changeons logo texte

Peur de parler en public ?

...des solutions existent !

Ça vous est déjà arrivé de paniquer avant une prise de parole en public ?

De stresser, comme si votre vie en dépendait ?

De sentir votre respiration devenir difficile…

…votre rythme cardiaque s’accélérer…

…vos mains trembler et transpirer…

…juste à l’idée de devoir parler devant une poignée de collègues ou d’inconnus ?

Vous stressez peut-être même pendant des journées entières, parce que vous savez que dans quelques heures ou dans quelques jours vous devrez faire une présentation orale ?

Si oui, vous faîtes partie de la majorité des gens qui gèrent mal la prise de parole en public.

réunion stress - changeons

Stressé(e) quand c'est à votre tour de parler ?

Peur de Parler en public : pire que la peur de mourir !

Ne vous en faîtes pas, vous n’êtes pas seuls.

En fait, la majorité des gens est comme vous.

Certains arrivent mieux à le cacher que d’autres.

Mais un sondage récent réalisé sur un échantillon représentatif avait montré que la peur numéro 1 des gens, devant la peur de mourir, était bel et bien la peur de parler en public.

Autrement dit, en tant qu’humain, on a plus peur d’être ridicules en public que de mourir.

Rien que ça.

Dans un premier temps, voyons ce qui pourrait arriver de pire en cas de mauvaise présentation en public.

Des angoisses liées à la peur du ridicule en public

Ce qu’on craint le plus, c’est d’être ridicules à l’oral devant notre public.

Que tout le monde se moque de nous.

Que tout le monde pense qu’on est mauvais.

En cas de présentation professionnelle, on a peur de passer pour incompétent.

Peur de passer pour quelqu’un de faible.

Peur que les autres remarquent notre voix qui tremblent, nos bafouillements…

Peur de rougir, de perdre tous nos moyens.

Peur du blanc en public. De ne plus pouvoir parler.

Pour résumer : notre peur de parler en public est lié à un manque de confiance en nos capacités à captiver une audience, et à montrer notre vraie valeur.

salle vide - changeons

Quand les sièges seront pleins, ça sera à vous de parler...

Prise de parole en public : pourquoi ça se passe dans votre tête

Le stress que vous ressentez, c’est vous même qui vous le créez.

Parce que vous visualisez tous ces échecs possibles.

Tous les scénarios catastrophes improbables.

Alors, petit à petit, vous commencez à douter.

Après tout, la dernière fois vous aviez déjà eu du mal.

Cette fois ça pourrait être pire.

Alors, à force de visualiser cet échec possible…

…de focaliser sur vos faiblesses…

…vous augmentez drastiquement les chances que ça arrive.

Parce que plus vous pensez à échouer, plus votre stress augmente…

…et plus vous échouerez.

C’est une sorte de spirale infernale.

Où chaque nouvelle prise de parole vous fait stresser encore plus, et échouer encore plus.



Une première solution : visualisez-vous en excellent orateur

Et si, au lieu de vous visualiser comme le(a) pire des losers, vous vous visualisiez pour une fois comme un(e) excellent(e) orateur(ice) ?

Et si vous imaginiez que votre future intervention captive les foules…

Vous attire la sympathie de votre audience…

Et vous vaille les félicitations chaleureuses de votre supérieur…

Comment vous sentiriez-vous ?

Un peu mieux déjà, pas vrai ?

Notez votre sourire quand vous visualisez ça.

Notez que votre confiance augmente, légèrement ou plus intensément.

Notez que vous avez envie de vivre cette situation.

Et enfin, notez que vous en êtes tout à fait capables !

D’ailleurs, marquez-le sur une feuille, pour ancrer cette vision :

JE SUIS UN EXCELLENT ORATEUR ET JE VAIS CAPTIVER MON AUDIENCE

foule - changeons

Imaginez-vous en "rock star" de la prise de parole

Devenir meilleur à l’oral : faîtes attention à votre langage corporel

Maintenant qu’on a travaillé sur votre mental, passons à une partie trop souvent négligée par les orateurs amateurs : le langage corporel.

 

Vous ne pourrez pas, malgré vos efforts, captiver votre audience si votre langage corporel est mauvais.

Autrement dit, si vous vous tenez mal, personne ne vous écoutera.

 

Il est donc indispensable d’améliorer votre gestuelle.

Et c’est très facile à faire avec un peu d’entraînement !

Il vous suffit de veiller à adopter un langage corporel ouvert et chaleureux.

Présentation orale : comment se tenir ?

Premièrement, faîtes face à votre audience.

Ne lui tournez pas le dos.

Ça paraît évident, mais beaucoup de gens se tournent vers leurs powerpoints, et tournent le dos aux personnes à qui ils sont sensés parler.

Si vous avez peur, vous aurez tendance à le faire sans même que ça soit volontaire. Prenez donc soin de toujours vous tourner vers votre audience.

Ensuite, ne vous tenez pas non plus devant l’écran géant.

Vos diapositives si vous en avez sont plus brillantes que vous. Si vous vous tenez dans le même axe, vous deviendrez transparent, et personne ne vous écoutera.

Décalez-vous de quelques pas sur le côté, tout simplement.

Ensuite, dans la mesure du possible : ne restez pas assis.

Levez-vous pour votre présentation.

