Top 10 des choses qui prouvent que vous devez changer de vie - Changeons

Top 10 des choses qui prouvent que vous devez changer de vie

Nous allons voir dans cet article un top des 10 choses qui prouvent que vous devez changer de vie.

Peut-être que sans le savoir vous êtes actuellement dans une impasse dans votre vie, cet article vous ouvrira les yeux et vous remettra dans le droit chemin je l’espère!

1/ La déprime du dimanche soir / lundi matin

Si chaque dimanche après midi vous avez ce fameux coup de blues, cette boule au ventre, et que vous vous sentez triste ou déprimé, le constat est tout trouvé :

Il y a un sérieux problème. Votre rythme de vie actuel ne vous convient pas ou plus, votre travail vous pèse et vous vous ennuyez.

Posez vous la question sérieusement : est ce que votre travail vous épanouit? Si non, qu’est ce que vous pouvez mettre en place dès aujourd’hui pour améliorer les choses? Par exemple parler à vos collègues pour mieux répartir la charge de travail, ou à votre directeur pour lui dire que vous aimeriez qu’il vous confie ce fameux dossier si intéressant, ou refaire votre CV pour chercher dans une nouvelle boite ou un nouveau domaine.

Au delà du dimanche soir, ce constat s’applique aussi pour les déprimes hivernales ou si régulièrement vous vous sentez tristes ou sans énergie : la dépression n’est peut être pas si loin, et vous ne l’éviterez que si vous mettez en place des actions pour vous faire du bien à court, moyen et long terme. Pensez d’avantage à vos envies profondes, et trouvez des solutions pour vous rapprocher de vos rêves.

reveil difficile changeons

Régler le réveil pour le lundi matin, est ce que ça vous déprime?

2/ Vous savez exactement où et avec qui vous serez samedi soir dans 3 mois

Vous savez que je vous encourage fortement à vous lancer dans de nouvelles passions, à faire des activités, à sortir et à rencontrer des gens. C’est bon pour votre équilibre, pour votre sociabilité.

Si vous savez que dans 3 mois vous passerez votre week end avec vos mêmes amis au même endroit que d’habitude, c’est une sonnette d’alarme. Vous êtes dans une routine, qui risque de vous aspirer vers le bas. Voir les mêmes personnes dans le même contexte amène à long terme à de la frustration et de l’ennui, même si vous adorez vos potes.

Croyez moi, vous apprécierez d’autant plus vos amis que vous les verrez dans des contextes différents. Vous devez aussi voir d’autres gens par ailleurs, vivre des choses par vous mêmes. Ne soyez pas cette personne qui n’a qu’un seul groupe d’amis ou qui passe toutes ses soirées avec sa copine, au risque de le regretter amèrement dans 1, 2 ou 10 ans.

3/ Vous avez pris plusieurs kilos depuis 1 ou 2 ans

La prise de poids n’est jamais anodine : elle démontre soit les symptômes d’une maladie, soit un laisser aller au niveau de votre alimentation ou de votre style de vie.

Cela devrait être une alerte : posez vous la question, pourquoi avez vous grossi ? Mangez vous plus qu’avant (auquel cas il faudra faire attention à manger plus équilibré !) ou avez vous arrêté le sport ou mis en place un mode de vie plus sédentaire?

Un remède simple pour commencer à agir : prenez les escaliers plutôt que les escalators dans le métro ou à la place de votre ascenseur, ça vous fera un peu d’exercice et perdre quelques calories. Et recommencez un sport, c’est bon pour votre corps et pour votre mental !

4/ Vous mettez beaucoup de temps à sortir du lit le matin

Vous savez que vous devez vous lever. Mais vous ne le faites pas. Vous laissez la touche « snooze » du réveil, et vous restez au lit 10 ou 20 minutes supplémentaires.

Pourtant, l’été dernier quand vous aviez du vous lever à 6h pour prendre l’avion pour le soleil, vous aviez sauté du lit rapidement. Idem la fois où vous deviez rejoindre votre petite amie pour un week en tête à tête romantique.

Bref, votre inconscient vous passe un message : votre vie vous ennuie en ce moment, vous n’aimez pas votre quotidien. Ce n’est pas que vous n’avez pas envie de vous lever, mais c’est que vous n’avez pas envie de le faire pour la journée triste qui vous attend.

Solution : faire des projets qui vous tiennent à cœur. Faire une routine matinale positive, c’est très efficace.

