Une question de vie ou de mort - Changeons

Une question de vie ou de mort

confiance en soi - changeons

Si tu avais un flingue sur la tempe...est-ce que tu agirais pareil ?

À la fin de cet article, tu sauras ce que ta vie pourrait être si tu ne te reposais pas sur tes lauriers. Si être heureux était une question de vie ou de mort.

Prêt à affronter tes démons ?

Round 1, fight !

Est-ce que tu hésiterais autant pour faire cette action que tu as toujours voulu faire si tu avais un pistolet braqué sur la tempe ?

Est-ce que si quelqu'un menaçait de tuer un de tes proches si tu n'allais pas parler à cette fille/ce mec dont tu es secrètement amoureux tu n'irais pas immédiatement ?

Est-ce que tu n'irais pas quitter ton job alimentaire pour faire ce que tu as toujours rêvé de faire ?

Si ça pouvait sauver quelqu'un que tu aimes, est-ce que tu n'irais pas faire le tour du monde que tu crèves d'envie de faire ?

Bien sûr que si.

Parce que ça ferait sauter toutes les barrières, conscientes et inconscientes que tu as dans ton cerveau.

Parce que ça te ferait réaliser que ce qui te paraît insurmontable aujourd'hui, ça n'est qu'un tout petit obstacle sur ta route.

un flingue sur ta tempe - changeons

Et si notre bonheur était vraiment une question de vie ou de mort ?

Il y a cette scène géniale dans le film Fight Club de David Fincher, où Brad Pitt et Edward Norton menacent de mort un caissier d'une épicerie miteuse s'il ne reprend pas ses études de médecine (le métier qu'il a toujours rêvé de faire). C'est une scène forte. Très forte.

Parce que c'est une super métaphore de la vie qu'on mène. On vit par défaut, en attendant mieux. On a les solutions à portée de main, mais on ne se bouge pas pour les atteindre. Parce qu'on n'a pas le flingue sur la tempe.

Bien sûr, je ne cautionne pas du tout la violence, vois ça vraiment comme une métaphore.

Si on avait cette prise de conscience soudaine et qu'on se rendait compte qu'on a le choix de faire ce qu'on veut, alors on exploserait nos limites.

On se rendrait capables de choses formidables.

On sortirait de notre torpeur, de notre train-train quotidien.

Mais on est comme la grenouille qui ne se rend pas compte que la température augmente progressivement et qu'elle va finir par être ébouillantée sans même se débattre.

On est spectateur de notre propre immobilisme.

Et on s'en contente. On préfère critiquer les gens qui ont réussi, ou se dire qu'ils ont eu de la chance. Et continuer de ne pas agir.

Ou se plaindre. Parce que moi je n'ai pas eu une enfance heureuse / de l'argent / de l'affection / un chien quand j'avais 4 ans / un scooter au collège / un boulot épanouissant / un physique avantageux.

On a tous des excuses. Légitimes souvent. Mais des excuses quand même. Et c'est bien commode pour se cacher derrière. Comme je l'explique dans l'article : es-tu cette personne qui passe à côté de sa vie.

Ce que tu peux faire dès aujourd'hui

Aujourd'hui, imagine-toi que quelqu'un vient de te mettre un flingue sur la tempe.

Qu'il te dise que si tu n'as pas atteint tes rêves dans 6 mois, il tuera tous les gens que tu aimes.

Utilise cette force et cette motivation pour vivre intensément et mettre l'énergie qu'il faut dans tes projets.

Que ton rêve soit de se débarrasser de ta timidité, de prendre confiance en toi, de devenir sociable et de rencontrer des gens facilement, de voyager au Brésil ou de monter ta boîte, ou d'autres choses, tu peux le faire. Fais comme si c'était une question de vie ou de mort.

On va tous mourir un jour, et c'est une bonne chose. Parce que le temps qui passe nous rappelle que le flingue est sur notre tempe.

Mais on peut aussi choisir d'en être conscient, et d'utiliser ça comme un formidable réservoir d'énergie pour vivre la vie qu'on mérite.

