Combler un blanc dans une conversation - les 7 techniques anti-malaise !

Combler un blanc dans une conversation

Je parie que ça vous est déjà arrivé de ne pas savoir comment combler un blanc dans une conversation.

Vous discutez avec une personne intéressante. Et d'un coup, vous n'avez plus rien à vous dire. Comme si votre cerveau beuguait complètement, et que plus rien ne venait — tel un cerveau de candidat de télé réalité.

Un blanc s'installe alors.

combler un blanc dans une discussion

Vous êtes mal à l'aise. Ça se voit.

Un ange passe. Et il laisse derrière lui un gros malaise comme quand votre collègue lourdingue pète en sortant de l'ascenseur.

Le rendez-vous, qui pour l'instant se passait bien, tourne au cauchemar en terrasse — c'est un peu comme cauchemar en cuisine, mais sans Philippe Etchebest.

Parce que plus les secondes passent, et moins vous savez quoi dire.

Vous commencez à paniquer. À vous dire que si vous relancez avec une banalité, ça sera pire. Spoiler alert : oui, ça sera pire. 

L'autre commence à regarder sa montre ou son smartphone. Ou à chercher une excuse pour s'échapper.

Vous savez au fond de vous que vous avez déjà peut-être perdu toute chance de lui plaire.

Et que si vous saviez comment gérer les silences dans une discussion, vous auriez une meilleure vie sociale. 

Je vous rassure : cette situation est arrivée à tout le monde. Et on peut apprendre à mieux la gérer.

Comment combler un silence dans une conversation ?

1/ Regarder l'autre dans les yeux avec intensité lors d'un blanc dans une conversation

Au lieu que ce silence soit un moment où vous vous déconnectez de l'autre, regardez-le avec intensité, et un petit sourire. 

Assumez ce silence, et profitez-en pour faire monter la connexion émotionnelle entre vous.

N'oubliez pas que le langage corporel parle souvent plus que les mots, donc tant que vous êtes en contact avec l'autre, tout va bien !

En revanche, ne faîtes pas ça plus de 10 secondes, ça paraîtrait trop intrusif.

Voire tueur en série.

Vous avez envie de faire passer un bon moment à l'autre, pas de lui faire vivre un remake de faîtes entrer l'accusé. 10 secondes, pas plus.

2/ Proposer de changer d'endroit, de marcher

Un silence n'est bizarre que si vous êtes statiques.

Si vous marchez, c'est normal de ne pas toujours parler.

Ça ne paraîtra pas bizarre à l'autre de ne pas parler pendant quelques secondes ou même pendant une ou deux minutes si vous marchez.

Alors, juste avant d'être à court de discussion, proposez de changer de lieu ou de bouger. Ça vous aidera à ne pas vous sentir piégé par un silence.

Et le mouvement aérera votre cerveau. Vous donnera des nouvelles choses à voir autour de vous, et donc des nouvelles idées.

blancs dans une discussion

3/ Ne restez pas quand vous êtes "cramé" de fatigue

Je me souviens d'un rendez-vous où tout avait merveilleusement démarré, comme dans une comédie romantique à l'eau de rose.

Une super connexion avec une hôtesse de l'air, plein d'énergie, de blagues, de rires : le rencart parfait, il ne manquait que les petits oiseaux autour.

Puis au bout d'un moment, la fatigue m'a rattrapé.

Et au lieu de rentrer chez moi, j'ai accepté de la suivre pour aller manger une glace.

Puis de la suivre dans un café (l'endroit, pas la boisson. Parce que se serrer à deux dans une tasse de café, ça aurait été trop intime pour un premier rencart).

Et là, dans le café, grosse perte d'énergie. 

J'aurais du écourter le rendez-vous juste là au début de ma fatigue. Mais je suis resté, et la dernière heure n'a été qu'une suite de silences entrecoupés de quelques bouts de phrases. 

Parce que je n'avais juste plus assez d'énergie mentale. J'étais "cramé" de fatigue au bout de 3 heures ensemble.

Et au lieu de lui laisser une impression géniale si j'étais parti au bout de deux heures, je lui ai laissé une impression plus mitigée d'un mec parfois intéressant parfois ennuyeux.

Ne faîtes pas cette erreur. Gérez votre énergie, et si vous baillez de fatigue : rentrez chez vous !

4/ Changez de sujet, sans transition pour mettre fin à un blanc dans la conversation

On croit souvent que pour lancer un sujet, il faut un contexte particulier. 

Mais en fait, on peut lancer un sujet vraiment sans transition.

" J'ai vu tel film hier, tu connais ?"

" Tiens, j'ai vu qu'untel faisait un concert bientôt, tu connais cet artiste ?"

" Tu es plutôt crêpes ou plutôt pizza ?"

Ces questions peuvent sembler sortir de nulle part. Et c'est un peu le cas. Mais ce n'est pas gênant.

Le tout, c'est d'enchaîner sur sa réponse. Pour ne pas juste faire :

Silence. Question sans transition. Silence. Question sans transition. Silence.

Mais plutôt :

Silence. Question sans transition. Discussion sur ce sujet pendant quelques instants.