5/ Vous êtes fataliste et ne croyez pas au futur

Vous ne croyez plus en un avenir radieux. Vous pensez que les opportunités de vivre une vie épanouie sont passées, et que vous devez vous contenter d’une vie moyenne.

Vous êtes même par instant à la limite du nihilisme, et pensez que votre existence n’a aucun sens.

Quand on vous demande si vous êtes heureux, vous répondez que vous n’êtes pas malheureux.

Désolé de vous le dire, mais si c’est le cas vous allez bientôt le devenir ! Vous ne serez pas heureux en survivant au lieu de vivre votre vie, reprenez le contrôle et vivez des choses incroyables (vous pouvez vous inspirer de cette liste des 30 choses à faire dans sa vie).

J’ai essayé pendant un moment de m’accrocher à la philosophie de l’ataraxie (qui définit le bonheur par l’absence du malheur), mais ceci n’apporte qu’un répit de courte durée car vous végétez en vivant ainsi : vivez vraiment, n’ayez pas peur des sommets.

6/ Vous passez la plupart de vos soirées devant la TV / devant votre ordinateur

En soi, ce n’est pas un problème de le faire de temps en temps. Mais le faire trop souvent, c’est autre chose : cela démontre que vous n’avez pas une vie sociale, culturelle ou sportive assez développée.

Rester enfermé chez vous ne vous aidera pas à progresser dans la vie. Vous devriez viser un minimum de 3 à 4 sorties par semaine : ça vous laissera largement assez de temps pour voir les soirs restants vos séries ou programmes préférés !

La même chose s’applique pour les jeux vidéos : limitez vous à une heure ou 2 de temps en temps, devenir meilleur à call of duty ou à mario kart n’est pas une aptitude très utile dans la vie de tous les jours, gardez ça pour du loisir occasionnel !

7/ Vous aimez regarder des émissions de TV réalité

Parce que vous trouvez ça drôle. Parce que vous vous dîtes qu’ils sont vraiment débiles dans ces programmes. Parce que vous trouvez ça bien.

Dans tous les cas, ça devrait être un signal d’alarme : ces programmes ont été pensés pour accrocher les gens qui vont être rassurés de voir de parfaits idiots (pas tout le temps mais la plupart des cas le casting est fait pour ça) faire des choses banales devant une caméra. Si vous regardez, c’est que cela vous rassure sur votre vie : en voyant des gens bêtes, on se sent plus intelligents.

Cela flatte vos plus bas instincts, mais c’est de la poudre aux yeux, ce n’est pas efficace du tout.

Maintenant imaginez que vous ayez passé ne serait ce que le quart du temps que vous avez passé cette semaine devant la TV à lire un livre (à commencer par l’excellent TV lobotomie, qui vous incitera à vous méfier désormais de votre amie télévisuelle) ou à apprendre des nouvelles choses, à discuter avec des gens intéressants. Vous ne croyez pas que vous auriez plus progressé?

Cessez de vivre votre vie par procuration. Arrêtez de regarder ces programmes abrutissants, vous méritez mieux que de regarder ces programmes racoleurs.

Le même constat peut s’appliquer si vous regardez énormément de sport mais que vous ne pratiquez pas, ou si vous regardez beaucoup de porno sur internet : la vraie vie est dehors, pas dans la TV, et elle est beaucoup plus passionnante!

arrêtez la télévision - changeons

Un parfait outil pour vous endormir et vous empêcher de vivre vraiment

8/ Vous n’avez pas voyagé dans un nouveau pays ou une nouvelle région depuis plus de 2 ans.

Le monde est magnifique. Aujourd’hui, il est à portée de main (ou plutôt d’avion), et ce pour des sommes parfois modestes avec les vols low costs. Il y a aussi des possibilités de prendre des bus (moins chers), de faire du covoiturage.

Pas besoin d’être un aventurier : si vous aimez le confort, voyagez en Europe et dans les pays industrialisés. Même en faisant un pays par an, vous avez de quoi voir venir en destinations plus qu’attirantes !

La France c’est très sympa. C’est même un pays magnifique. Mais vous passez à côté d’échanges humains, culturels et artistiques énormes si vous restez tout le temps ici.

En plus, ça vous fera travailler votre anglais, votre espagnol ou votre allemand oubliés dans un coin de votre cerveau depuis le lycée et qui n’attend qu’à être utilisé!

carte du monde changeons

Cela fait pas mal de destinations à visiter ne croyez vous pas?

9/ Vous avez l’impression que toutes vos journées se ressemblent

Métro, boulot, dodo.

