Cette décision pourrait changer ta vie ! - Changeons

Cette décision pourrait changer ta vie !

La décision qui a changé ma vie (et qui changera peut-être la tienne !)

Dans un passé pas si lointain, je bossais en temps qu’ingénieur informatique dans une SSII (une boîte de prestataires sans foi ni loi qui ne vénère qu’une chose : le profit).

Je n’aimais ni mon travail, ni les gens pour qui je travaillais. Pire, je ne savais même pas si les entreprises pour lesquelles je faisais des missions avaient des projets bons pour le monde ou si c’était contraire à mes valeurs.

J’ai pu sans le savoir travailler pour des boîtes ou des projets qui piétinent les valeurs humaines qui me sont chères.

Ça ne pouvait pas durer. Je ne pouvais pas passer 45 ans de ma vie à faire ça.

Alors j’ai tout envoyer valser. Sans aucune idée de ce que j’allais faire derrière.

J’ai perdu des années à végéter, à me replier sur moi-même.

Et puis, j’ai pris une décision importante. Une décision qui allait changer ma vie.

décision changer de vie - changeons

Après beaucoup d’hésitations, j’ai décidé de croire en moi. J’ai décidé d’essayer, pour ne pas avoir de regrets.

J’ai fait ça il y a 4 ans. J’ai monté ma boite de photographie sans aucune connaissance en entrepreneuriat ni aucune certitude.

C’était effrayant. Excitant. Motivant. Flippant.

J’ai aussi monté ce blog en partant de zéro, pour arriver maintenant à 25 000 lecteurs mensuels. J’ai même écrit deux livres pour aider encore plus mes lecteurs. Si quelqu’un m’avait dit ça il y a 3 ans quand j’ai commencé, j’aurais souri et je l’aurais pris pour un fou.

Ce n’était pas gagné à l’avance. Ça n’est jamais gagné d’ailleurs.

Mais chaque petit succès dans ces projets, c’est super gratifiant. Ça donne envie d’aller plus loin, on se sent vivant.

On gagne de l’argent (un peu, beaucoup, passionnément, à la folie) en faisant quelque chose qui nous ressemble vraiment, qui nous plait, qui nous fait vibrer.

C’est super cool.

Alors oui, peut-être que tu ne gagneras pas autant. En tout cas pas immédiatement.

En cumulant mon travail de photographe et les modestes rentrées d’argent de ce blog, je gagne pour l’instant environ 30% de moins que quand j’étais ingénieur.

C’est un choix que j’ai fait, et que je n’ai jamais regretté. Être cadre, à 45h par semaine derrière mon ordinateur à taper des lignes de codes, même si on m’avait payé des millions j’aurais pété un câble.

Je veux faire un travail qui a du sens pour moi. Je veux qu’on me paie avec le sourire et en me disant merci.

Avec mes photos, je sais que dans 20 ou 30 ans des gens auront la larme à l’oeil en les regardant, en se souvenant du jour de leur mariage ou des premiers jours de leur enfant. Je vends des émotions positives. Je vends du bonheur.

Avec mes livres, j’aide les gens à surmonter leur manque de confiance ou leur difficulté à se faire des amis. Ce sont des gens qui ont une souffrance (passagère ou depuis longtemps), et que je peux aider pour une poignée d’euros. Une fois de plus, ça a du sens, et c’est super gratifiant. Je peux changer des vies, positivement, en donnant les conseils que j’aurais voulu entendre quand j’étais dans la même situation. Je rends le monde meilleur à ma modeste échelle.

Le matin, je me lève à l’heure que j’ai décidé.

Je travaille et je voyage quand je le décide.

Je n’ai pas de patron qui me fait faire des choses que je n’ai pas envie de faire.

Je choisis les projets sur lesquels je travaille, je choisis les gens avec qui je collabore.

Je choisis d’investir mon temps sur des projets qui me tiennent vraiment à cœur, qui me donnent le sourire. Sur lesquels je suis content de travailler et d’avancer.

Quand je reçois sur ce blog des témoignages poignants de gens qui me remercient pour mes articles ou mes livres qui les ont aidés à améliorer leur vie et à être plus heureux, ça me touche et ça me donne le sourire pour la journée.

C’est super appréciable. Beaucoup plus qu’un job que l’on se force à faire pour l’argent ou dont on subit le contenu.

Un travail ne devrait jamais être uniquement alimentaire

Tout ça pour te dire que si ton boulot est juste alimentaire, tu fais peut-être fausse route.

C’est hallucinant le nombre de gens avec qui je discute et qui détestent leur boulot. Ou les gens qui postent des choses comme « plus que 2 jours avant le week-end », « plus que 2 heures avant de partir du boulot ».

Tu vas peut-être me dire : «oui mais c’est temporaire, un jour je ferai ce que j’aime !». J’ai rencontré des dizaines de gens pour qui c’était temporaire depuis 20 ou 30 ans. La vérité, c’est que le c’est une situation par défaut qui risque bien de durer toute ta vie. Le temporaire deviendra une habitude. Tu oublieras tes rêves et tu te contenteras de la vie par défaut que la plupart des gens subissent.

