La route vers l’aisance sociale - Changeons

La route vers l’aisance sociale

​​Commencer ici​ ​: passer du stress en société​ à l'aisance sociale

​​Quand tu te retrouves face à un groupe de gens que tu ne connais pas, quelle est ta réaction ?


Es-tu complètement décontracté, ou au contraire stressé par le jugement qu'ils pourraient avoir de toi ?

Au point de parfois ne pas réussir à parler, ni à te lâcher.


De savoir que tu devrais dire quelque chose...mais rien ne vient.

écrasé par les autres - changeons

Comme si ton cerveau se figeait, et que tu perdais toute ta répartie.

Ça t'arrive peut-être même de devenir la plante verte de service lors d'une soirée, car à force de ne pas parler ni réagir, les autres font comme si tu n'étais pas là.

Peut-être que ​tu perds tes moyens quand tu te trouves face à quelqu'un qui te plait.


Tu n'arrives pas à être toi-même, ni à te lâcher​, car tu as envie de faire bonne impression.

Tu ne sais pas vraiment quoi dire, et tu te contentes d'enchaîner les banalités.​
Et en voyant que l'autre s'ennuie, ça te stresse peut-être encore plus, et tu te lâches encore moins....

Ou peut-être que toi, c'est les réunions professionnelles qui te donnent des sueurs froides.
Tous ces gens réunis, qui se tournent vers toi pour t'écouter quand c'est à ton tour de parler...
...c'est impressionnant. Paralysant même.

Imagine si à la place tu pouvais parler dans un groupe sans ressentir aucun stress — juste une pointe d'excitation qui te ​donne le sourire.


Juste prêt à passer un bon moment, et à vouloir en faire passer un aux autres. En étant toi-même.

De prendre du plaisir à montrer aux gens qui tu es vraiment, sans craindre une seconde leur jugement.

​Sans avoir à cacher ce que tu penses, ou ​​chercher à cacher tes défauts.

conversations - changeons

Tu es au milieu de ce groupe. Tu prends la parole pour faire une remarque amusante, et tu te rends compte que les gens sourient franchement.
Même cette personne qui te plait, te regarde maintenant avec un grand sourire, et qui te pose une question, parce qu'elle a envie de continuer à parler avec toi.
Ses yeux pétillent face à tes questions pertinentes.

​À la fin de la conversation, cette personne te demande tes coordonnées, parce qu'elle a envie de te revoir.
D'ailleurs, ce n'est pas la seule, deux autres personnes du groupe sont ravies de te donner leur numéro ou leur facebook.

La raison ? Elles ont passé un bon moment avec toi, et ont une seule envie : te revoir rapidement.
Car c'est agréable d'être en ta compagnie.

Du coup, pour toi ça devient facile de te créer des nouvelles amitiés intéressantes. Et de rencontrer l'amour.
Car tu sais transformer chaque rencontre en moment spécial pour les autres.

​Cet état d'aisance sociale, de décontraction avec les autres, c'est ce que j'appelle être un "maître social".

Tu seras un maître social quand tu pourras prendre la parole librement, même dans un groupe d'inconnus.
Et quand tu sauras exactement quoi dire dans chacune de ces situations, sans jamais stresser, parce que tu sais que tu as les capacités de rebondir...

...Mais attention : Devenir un maître social, ce n'est ​PAS avoir 2000 amis.

Ce n'est pas non plus sortir 3 fois par jour et enchaîner les événements.

Être un héros sociable, ce n'est pas monopoliser l'attention quand tu parles à un groupe.

Ni même devenir extraverti.

Non, être un maître social, c'est pouvoir créer des liens quand tu le souhaites.
Quel que soit le contexte.

C'est de pouvoir faire passer un bon moment aux autres, sans avoir à te mettre en avant.
Et crois-moi : si tu fais passer un bon moment aux gens, ils n'auront qu'une envie, c'est de te revoir le plus souvent possible !

Être un maître sociable, c'est pouvoir par exemple voyager seul, sans avoir peur de te sentir seul.
Parce que tu sais au fond de toi que tu n'auras pas de difficulté à bien t'entourer.

​Le nombre d'amis idéal : ​loin du fantasme de l'extraverti !


Est-ce que j'ai 2000 amis ?


Pas du tout.

Je viens de regarder sur facebook, j'ai ​seulement 205 "amis" sur cette plateforme. Et je vais en virer une grosse partie bientôt (je vais peu sur facebook, et je fais le ménage régulièrement, pour ne garder que les gens positifs que j'aurais envie de revoir un jour).

​​Dans la vie, je considère que j'ai une cinquantaine de vrais amis.
Il y a une vingtaine d'entre eux que je considère comme vraiment proches - mes potos.

Ça me convient largement.
On est loin du fantasme des milliers d'amis nécessaires pour être heureux !

sociable auberge

Pour toi, ce nombre sera peut-être plus petit. Ou plus grand.
Parce qu'être un maître sociable, c'est savoir s'adapter à tes envies du moment.
À tes besoins.