Vous vous sentez prisonniers d’une certaine routine, que vous soyez célibataire ou en couple depuis longtemps, avec ou sans enfants. Parfois vous regrettez votre liberté passée, et l’insouciance de vos plus jeunes années.

La mauvaise nouvelle, c’est que vous êtes le seul responsable de cet état de fait. Vous vous êtes laissé enfermer dans une bulle de confort et vous vous êtes laissé aller, en négligeant de semer de nouvelles graines à droite à gauche pour faire germer de nouvelles passions ou de nouvelles relations amicales. Souvent dans ces situations on rejette la faute sur l’autre (le conjoint, les amis, le patron), mais c’est nous mêmes qui nous sommes mis dans cette situation.

Et le gros intérêt de ce constat, c’est qu‘il ne tient qu’à nous d’en sortir. En arrêtant de nous mentir, en décidant d’agir dès maintenant et de faire ce qu’il faut pour avoir une vie riche et épanouissante.

Pour certains il suffira de petits ajustements, d’autres devront faire table rase du passé. Votre bonheur est important, vous devriez lui consacrer un peu de votre temps vous ne pensez pas?

10/ Vous êtes jaloux de vos amis

Vous vous connectez sur facebook et vous voyez que votre copine est allée en week end au portugal, et vous lui écrivez « veinarde, c’est pas moi qui pourrais partir ». Votre meilleure amie vous apprend qu’elle est en couple depuis peu, vous la félicitez mais au fond de vous ça pique, vous vous sentez vraiment mal parce que ça vous rappelle votre célibat.

Votre pote Roger vous montre son nouvel Iphone 14 qui fait grille pains et scie sauteuse, et ça vous rappelle que vous êtes au chômage et peu fortuné.

Bref, si vous n’arrivez plus à vous réjouir sincèrement et honnêtement du bonheur de vos proches, c’est que quelque chose cloche en vous en ce moment. C’est un signal d’alerte, il est temps pour vous de vous dépasser, de vous bouger, de mettre en place des choses pour améliorer votre vie.

Quelqu’un d’équilibré et d’heureux ne sera jamais jaloux d’un ami, cela arrive dans les périodes où l’on n’a pas ce qu’on cherche dans la vie. Parce qu’on se compare inconsciemment, et on se juge inférieur. Cultivez votre bonheur, et vous verrez que dans quelques temps dans la même situation vous vous direz « ça a l’air cool le Portugal, il faut que j’y aille avant la fin de l’année » ou « Tu es en couple? Cool, tu me le présenteras, on ira se faire une soirée dans un bar génial que j’ai repéré » ou encore « Eh cool ton téléphone, moi j’en ai pas du tout l’utilité mais j’avoue qu’il est super stylé, et qu’il fait vraiment des bonnes tartines ! ».

Bilan : quel est votre résultat à ce test?

Voilà 10 indicateurs qui devraient vous faire réfléchir sur votre vie actuelle : êtes vous épanouis ou en phase de reconstruction? Si vous vous êtes reconnus dans une ou plusieurs des situations décrites, ne paniquez pas : vous pouvez vous améliorer et corriger les choses, je vous prépare d’ailleurs une formation d’ici quelques semaines pour vous aider à atteindre les sommets.

En attendant je ne peux que vous encourager à faire cette première action en vous inscrivant pour recevoir les conseils gratuits ci dessous, et partager cet article au plus grand nombre sur vos réseaux sociaux favoris ou par mail !

​Plus de 101 conseils gratuits pour changer votre vie

​Si vous avez envie de commencer à agir pour changer ce qui ne fonctionne pas, vous pouvez choisir de recevoir les conseils gratuits par mail, directement ici : 

Partager
  • […] vous passionne vous seriez certainement encore meilleur que dans votre travail actuel, pensez-y et faîtes le test pour savoir si vous devriez changer de vie […]

  • STREIFF Jean-Paul dit :

    Je me reconnais dans ces 10 choses qui prouvent que je devrais changer de vie. Je vais bien éplucher votre site pour m’organiser efficacement.

    Merci pour ces précieux renseignements.

  • vianney dit :

    Etrange il n’y avait pas de bouton réponse, pour la dernière ?

    Je suis moi aussi auto-entrepreneur, et c en’est pas toujours simple, sans parler des « sécurités » qui n’existent plus avec ce statut. Il est très compliqué de demander une rémunération pour un service dans notre société, nous vivons dans un monde de gratuité où les gens trouvent normal de payer leur assurance, mais pas de payer le graphiste qui va leur faire leur publicité pour le flyer de leur entrreprise (alors que c’est sensé leur apporter plus de clientèle donc plus d’argent).