Si toi aussi tu es dans cette situation, si ton boulot manque de sens ou si tu attends le week-end avec impatience et que tu déprimes tous les dimanches soirs, alors tu passes à côté de choses importantes dans ta vie.

Ce chemin, tu peux le faire seul. Ou tu peux te faire aider et accompagner.

(si ça t’intéresse, tu peux découvrir cette formation : easy business )

Dans quelques mois, tu pourras être celui ou celle qui a suivi ses rêves. Qui s’est donné les moyens de vivre sa vie au lieu de la subir.

Tu pourras avoir monté un projet à partir de zéro, et commencer à gagner de l’argent avec ce que tu aimes faire. Soit à la place de ton travail actuel, soit pour compléter ton activité actuelle par un projet qui te tient à cœur.

Peu de gens passent le cap. Peu de gens osent croire en leur potentiel. Peut-être que tu peux en faire partie. Ça ne dépend que de toi.

J’espère que cet article t’aura inspiré et t’aura fait réfléchir sur des choses importantes de ta vie.

Qu’il t’aura aidé à prendre conscience qu’il y a d’autres alternatives au chômage ou au CDI alimentaire.

Y réfléchir, c’est déjà faire mieux que 99% des gens.

Après, tu pourras choisir en ton âme et conscience. Pas par défaut. Car les choix par défaut sont rarement bénéfiques à long terme.

Partager
  • Khouloud dit :

    En lisant cet article j’ai les larmes aux yeux car il décrit mes sentiments et ma situation surtout que je suis aussi passionnée par la photographie .Je cherche toujours a s’enfuir de mon bureau et faire la photographie comme un job mais j’ai peur de risque de perdre le salaire de ce travail d’esclavage 🙁 et la question ,qui ce pose c’est » après est c que la photographie peut donner d’argent pour vivre ? ». Et la réponse est toujours non donc je rentre á mon bureau . As tu quelques conseils à me donner ? J’apprécierais beaucoup .
    Merci pour tes articles.

    • Hervé dit :

      Salut !
      La question que tu peux te poser, c’est : est-ce que je suis heureux actuellement avec un bon salaire et un job que je n’aime pas.
      Et qu’est ce que je suis prêt à sacrifier pour vivre ma passion.
      Personnellement, j’ai réussi à en (sur)vivre pendant 3 ans, après c’est vrai que vu mes lacunes en communication et promotion je n’avais pas des grosses rentrées d’argent…mais c’est un choix que j’avais fait, parce que ça me rendait plus heureux. Mais chacun est différent, donc je ne peux pas te donner de conseil définitif. Mais par contre, qu’est ce qui t’empêche de commencer à faire des photos pour ta famille et tes amis, et de voir si les gens sont prêts à te payer pour ça par exemple ? (c’est comme ça que j’ai commencé…)

      • Khouloud dit :

        Merci Hervé pour la réponse , j’ai déja fait des photos pour les amis et ils sont prêts pour me payer mais je cherche toujours a faire les photos pour d’autre gens, je pense qu’il manque de publicité dans mon entourage 😉 merci beaucoup une autre fois , et je pense prochaiprochainement j’annoncerai ma boite de photographie

  • Max dit :

    Cet article me parle beaucoup et je m y retrouve dans le sens où je suis en burnout de mon boulot « alimentaire » qui ne m inspire pas ( et ca je l ai du des le début mais j ai écouté mon entourage et opté pour la sécurité …) quoi qu’ il en soit cela fait bien longtemps que je me torture en y restant alors que j ai conscience que cela ne me convient pas ..j ai un blocage , celui d oser , celui d y croire, celui d y aller ! Je n arrive pas à dépasser cela et je n arrive pas a me trouver une voie de sortie , je sais ce que j aimerais mais je n arrive pas a projeter en idée métier. Et arrive ce qui arrive quand tu traine ce genre de ressentis pendant longtemps : un burnout , une perte de confiance , le sentiment d être totalement paumée et à la ramasse…ce qui n’aide pas pour trouver l inspiration. As tu quelques conseils à me donner ? J apprécierais beaucoup .. Merci pour tes articles.

    • Hervé dit :

      Salut Max, content que ça te parle et que ça te fasse réfléchir !
      Tu ne sais pas encore ce que tu veux faire exactement, mais au moins tu sais ce que tu ne veux plus faire : c’est une première étape super importante !
      Un job alimentaire ça devient vite une habitude, et on finit par rester coincé dedans à vie. De mon point de vue c’est super difficile d’être épanouis si on passe 8h par jour à faire quelque chose qui ne nous passionne pas, qui ne nous fait pas nous sentir vivants.
      Si le sujet t’intéresse, il y a Damien qui en parle sur son blog, notamment sur cet article, ça devrait t’intéresser : l’intérêt de créer sa liberté professionnelle
      Garde le cap, et dis-toi qu’il y a forcément des choses que tu aimes faire et qui pourraient devenir ton futur métier. Tu n’as juste pour l’instant pas encore fait la connexion entre les 2, mais ça viendra rapidement !

  • >