je n'ai pas assez cru en mes capacités à changer le monde en étant bon. Du coup, j'ai cédé à la facilité. Au pouvoir facile. Erreur n°7. Et surtout parce que je me suis mal entouré. Le sénateur Palpatine ou Jar Jar Binks faisaient partie de mes plus proches amis. Je défie quiconque de ne pas devenir dingue à côtoyer ces gens 24h/24.

Hervé : Effectivement, c'est l'erreur n°9, à savoir ne pas bien s'entourer, j'en ai parlé récemment dans cet article : 5 astuces pour assainir ton cercle social. Et finalement, pourquoi même en tant que seigneur du mal, tu as échoué ?

Dark Vador : Parce que je me la racontais un peu. Erreur n°10.

J'ai créé l'étoile noire, elle a été pétée. J'ai recommencé avec l'étoile de la mort, sans tirer de leçons du premier épisode. Du coup, les mêmes causes ont entraîné les mêmes conséquences : dans votre monde, Einstein a dit : "la folie c'est de faire la même chose et de s'attendre à des résultats différents". Il avait raison, c'est un peu votre maître Yoda à vous.

Hervé : Un peu oui... donc vous avez échoué par manque d'humilité ?

Dark Vador : Exactement. Quand tu crois que tout est acquis, facile, tu commets des erreurs de débutant. Yoda...enfin Einstein disait : la vie c'est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre. Si tu oublies de progresser, de continuer à avancer, tu perds petit à petit sans t'en rendre compte tes capacités.

Hervé : Mais finalement vous êtes revenu dans le droit chemin

Dark Vador : Oui, il n'est jamais trop tard pour bien faire. Quel que soit ton âge, tu peux d'une manière ou d'une autre revenir à tes valeurs importantes, et réussir à accomplir des grandes choses. Même en ayant autant échoué, j'ai contribué à sauver la galaxie de l'empire, en aidant les rebelles à la dernière minute. J'espère que mon petit fils boutonneux Kylo Ren se rendra vite compte qu'il se comporte comme un ado attardé.

Hervé : Quelles leçons avez-vous tiré de toutes ces aventures ?

Dark Vador : Pour réussir, il faut beaucoup échouer. Si tu restes dans ton appart devant ta télé, et que tu ne tentes rien, il ne se passera rien d'excitant dans ta vie.

L'échec fait partie de la vie. La déception aussi. Il n'y a pas de côté obscur où tout est noir, ce n'est pas aussi manichéen.

Le monde est plein de nuances. Ce n'est pas parce que tu t'énerves une fois que tu n'es pas gentil, ce n'est pas parce que tu échoues 20 fois que tu ne réussiras pas la 21ème fois.

Si tu te plantes, relève-toi, apprends de cette erreur et continue d'aller de l'avant.

Hervé : Belle leçon Vador. Un dernier mot ?

Dark Vador : Que la force soit avec vous. Et partagez l'article, pour rétablir l'équilibre dans la force.

Hervé : Merci ! Faîtes une bise à Yoda !

Dark Vador : Je n'y manquerai pas.

Un article ne vit que s'il est partagé.... Share share share please !!!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Clique ici pour laisser un commentaire