    L’envie est souvent là, le souci reste le côté financier, toujours !

    Il est clair que lutter en permanence pour survivre (je n’ai pas choisi ce mot par hasard) on apprend beaucoup de choses, mais cela nous use aussi énormément et surtout creuse à coup de pelleteuse la confiance en soi, qui reste le second moteur pour entreprendre après la motivation.
    De plus les gens ayant les moyens « peuvent » se permettre de tenter des choses, ceux qui n’ne n’ont pas n’ont pas la même chance. Car il faut être honnête pour monter une affaire on a beau dire que sans apport c’est faisable, en réalité face aux banques ce n’est pas la même chanson.

    Je suis entièrement d’accord sur le fait que souvent les gens qui ont le plus réussi sont ceux qui sont partis de rien pour devenir quelqu’un. Mais pour un Steve Jobs ou Walt Disney combien il y a de personnes qui ont échoué à côté ?

    Il faut accepter de prendre des risques et tenter des choses, sinon l’on vit une vie non désirée avec des regrets.

    J’ai pour habitude de dire (surtout à mes enfants), qu’une défaite nous apprend plus de choses qu’une victoire. On se rejoint donc sur ce point.

    Des techniques de motivation, oui j’en ai après le plus dur est de les appliquer au jour le jour où bien lorsque les grandes épreuves de la vie viennent et détruisent tout ! Je pense qu’il ne faut pas vivre de regrets, et que l’on a qu’une seule vie. Mais ma principale motivation reste mes enfants. Après lorsque je vois toutes ces personnes malheureuses dans leur travail, bossant pour un patron qui (pour les plus gros) utilisent ces gens pour être plus riche et aussi payer les lourdes charges de l’état, j’ai de la peine pour elles et je n’ai pas envie de suivre ce chemin, c’est aussi une très bonne motivation.

    Je sais que je peux avoir un discours très fataliste, mais je pense qu’il faut aussi être au courant de ces pièges si l’ont tenté la chose, mais aussi qu’il est normal de dire que les propos entendus ne sont pas toujours justes et qu’il est nécessaire de les modérer.

    • Hervé dit :

      Oui dans le fond nous sommes d’accord, que ça soit sur la difficulté d’entreprendre (ton paragraphe sur les gens qui voudraient tout gratuitement est très vrai, je suis confronté aux mêmes réticences dans mon métier) que sur le manque d’égalité des chances au départ.
      C’est en effet plus difficile pour quelqu’un qui n’a vraiment pas de sécurité financière derrière, et qui risque de tout perdre si son projet n’aboutit pas.
      C’est d’autant plus fort quand les gens réussissent en partant de rien, et extrêmement valorisant !
      Il y a une citation que j’aime bien, et qui pourrait motiver des gens à tenter malgré tout d’améliorer leur vie et de viser plus haut : « Si vous commencez avec rien et que vous finissez avec rien, vous avez donc rien à perdre. » (Michael Dunlop).

      Je suis tout à fait d’accord sur la quantité d’obstacles à surmonter, et sur le fait que certains malgré des efforts certains n’arriveront pas à leur but. Cependant comme tu l’as dit, si tu ne tentes rien, tu ne peux pas réussir. Si tu essaies, même si tu as une petite chance de réussite, c’est toujours mieux que zéro, et ça mérite d’être encouragé. Et même s’ils n’arrivent pas à leur but, ils seront fiers d’avoir essayé, d’avoir tenté quelque chose pour ne plus subir le destin.

      Je pense que l’idée que j’essaie de transmettre, c’est de voir le verre à moitié plein. Ou même si le verre est vide pour l’instant, d’essayer de se dire qu’on va le remplir prochainement, en commençant par une petite goutte immédiatement. Effectivement en faisant ça j’occulte parfois les côtés difficiles, mais ce n’est pas de l’utopie ou de la naïveté, c’est pour contre-balancer tous les messages négatifs ou fatalistes que l’on reçoit dans notre vie, et rééquilibrer la balance pour motiver les gens à tenter d’améliorer les choses au lieu de se laisser aller en se disant qu’on ne peut rien changer.
      Si tu avais été fataliste au moment de monter ton entreprise tu ne l’aurais sans doute jamais fait, et tu aurais eu des regrets. Même si aujourd’hui tu dois te battre pour qu’elle perdure, ça t’a surement aidé à être une meilleure personne et à te développer : beaucoup de gens n’ont jamais le courage de passer à l’acte. Si j’avais écouté mon entourage à l’époque et les médias (c’est la crise, monter son entreprise c’est trop dur) je ne serais pas passé à l’action, et j’aurais eu beaucoup de regrets. Est ce que j’aurai toujours mon entreprise dans 2 ou 3 ans ? Rien n’est moins sur en raison des problèmes que tu as évoqués (notamment financier), mais ça m’aura dans tous les cas beaucoup apporté personnellement, et je ne regretterai jamais ce choix, que j’ai fait après avoir trouvé la motivation nécessaire en lisant des choses positives notamment.