Si cet article t'a motivé, si tu ressens une énergie nouvelle et contagieuse pour accomplir tes projets, je vais te demander deux choses :

  • partage cet article au maximum autour de toi comme si ta vie en dépendait
  • mets-moi dans les commentaires quel rêve tu aimerais accomplir d'ici 6 mois, et pour lequel tu aurais besoin qu'on te mette un flingue sur la tempe pour oser le faire

On a tous le flingue sur la tempe. Parce que la vie est imprévisible, et que c'est peut-être aujourd'hui ou jamais pour réaliser nos rêves. Et qu'être heureux(se), c'est une question de vie ou de mort.

Ta nouvelle vie commence maintenant si tu le souhaites.

Pour aller plus loin

Imagine une vie parfaite. Tu as accompli tes objectifs, tu es décontracté(e). Les défis t'amusent et te stimulent. Tu es heureux(se), et bien entouré(e). Tu sirotes un mojito au bord d'une piscine, en te rappelant l'époque où tu manquais de confiance en toi.


Et tu te dis que si tu n'avais pas travaillé ta confiance, tu n'aurais jamais accompli tout ça.

Dans ce livre, je t'aide à construire une vraie confiance en toi.

Je ne te garantis pas les mojitos et la piscine, mais si tu appliques les exercices pratiques du livre ta confiance explosera.

[wp_eStore_buy_now_fancy id=1]

Hervé Lero

Partager
  • Angie dit :

    Disons que j’ai réfléchi ainis, « question de vie ou de mort », je dois réussir ce concours.
    Résultat me suis mise une telle pression que j’ai fini en burn-out.
    L’idée en soit du flingue sur la tempe est tellement forte que j’ai failli y croire à nouveau. Mais j’ai repensé à cette pression qui parfois ns mène aussi droit à l’échec.
    Comment faire pour que la pression de réussir devienne un moteur et pas une surchauffe qui finit par ns faire exploser en vol ?
    Merci d’avance pour votre reponse et vos artciles. Celui où vs parlez de l’idée de passer à côté de sa vie m’a parlé. Je veux faire partie de 10%!

    • Hervé dit :

      Bonjour Angie !
      Oui vous avez bien compris que la pression peut devenir négative si elle devient trop forte.
      Déjà il faut séparer ce qui est entre notre pouvoir : bien travailler, faire des sessions efficaces de révision tous les jours…
      …et ce qui n’est pas en notre pouvoir : savoir si d’autres feront mieux que nous.
      Si on se met la pression sur quelque chose que nous ne maîtrisons pas du tout, c’est souvent une pression négative.
      Ensuite, je pense qu’il faut vous faire confiance : vous ressentez au fond de vous le moment où la pression devient paralysante au lieu d’être motivante.
      À ce moment là, il faut relativiser, et se dire que pour faire de notre mieux, faire retomber la pression est essentiel — faire une pause, diminuer les enjeux, aller faire du sport, remettre les choses dans leur contexte vis à vis de l’importance d’un concours, etc.
      Comme vous avez déjà connu ce burn out récemment, vous saurez à quel moment ça peut recommencer, et à ce moment là adapter votre discours interne pour qu’il soit galvanisant et encourageant, sans jamais être culpabilisant.
      À bientôt,
      Hervé

  • Dan.iel dit :

    Très bel article, il fait mouche, concis et précis. C’est souvent de cela dont on a besoin un bon coup de pied au cul qui nous pousse a nous lever et a agir. Rien de plus le reste c’est de la littérature. Bonne continuation et merci pour cet article qui m’a donne envie d’agir.

    • Hervé dit :

      Merci Daniel, très content que ça t’ait donné envie d’agir ! Pour que ça marche concrètement, c’est quoi le premier pas que tu peux faire dès aujourd’hui pour commencer l’action ? Plus vite tu mettras en route la machine et plus tu te donnes de chances d’accomplir des grands projets et des grandes choses dans ta vie !
      Hervé

  • Sandra dit :

    J’adore, en fait chaque nouveau niveau franchit c’est une balle en moins dans le barillet.
    Le flingue est là mais il devient moins toxique, plutôt un booster !
    Que dire à mon pistollero ? Mon voyage de rêve j’en rentre 🙂
    Next level : construire ma nouvelle vie, mon activité à moi, ma quête. La partie est déjà lancée !

    • Hervé dit :

      Yes, une balle en moins dans le barillet, j’aime beaucoup l’idée !
      Petit à petit en te construisant ta vie de rêve tu transformes le flingue en une motivation inoffensive. Objectif : que le chargeur devienne vide ! 🙂

  • >