5/ Parlez d'un sujet fort en émotions, pour vous ou encore mieux : pour elle

Si la conversation s'est éteinte, c'est que ça manquait de carburant.

De choses qui vous passionnaient, vous comme elle.

Parlez donc de quelque chose qui va rallumer l'intérêt de l'autre : une de ses passions.

Si vous savez que l'autre est fan de dessin, posez-lui une question sur le sujet.

" Tu m'as dit tout à l'heure que tu dessinais, tu as une photo à me montrer ? Je suis curieux ! Non ? Alors tu vas devoir m'en faire un ! (sourires) Qu'est-ce que tu préfères dessiner ?"

"Qu'est ce que tu ressens quand tu dessines ?"

"Une fois que tu as fini un dessin, est-ce que tu es du genre à le regarder pendant des jours, ou à passer directement à autre chose ?"

Le nombre de questions est infini sur une passion. Soyez créatif !

6/ Demandez-lui son avis pour raccourcir un blanc dans la conversation

relancer une conversation
"Tiens, j'ai envie de connaître ton avis sur X" !

C'est un très bon moyen de relancer après un blanc dans une conversation.

Vous pouvez lui demander ce que vous voulez : un sujet d'actualité, un artiste ou une œuvre (ou une série), un style de vêtements...

Soyez créatif, et étonnez l'autre par le sujet.

Si l'autre vous demande pourquoi vous voulez son avis, répondez que vous adorez / détestez mais que certains de vos amis ne sont pas d'accord avec vous, et que donc vous êtes curieux d'avoir plus d'avis là dessus.

Simple, efficace, et ça donne de la valeur à l'autre.

À éviter : parler de génocides, de politique, de guerres, de maladie. À moins que vous vouliez déprimer l'autre.

7/ Appréciez les silences

Je sais qu'une personne est compatible avec moi quand on peut laisser un long silence ensemble sans être gênés ni avoir envie de se plonger dans son téléphone.

Si c'est le cas, appréciez ces moments de silence comme vous apprécieriez une symphonie de Beethoven (ou le dernier single de Jul si vous avez des goûts discutables). Les silences sans malaise prouvent que vous êtes complices.

Si vous montrez que vous appréciez le silence, souvent l'autre va se sentir plus décontracté, et il n'y aura pas de malaise.

Comme le disait le grand philosophe MC Sénèque Solaar : "le silence est d'or, elle dort, alors je me tais".

Comment relancer une conversation qui s'enlise ?

Si la conversation s'enlise vraiment...

...que les blancs s'enchaînent malgré vos efforts...

...posez vous cette question : est-ce que j'ai envie de continuer ?

Peut-être que vous êtes trop fatigué. Ou que l'autre est trop fatigué. Ou peut-être juste que le courant ne passe pas entre vous.

Souvent, l'erreur c'est juste de vouloir relancer une conversation à tout prix.

Ou de vouloir la relancer trop vite, trop fort.

Prenez votre temps. Laissez une petite période de calme, souriez en regardant l'autre dans les yeux, et parlez d'autre chose au bout d'une dizaine de secondes.

Si malgré tous vos efforts, ça ne suffit pas, proposez de bouger, de marcher, de vous balader pour éviter un long blanc dans la conversation.

Comment meubler la conversation ?

Ce n'est pas vraiment une bonne idée de vouloir meubler une conversation à tout prix. 

Parce que meubler, ça veut dire combler les vides. Et souvent, vous allez les combler avec des banalités, encore pire qu'un silence.

Si ça vous arrive souvent de devoir meubler les conversations, c'est peut-être que vos conversations ne sont pas encore assez intéressantes (vous pouvez vous former aux conversations faciles ici)

Le pire serait de meubler à tout prix avec des choses sans intérêt, comme "c'est sympa ici..." "et tu fais quoi dans la vie déjà ?" ou " il fait chaud hein ?".

Ces banalités sont très bien au milieu d'une conversation agréable, mais juste après un silence, c'est d'un ennui mortel, et ça montre que vous êtes vraiment à court d'idées.

Soyez original, lancez un sujet inédit. Si vous êtes le premier à lui parler de ça, il y a peu de chances que ça l'ennuie.

Un blanc dans une conversation n'est donc un problème que si vous ne savez pas relancer derrière. Ils sont normaux, et arrivent à tout le monde.

Détendez-vous, et posez-lui une question plus émotionnelle.

Essayez de relancer son intérêt par un sujet qui entraîne des émotions positives.

Un exemple : "ça serait quoi ton endroit rêvé pour un prochain voyage ?" ou "c'est quoi pour toi la définition d'une journée parfaite ?"

Ses réponses à cette question vous donneront plein de clés pour continuer la discussion, j'en suis sûr ! (dans le cas contraire, vous pouvez lire l'article comment avoir de la conversation.

Ou augmenter votre intelligence sociale ici.

Si vous avez bien kiffé lire cet article, je vous invite à recevoir mes emails privés sur la confiance.

Et vous, quelles sont vos astuces pour gérer les blancs dans une conversation ? Est-ce que c'est raciste de ne parler que de blancs dans les conversations ? Est-ce qu'il faut aussi relancer Laurent Blanc dans les discussions ? Vous pouvez me dire ça en commentaire !


Partager
>