      Je tombe peut-être parfois effectivement dans le travers d’oublier certains côtés négatifs dans mes articles, du coup j’apprécie vraiment la qualité de tes commentaires qui apportent un éclairage différent et complémentaire !

      • vianney dit :

        Oui c’est effectivement plus gratifiant de réussi en partant de rien.
        Je suis tout à fait d’accord avec tes propos. Là oui je suis, on va dire déçu, c’est que la plupart du temps ces personnes ne sont pas aidés, mais plutôt portées en dérision, et lorsque quelqu’un a une bonne initiative il est souvent démoli par les autres. C’est notamment vrai en France, je trouve, où l’esprit entreprenarial est totalement bafoué, voir même rejeté, poussant les personnes à ne pas « essayer ». C’est du gâchis et c’est fort dommage. Aussi bien pour les personnes qui essaient, que les autres qui passent peut être à côté de quelque chose.
        Le pire c’est que ce genre de propos provient parfois de la bouche même des proches qui devrait plutôt t’encourager au lieu de d’essayer de te faire renoncer.

        Je pense que l’on se rejoins sur beaucoup de points ! ^_^
        Il faut tenter pour ne pas regretter, mais aussi évoluer et progresser et non pas stagner dans un quotidien castrateur de bonnes idées et de volonté.

        Loin de moi l’idée d’apporter que du négatif, je voudrais justement aider ces personnes en apportant des réponses (par le biais d’échanges comme nous le faisons), en posant les bonnes questions, qui sont souvent oubliées et surtout en apportant des réponses.

        • Hervé dit :

          Effectivement, en France on a tendance à ne pas encourager les tentatives, et à plutôt décourager les gens en leur présentant les aspects négatifs en premier.
          Et c’est très vrai, même notre entourage agit comme ça : avec le recul, je pense que c’est parce qu’ils projettent leurs propres peurs et insécurités. Il y a aussi parfois une forme de jalousie involontaire : quand quelqu’un prend une initiative qu’on n’a pas osé prendre, on critique sa démarche. Je me rends compte que j’étais comme ça il y a quelques années, quand un proche faisait quelque chose de courageux je le dévalorisais au lieu de l’encourager, car le fait de voir l’autre agir me rappelait que je ne le faisais pas.
          Pour éviter ça, le mieux c’est dans ce genre de période de ne parler de son projet qu’aux personnes les plus positives de notre entourage dans un premier temps, qui sauront nous motiver, et n’annoncer le projet aux autres qu’une fois qu’il sera solidement avancé et que notre décision de le faire est définitive. C’est très important dans ces moments là de sentir une énergie positive autour de son projet, d’où la nécessité de se couper des remarques négatives non constructives.

          C’est d’autant plus vrai pour les personnes qui partent de rien comme tu le dis : on leur reprochera leur manque de diplômes, leur manque de fonds propres, on leur fera comprendre que la réussite ce n’est pas pour eux. Et c’est là où effectivement il faut être fort dans sa tête et briser toutes ces croyances limitantes, et mener son projet à bien.

          Oui, j’avais bien compris ta démarche, et je pense effectivement qu’elle est tout à fait justifiée, et j’espère que ça aidera les gens qui liront ces échanges et qui vivent les difficultés dont on parle.
          C’est très possible d’ailleurs que j’écrive un article sur ce sujet prochainement inspiré de cette discussion si tu le veux bien ! 😉

          • Vianney dit :

            Alors là je suis d’accord à 200%. Et c’est d’ailleurs un gros souci, tout en étant très énervant, ce fait que les gens sans « bagages » ne soient pas aidé, même si elles ont d’excellentes idées !