Parce qu'à certaines époques, tu vas avoir envie de rencontrer une masse de gens.
C'est excitant, c'est grisant, et ça multiplie les nouvelles expériences.
Mais si comme moi tu es un peu introverti au fond de toi, alors tu vas avoir besoin de périodes plus calmes également.

Aucun souci.

​Sortir peu ou sortir à fond ? 


Si tu es célibataire, ça va certainement te motiver davantage à sortir.
Tant mieux, il faut savoir utiliser cette énergie à ton avantage !
Donc si à ce moment là tu sais comment créer des liens facilement...
...quoi dire aux gens pour les rendre presque accros à ta compagnie...
...ça va faciliter énormément ton processus pour rencontrer quelqu'un qui te plaît.

Si tu es en couple et heureux (comme moi actuellement), tu auras sans doute un peu moins de temps, d'énergie et d'envie pour rencontrer de nouvelles personnes.


Et c'est OK aussi.


Du moment où les fois où tu sors, tu arrives à avoir des super conversations avec les gens que tu rencontres et que tu ne restes pas juste collé à ta moitié...
...ça te suffira sans doute à être heureux socialement.
En te faisant seulement quelques sorties par mois, tu peux facilement alimenter un cercle social de qualité.

introverti solitude changeons


Tu n'as à aucun moment besoin de devenir extraverti pour séduire les autres par ta personnalité.
D'ailleurs ça serait même contre-productif.

À une époque, j'avais fait cette erreur : alors que dans le fond je suis quelqu'un très calme et qui aime être seul pendant une partie de la journée...
...je la "jouais" extraverti.

En enchaînant les sorties, les rencontres.
En sortant en boîte, dans les bars et tous les événements blindés de monde.
En faisant semblant d'adorer ce rythme fou.

Le problème, c'est que je ne m'amusais qu'à moitié dans ces soirées, tout en prétendant adorer ça.
Et les femmes ressentaient cette fausseté. (Mesdames, vous avez un radar d'une précision incroyable !)
Et que, si je n'avais aucun problème à leur parler et à leur faire passer un bon moment...
...peu d'entre elles avaient envie de me laisser une chance pour aller plus loin.
Ami, oui. Petit ami, non. Juste quelques bisous par ci par là en soirée, mais j'avais l'impression que quelque chose bloquait pour aller plus loin.

Il a fallu que je comprenne qui j'étais. Que j'assume également mon côté calme et parfois introverti.
Et à ce moment là...
...quand j'ai commencé à vraiment être moi...
...tout s'est débloqué.

J'ai arrêté de sortir à tout va dans des endroits bruyants vu que je n'aime pas ça — à part les concerts de rock que j'adore !
Arrêté de m'enchaîner les bières dans des bars branchés et boîtes de nuit qui passent l'inverse de la musique que j'aime.

Et je me suis concentré sur faire ce que j'aime, et ne plus jouer aucun rôle.

Aujourd'hui, j​'aide les gens à se sentir ​à l'aise dans les situations sociales.
ET j'ai un mode de vie plutôt introverti.

Il n'y a aucune contradiction.
Je suis un héros sociable quand même.
Car je sais utiliser au maximum mon potentiel pour kiffer ma vie sociale.

​​​Oui, j'adore parler aux gens intéressants.
Mais j'ai besoin de périodes de calme entre deux rencontres.
Parfois courtes. Et parfois il se passe plusieurs jours où je n'ai envie de voir personne. C'est ok !

Être un héros sociable, c'est savoir trouver cet équilibre.
Prendre du plaisir quand tu es seul.
Et en prendre (encore plus) quand tu es avec les autres.

charisme - gorille

​C'est connaître les outils et techniques que je te propose vont t'aider à toi aussi devenir un héros sociable...
...en gardant ta personnalité.

Je ne veux pas que tu te transformes en extraverti notable si ce n'est pas ta came.
Parce que ça n'aurait pas des résultats satisfaisants.

Je veux que tu t'éclates, en développant ton potentiel à passer un bon moment avec les autres.
À trouver ce que tu kiffes. Comment tu le kiffes. Pourquoi tu le kiffes.

Tu as un potentiel sociable qui dépasse de loin ce que tu penses — Et je veux t'aider à le découvrir.
 
Ça ne te demandera pas de sortir en boîte 3 fois par semaine, loin de là — Sauf si tu adores ça, tu aurais tort de te priver !
Ni à te faire 2000 amitiés superficielles.
Mais juste à comprendre comment intéresser les gens avec tes qualités et ta vraie personnalité.
Et surtout, comment intéragir avec eux pour être plus à l'aise et te sentir bien en leur compagnie.

​Le déclic pour devenir Maître social 


On peut traverser l'existence en restant dans notre bulle.
Ou on peut apprendre à s'ouvrir aux autres, et à prendre du plaisir à intéragir avec les gens.

Le héros sociable, c'est celui qui arrive à prendre du plaisir avec les autres — même des parfaits inconnus.

Pas celui qui collectionne les amis et qui sort en boîte tous les soirs.