Vous aurez ainsi plus de charisme, et également plus d’énergie.

sourire - changeons

Souriez, vous êtes filmé !

 Pour avoir l’air chaleureux et ouvert ?

Souriez dès le début de votre présentation, même si c’est rapide.

Ça détendra l’atmosphère, tout en réduisant votre niveau de stress.

Attention, ne vous forcez pas, ne gardez pas un faux sourire : il vaut mieux sourire une seconde ou deux de manière sincère que de garder un faux sourire pendant plusieurs dizaines de secondes !

Ensuite, adoptez un comportement calme.

Pas de gesticulation excessive.

Ne faîtes pas les cent pas de manière compulsive.

Ne faîtes pas de grands moulinets avec les bras.

Ni de geste traduisant votre stress, comme faire tourner votre stylo, taper du pied par terre par exemple.

Évitez de croiser les bras ou les jambes, ou de mettre des objets entre votre audience et vous, que ça soit des bouteilles d’eau, des dossiers ou un pupitre trop imposant.

Pour paraître ouvert, faîtes face à votre audience, sans obstacle entre vous et eux.

Ouvrez vos bras, montrez vos paumes de mains à votre public.

Et enfin : ralentissez vos gestes.

Le stress lié à la situation de prise de parole en public vous faît bouger trop rapidement.

Par exemple, si un objet tombe, ne vous précipitez pas dessus.

Prenez votre temps, respirez.

Vous montrerez ainsi plus d’assurance, et de tranquilité.

Et ça vous donnera plus de temps pour faire la bonne action, et ne pas enchaîner les erreurs.

Idem en cas de problème ou de blanc à l’oral : ne vous précipitez pas.

 

Respirez.

Au besoin, faîtes une petite plaisanterie sur votre problème en l’avouant plutôt que de le cacher.

Par exemple :

« là normalement un magnifique diaporama aurait du vous montrer la différence entre X et Y, mais il a mystérieusement disparu, j’appellerai le FBI pour éclaircir tout ça »

(la plaisanterie finale est facultative, mais ça fait toujours bon effet de transformer un moment de gêne en positif, ça montre que vous maîtrisez suffisamment votre sujet pour faire face à l’imprévu, et ça dissipe toute gêne éventuelle : rien de pire que quelqu’un qui se débat et qui se décompose parce que quelque chose ne se passe pas comme prévu).

Parler en public : maîtrisez votre voix

Le stress lié à une prise de parole en public a souvent plusieurs effets sur votre diction :

  • vous parlez beaucoup plus vite sans vous en rendre compte
  • vous enchaînez les phrases sans pause, de peur de ne pas être assez intéressant(e).
  • vous parlez de manière monocorde, trop concentré(e) sur votre présentation

 

Ralentissez le débit de votre parole.

Quelqu’un qui parle vite est plus difficile à suivre et à comprendre.

Laissez le temps à votre audience de vous écouter.

De vous comprendre.

Parlez plus lentement que d’habitude.

Faîtes des pauses entre les phrases.

 

Surtout après avoir révélé un point important de votre présentation.

Laissez quelques secondes à votre audience pour intégrer cette révélation.

Si vous enchaînez, vous diluez l’impact de vos paroles, et votre audience perdra très vite (trop vite) son intérêt pour ce que vous racontez.

 

Respirez entre deux phrases. Prenez votre temps.

Aérez votre présentation.

pauses discours - changeons

N'oubliez pas les pauses dans votre discours, aussi importantes que ce que vous dîtes !

 Mettez de la vie dans votre discours.

Appuyez sur certains mots. Variez votre intensité vocale et votre tonalité.

Si vous racontez une anecdote personnelle, adoptez un ton plus intimiste, une voix moins forte.

Si vous enchaînez sur une histoire motivante, mettez-y plus d’intensité et de volume.

Faîtes vivre votre voix.

Pour cela, il n’y a pas 40 solutions : entraînez-vous.

Répétez la même phrase 10 ou 20 fois de plus, en essayant à chaque fois d’y mettre plus d’intensité.

Enregistrez-vous.

Réécoutez pour savoir à quel moment vous étiez le plus convaincant, sans en faire trop.

C’est CE ton là que vous devez rechercher dans vos présentations.

Même si à la base ça vous paraît exagéré, c’est comme ça que vous captiverez votre audience.

Apprenez à improviser

Rien de tel qu'avoir de la répartie et une capacité à improviser pour réussir vos présentations.

D'ailleurs, cette capacité est très utile également dans votre vie sociale :

Elle vous permet de vous connecter à n'importe qui, et de toujours savoir quoi lui dire.

Même avec des inconnus.

Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici :

C'est certainement LA compétence qui vous sera le plus utile tout au long de votre vie dans votre vie sociale.

Être bon à l'oral, ça s'apprend.

Et ce n'est pas si compliqué que ça.

Même si vous partez de zéro, vous pouvez atteindre ce but si vous appliquez les bonnes méthodes.

Je suis passé de timide maladif à une personne qui sait improviser et faire rire des inconnus qu'il vient de rencontrer.

Et je peux vous apprendre à faire pareil.

Si vous voulez en savoir plus, ça se passe ici :

Excellente journée, et bonnes conversations avec des inconnus !

Amicalement,

Hervé Lero

>