            Tu peux écrire un article, sans souci bien au contraire, si ça peut aider ça serait l’idéal. Si tu veux je peux même t’aider pour l’écrire. 😉

          • Hervé dit :

            Avec plaisir, je te contacte en MP pour mettre ça en place ! 😉

  • vianney dit :

    C’est très intéressant comme analyse, le souci à mes yeux, malgré tout, c’est que celle-ci ne prend pas compte de certains points pourtant très important :
    – les moyens fiannciers
    – la situation familiale (aussi bien sentimentale que financière)
    – la mobilité des personnes

    Lorsque cette liste évoque 3 à 4 sorties par semaine, encore faut-il avoir les moyens de sortir, que ce soit financièrement, mais aussi en terme de transport, et même d’occasions surtout si vous habitez dans un milieu rural assez éloigné de grandes villes plus vivantes.

    La même chose s’applique aussi aux voyages, qui ne sont pas à la portée de tous, loin de là et cela parfois même pour des courtes distances.

    Je suis en total accord avec ce genre d’article, je pense effectivement qu’il faut prendre sa vie en main et non attendre qu’on nous la dicte, mais c’est souvent plus facile à dire qu’à faire, et ce n’est pas qu’une question de volonté.
    Ce qu je trouverais intéressant c’est qu’un second article prenne en compte ces points pour ainsi donner de véritables solutions ou du moins des débuts de réponse. Car les personnes sont souvent conscientes de ces conditions peu agréables, mais elles ne savent tout simplement pas comment s’en sortir. Car malheureusement prit dans un engrenage et un maintien volontaire par des extérieus de cet état, il est difficile d’envisager la vie autrement.

    Qu’en pensez-vous ?

    • Hervé dit :

      Tu as tout à fait raison, certaines choses ont un coût qui peut s’avérer non négligeable. Il y a pourtant des astuces ou solutions qui permettent de minimiser ces couts ou de mieux utiliser son budget loisirs, j’avais écrit un article sur le sujet : 8 astuces pour faire des choses géniales tout en dépensant moins d’argent !
      Certains sports ne coutent quasiment rien (la course à pied par exemple), certaines sorties culturelles sont gratuites par exemple. Mais effectivement, même si on arrive à réduire les coûts d’un voyage, cela coute toujours un peu d’argent.
      Pour l’éloignement et le milieu rural c’est effectivement un problème, mais il est sans doute possible de trouver des astuces (co-voiturage, transports en commun) pour se rendre régulièrement dans une ville plus grande sans se ruiner, et si la situation est trop compliquée socialement et que ça frustre trop la personne isolée, peut-être faut il envisager de se rapprocher d’une ville par exemple. Accepter de sortir de l’engrenage que tu décris en quelque sorte.
      Merci pour ton avis en tout cas, ton point de vue est très intéressant !

      • vianney dit :

        Merci pour ta réponse.
        Loin de moi l’idée de faire l’avocat du diable ou preuve de mauvaise foi, mais malgré le fait que tu as raison cela ne suffit pas forcément.
        Il y a effectivement des sorties gratuites (expo par exemple), mais encore faut-il qu’il y en ai tout simplement (et je n’inventes rien). Alors oui dans ce cas il y aurait la possibilité de monter justement cette expo, mais dans ce cas il faut une salle, et pour l’avoir vécu les municipalités ne sont pas toujours prêtes à les prêter gratuitement (aussi fou que cela puisse paraître). Il y a l’option des commerces (bar, restaurant, et autres), mais peu accepte au final (assurance, vol, dégradation, peu d’intérêt). La encore c’ets du vécu.
        Pour l’éloignement rural il n’y a pas toujours de transport, j’ai habité dans 2 villes où ce n’était pas le cas et l’un avant plus de 6000 habitants ! Co voiturage il n’y en a pas forcément et les expos ça n’intéresse pas tout le monde.

        Se rapprocher d’une ville, l’intention est louable mais encore faut-il avoir les moyens car entre les loyers plus chers, l’emploi et les frais que cela engendre cela est parfois tout simplement pas envisageable.

        Je n’y met pas de la mauvaise volonté je te l’assures, juste du réalisme, car malheureusement nous sommes nombreux à vouloir changer de vie mais pouvoir y parvenir est autre chose, et ce n’est pas toujours un manque de volonté mais juste une question de moyens, aussi divers soit-il.