​Mon déclic personnel (clique ici si ​tu ne veux pas connaître​ mon histoire en détails)

​​​​J'ai eu ce déclic il y a 4 ans seulement.
Je venais d'enchaîner 15 jours de tour d'Europe avec des amis.
À aller au Sziget festival (le plus grand d'Europe).
En dormant sur place, 4 heures par nuit. À faire la fête jusqu'à 5 heures du mat, tous les soirs.
À enchaîner les rencontres (et les binouzes) tous les soirs.

Mais au final, je ne me sentais pas à ma place.
Trop de gens, tout le temps. Trop de bruit tout le temps.
Je ne m'amusais pas tant que ça. Et j'avais beaucoup plus envie d'une balade en forêt seul au calme plutôt qu'une énième journée de fête.
Et du coup, contrairement à mes amis extravertis qui s'amusaient encore plus jour après jour...
...plus ça allait, moins je prenais de plaisir. Et moins j'avais envie de parler à des nouvelles personnes.

J'ai fini ces vacances avec eux complètement exténué.
Et j'ai compris que ce qu'il me fallait, ce n'était pas un rythme de fou.

Mais plutôt évoluer dans mon élément, à mon rythme.

À la fin de ces vacances, je suis parti seul pendant 4 jours à Dubrovnik, sans mes amis qui étaient rentrés à Paris.

Et enfin, là...j'ai pu passer du temps seul.
Recharger mes batteries.

Et tu sais quoi ? Durant ces 4 jours j'ai fait plus de belles rencontres que pendant les 2 semaines précédentes, tout en parlant à 10 fois moins de gens !
Il y a deux canadiennes et un belge avec qui je suis toujours en contact, alors qu'on a passé seulement quelques heures ensemble.
Il y a eu une vraie connexion.
Ça a été un déclic.


La qualité des rencontres vaut mieux que la quantité.
Et si tu es dans ton élément, tu peux enfin montrer ta vraie personnalité et tes qualités.

En boîte, dans un environnement bruyant, je ne peux montrer que 30% ou 50% de ma personnalité.
Car c'est un lieu plutôt pour les extravertis qui aiment parler fort. Moi ça me fatigue !

Mais au calme, posés en soirée autour d'un verre et d'une discussion...
...je deviens redoutable 🙂



Je ne suis pas celui qui parle le plus, loin de là.
Encore moins celui qui essaie le plus de se mettre en avant.
Mais à la fin de la soirée, je suis celui dont on se souvient, et qu'on a envie de revoir.



Je laisse même les mâles alpha et les extravertis faire leur show pendant la soirée : ça ne me dérange pas, et je peux même passer un bon moment avec eux.
Mais je ne rentre pas dans la compétition avec eux.

Parce que pendant qu'ils essaient d'attirer l'attention à eux...je fais strictement l'inverse.
Je mets en valeur les gens avec qui je parle, sans chercher à me valoriser.

Je les fais se sentir importants. Écoutés. Je me connecte à eux à un niveau émotionnel que même leurs proches amis n'ont peut-être pas atteint.

Et ça... c'est "priceless".

Et surtout, je le fais de manière sincère. Il n'y a aucun calcul derrière. Même si je ne revois jamais cette personne, je lui ai accordé mon attention, ma curiosité, mon écoute empathique.
Cette sincérité est essentielle pour vraiment​ créer un lien fort avec les autres.

C'est pour ça que j'arrive à me connecter aussi facilement aux gens.
Parce que je passe un moment court mais hyper sincère avec eux.

Ils se sentent en confiance avec moi. Ont envie de me dévoiler des choses, et se sentent en sécurité pour le faire.
Ils comprennent très vite que je ne les jugerai pas.

Parce que de mon côté, je suis devenu 100% sincère dans ma communication.
Je ne cache plus mes faiblesses. Je les mets en avant.

Pas besoin de s'inventer des histoires héroîques pour se mettre en avant !

​Contrairement à ceux qui essaient d'impressionner les autres, je suis moi-même à 100%.
Et ça... c'est le truc le plus attirant au monde.

Quand tu arrives à rencontrer quelqu'un de sincère, tu as envie de le garder auprès de toi.

Pour moi, c'est ça être un héros sociable.

Et c'est ce super pouvoir que je souhaite te transmettre.

Car oui, ça s'apprend.


Et c'est à la portée de tous : introverti, extraverti, timide, pas timide : tu vas pouvoir t'améliorer si tu mets en place les bonnes astuces.

J'ai hâte de pouvoir t'expliquer ça.​ Et ça tombe bien, c'est gratuit en ce moment de recevoir ces conseils, directement dans ta boîte mail :

​La route vers l'aisance sociale est une route passionnante.

Elle t'amènera vers des ​endroits magnifiques que tu n'aurais jamais imaginé ​atteindre un jour. 

Tu vas parfois l'adorer. Parfois te demander pourquoi tu as décidé de la suivre.

Mais à la fin, tu ressentiras tellement de bien-être supplémentaire dans ta vie que tu te diras que c'était la plus belle route que tu as suivie.

Et tu ressentiras une fierté immense d'avoir choisi cette route plutôt que de rester sur la route où tu étais avant.

Si ça ne te plai​t pas, tu pourras à tout moment la quitter, en un seul clic. Tes données sont en sécurité, je préfère me couper un bras plutôt que de les partager.

>