        • Hervé dit :

          En fait tu peux diviser ta réflexion en deux parties :
          1/ améliorer ta situation actuelle, en trouvant des solutions pour faire un peu plus de sorties, voir plus de monde ou faire plus d’activité sportive. Effectivement si tu es isolé, c’est plus dur d’accéder à la culture qu’en grande ville. Tu peux pourquoi pas essayer de créer une association, ou au moins un club informel avec des gens qui aiment les mêmes choses que toi (musique, peinture, photo), et ainsi quand une expo intéressante se profile, les frais de transport seront grandement divisés si vous prenez une voiture pour 4 ou 5 personnes. Si c’est un petit groupe, vos réunions peuvent avoir lieu chez l’un d’entre vous ou au bar du village, ce qui ne coute pas très cher. L’idée de monter des expos est géniale, essaie de trouver un angle pour parler aux commerçants pour leur faire comprendre les bénéfices : ça ne leur coûte rien, ça leur amène du monde et des clients potentiels, et ça leur fait une super déco gratuit, ce type d’arguments pourrait en convaincre certains : même si 9 refusent, si le 10ème accepte c’est tout bon !
          Idem pour les activités sportives, il suffit de trouver quelques motivés pour aller jouer au foot / tirer à l’arc, privilégie les sports sans beaucoup de matériel si ton budget est limité.
          Mais comme tu le sens toi même, tu es un peu limité par cet isolement : cela conviendra à certaines personnes, pour toi cela semble être un obstacle à ton épanouissement, si c’est le cas tu as la 2ème partie de la réflexion :

          2/ Réfléchir à ta structure de vie. Au lieu de constamment « faire avec » les différents obstacles, essayer de réfléchir à long terme sur ce qui simplifierait ta vie : imaginons que pour avoir la vie que tu rêves tu te rendes comptes que tu aimerais vivre à Paris ou Bordeaux ou Lyon par exemple. Que devrais tu changer pour aller vivre là bas ? Un meilleur salaire sans doute. Par quoi cela passerait il ? Trouver un emploi plus rémunérateur. Donc avoir plus d’expérience, de qualification. Dans ce cas, pourquoi ne pas faire des formations (il y a souvent des droits à la formation dans les entreprises) ou même un système de cours en ligne diplômants (il y a maintenant de nombreuses écoles ou universités prestigieuses qui proposent des cours gratuits). Je pense que face à un recruteur, quelqu’un qui a eu l’initiative de s’auto former de manière durable et volontaire, ça peut faire très bonne impression ! Ou par exemple trouver un moyen de compléter ton salaire actuel, en donnant des cours du soir ou toute autre chose.
          Essaie de faire cette réflexion en partant de tes rêves de vie idéale, et de diviser les étapes pour arriver à quelque chose de concret que tu peux faire dès aujourd’hui pour aller dans le bon sens.

          Les obstacles seront nombreux, mais au moins tu te donnes les moyens de réussir, là où si tu te contentes d’être fataliste, tu ne te donnes aucune chance ou presque de sortir de la situation qui pour l’instant te donne l’impression d’un engrenage qui t’empêche d’être plus heureux.

          Au plaisir d’échanger avec toi, j’espère que ça te motivera pour ne pas baisser les bras! 😉

          • vianney dit :

            Je te rassures je ne suis pas forcément dans cette situation, j’ai quitté ma région et pris de gros risques pour faire ce que j’aime. Non je pense aux autres personnes, qui viennent chercher des conseils.

            Je suis content de débattre de tout ceci, c’est premièrement très intructif et surtout ça permet de trouver de nouvelles pistes et voies de réflexion.

            Le plus gros frein reste je pense le côté financier, qui reste un très gros souci. Créer une association est faisable, mais en milieu rurale il est très compliqué de trouver des membres. Pour exposer chez des commerçants il faut préparer ses oeuvres, là encore le coût est important.

            Car malheureusement les gens qui veulent changer de vie, ne sont pas forcément ceux qui peuvent. C’est très triste même injustes mais c’est un constat. Et je trouves intéressant et humain de chercher des idées pour les aider.

            Il y a en plus encore un obstacle important qui s’ajoute de mon point de vue. La motivation !
            Sans celle-ci impossible de faire quoi que ce soit et lorsque les personnes ont déjà tentées de nombreuses choses sans succès, difficile d’imaginer qu’un jour elles puissent réussir. Là encore de nombreux critères entre en ligne de compte : l’emploi, difficile à trouver, et tout aussi difficile à garder. Tout comme les « cours du soir » qui s’ils partent du bonnes idées vont devoir être encadrés par une structure légale, et même si l’autoentreprenariat peut sembler être une solution il faut savoir que celle-ci implique tout de mêmes des charges et parfois assez lourdes. sans oublier que trouver des personnes intéressées ou une association que cela intéresse est également très dur.

            Car si l’adage it « quand on veut, on peut », il s’est avéré que celui ci est faux et devrait être nuancé par « quand on veut, on doit voir si l’on peut. »

          • Hervé dit :

            Je suis auto-entrepreneur, j’ai aussi pris des risques : c’est vrai que les charges sont parfois importantes, mais ça vaut la peine d’essayer. Il existe aussi des structures qui gèrent les cours à domicile en étant juste rémunéré à l’heure. Il y a sans doute d’autres moyens de se faire un peu d’argent (bricolage, dépannage informatique, babysitting, …), ce qui peut aider provisoirement à arrondir les fins de mois. Mais à terme, il faudra trouver un revenu plus en rapport avec ses ambitions (pour certains ça sera assez bas, pour d’autres beaucoup plus élevé : on a tous notre niveau de vie rêvé qui dépend fortement d’une personne à l’autre)
            Je suis d’accord qu’en étant isolé c’est un frein à la sociabilisation et aux initiatives, mais il y a aussi d’autres avantages : convivialité, si on s’y prend bien on peut avoir un cercle social parfois plus grand que dans des villes de plus grandes taille. Tout dépend du rêve de la personne, je sais que j’aurais maintenant du mal à me passer d’un accès à la culture et aux rencontres que je ne retrouve que dans des villes d’une certaine taille, mais tout le monde n’a pas les mêmes envies ni besoins.
            Beaucoup de gens ont suffisamment d’argent pour faire ce qu’ils veulent, et pourtant ont peur de le faire et restent dans leur confort. Les gens peu aisés ne sont pas aidés, mais ils développent peut-être une force supplémentaire en luttant contre l’adversité qui pourra leur être utile par la suite. Il y a beaucoup d’exemple de gens partis de rien et qui se sont forgés un destin hors du commun, ce n’est pas impossible (ça demandera certainement plus d’efforts et de motivation, mais c’est possible !)
            Après pour suivre ses rêves, il faut accepter à un moment de prendre le risque d’échouer, sinon tu restes dans la même situation qui n’évolue pas.

            Complètement d’accord avec toi en ce qui concerne la motivation : c’est un levier hyper puissant. Quelqu’un qui réussit, c’est quelqu’un qui a eu le courage et la motivation d’échouer suffisamment de fois pour que ça se transforme en réussite. Si je ne pouvais transmettre qu’une seule idée sur ce site ça serait celle là, continuez à espérer et à tenter des choses.
            Pour cela, il est important d’augmenter sa confiance et d’agir hors de sa zone de confort, de faire un travail sur soi même pour dédramatiser l’échec, et trouver des objectifs réalisables.
            C’est là où chaque tentative doit être vu comme un pas vers la destination, et non comme un enjeu qui déterminera le reste de notre vie.

            Le « quand on veut, on doit voir si l’on peut » j’adhère à l’idée, je complèterai par « et si on ne peut pas, on trouve un moyen d’avancer quand même ».
            Ca peut être en contournant l’obstacle, en le détruisant, en l’ignorant, en partant dans une autre direction, mais ne pas rester immobile en bas de l’obstacle en se disant « mince c’est trop haut j’ai échoué », ce qui ne servirait pas à grand chose.

            Tu as des techniques de motivation de ton côté quand tu doutes de tes décisions ?

  • Greg dit :

    Je connais plein de personnes qui doivent changer de vie.

    Mais dit moi, tu n’as pas envisage l’idée que certaine personnes puissent réunir plusieurs de ces conditions et être satisfait de leur vie ?
    Après tout les ignorants sont tous heureux.

    • Hervé dit :

      En fait c’est comme les symptômes d’une maladie : le fait de cumuler plusieurs conditions ça devrait mettre la puce à l’oreille et faire prendre conscience qu’on devrait envisager de changer de cap ou au moins de le corriger.
      Pour le bonheur des ignorants, est ce vraiment un véritable bonheur ou un bonheur factice ? Sans doute certains pourront être heureux toute leur vie sans jamais se poser de question ou se remettre en cause, mais pour la plupart ils risquent de se réveiller un jour avec une sacrée gueule de bois en ayant l’impression d’avoir raté leur vie ou d’être passé à côté de leurs rêves.

      Mais effectivement, l’article est volontairement un peu provoc pour servir d’électrochoc, si ça peut aider certains lecteurs à se poser les bonnes questions et avancer ! 😉

  • >