Intelligence sociale : comment l'améliorer et devenir un génie social ?

Intelligence sociale : comment l’améliorer et devenir un génie social ?

L’intelligence sociale est très différente de l’intelligence au sens classique du terme.

On peut avoir un QI extrêmement élevé et avoir très peu d’intelligence sociale.

Elle est souvent considérée comme une intelligence qu’on possède ou non, mais la bonne nouvelle c’est qu’on peut aussi la travailler et l’améliorer…

… et donc passer d’une personne sans intelligence sociale, peu adaptée au monde qui l’entoure à quelqu’un qui comprend les dynamiques de groupes.

Intelligence sociale - hervé lero

Alors, comment augmenter cette intelligence sociale et être mieux vu en société?

1/ Intelligence sociale : se remettre en question

Un bon moyen pour améliorer son intelligence sociale — c’est à dire sa compréhension des autres et de ce qu’il faut faire en leur compagnie — est de se remettre en question.

Et d’admettre que l’on a des lacunes assez fortes dans ce domaine.

Il n’y a rien de mal à manquer pour l’instant d’intelligence sociale, et ça peut se travailler.

L’erreur classique quand on manque d’intelligence sociale :

Quelqu’un de timide, ou qui manque de confiance en lui, pensera que les autres ne le comprennent pas, mais ne pensera pas que lui ne comprend pas les autres.

La solution est donc de comprendre les autres, les rapports humains et les dynamiques sociales.

Je sais que cela peut paraître étrange, mais croyez moi nous ne sommes pas égaux face à cet apprentissage : si pour beaucoup cela est naturel, certains n’ont pas eu la chance d’avoir les bons parents, les bons camarades ou les bons mentors (professeurs, adultes compétents) pour leur enseigner les bases.

Le résultat dans ce cas est une incapacité à savoir gérer ses émotions en présence des autres, à les comprendre et à prendre les bonnes décisions.

L’intelligence sociale est une base des rapports homme-femme.

Cela s’avère particulièrement vrai dans le domaine de la séduction, où comprendre le fonctionnement du sexe opposé est un pré-requis essentiel.

Pour cela, il existe heureusement de nombreuses sources pour apprendre. Tout d’abord, lisez. Lisez beaucoup, des livres variés sur le sujet : Comment se faire des amis de Dale Carnegie est un bon point de départ.

Mon livre Deviens Super sociable en est un bon complément.

Lisez des blogs qui traitent de communication, des blogs sur la séduction (mon article le top 8 des sites pour progresser présente des sites utiles), sur le langage non verbal.

Vous pouvez aussi lire des livres sur la manipulation et l’influence, mais à moins d’en être victime — auquel cas il est important d’en connaitre les mécanismes — je ne le conseille pas forcément car vous pourriez être tenté d’user ces techniques trop souvent.

Quels bénéfices en tirerez vous?

Vous rattraperez tout simplement vos retards sur la compréhension des humains.

Mieux, vous dépasserez sans doute les connaissances des gens que vous jalousiez auparavant car ils faisaient cela naturellement.

Je le répète car c’est important : en prenant le contrôle sur votre intelligence sociale, vous pourrez devenir meilleur que la moyenne des gens, même si vous partez de très bas !

Le seul risque de cette technique est de tomber dans une sur-analyse, de rester uniquement dans la théorie, c’est pourquoi il est important d’appliquer le second point :

2/ Améliorer son intelligence sociale par la pratique

Il est important d’appliquer les principes que vous avez lus, sinon cela ne servira pas à grand chose.

  • la technique de l’imitation pour booster son apprentissage

Après avoir lu deux ou trois livres sur le sujet de l’intelligence sociale, vous saurez à quels points importants il faut prêter attention :

Le langage corporel d’une personne, les mots employés, l’état d’esprit de la personne en face de vous — et bien d’autres points.

Vous pourrez alors imiter, ou tout du moins vous inspirer des personnes de votre entourage les plus à l’aise socialement.

Repérez leurs façons d’agir (sans doute sont ils tactiles, souriants, ont ils un langage corporel ouvert, une bonne énergie, ils aiment découvrir les gens et s’intéressent à eux).

Repérez uniquement les points positifs, et faites comme eux.

A petite dose d’abord, puis incorporez petit à petit les changements.

Appliquez vos connaissances concrètement en présence d’autres gens pour booster votre intelligence sociale !

Ne copiez pas bêtement, mais inspirez vous des autres!

  • la technique de l’habitude pour devenir un génie social

Pour que vos changements deviennent des habitudes, vous devrez pratiquer encore et encore, pour que cela devienne inconscient.

Autrement dit : pour avoir une bonne intelligence sociale, vous allez devoir répéter les exercices jusqu’à ce que vous n’ayez plus à y penser.

Je vais vous donner un exemple : avant je n’étais absolument pas quelqu’un de tactile, étant très timide il m’était inconcevable d’être chaleureux et de toucher les gens, cela me gênait terriblement.

Pourtant, j’appréciais particulièrement les gens tactiles, et j’avais envie au fond de moi de le devenir.

Alors j’ai lu sur le sujet, la théorie m’a aidé à poser les bases pour progresser (commencer par des contacts légers en mettant la main sur le bras quand on fait la bise par exemple), et ensuite j’ai appliqué.

C’est difficile au début, mais en persévérant on progresse en terme de quotient social

Les premières fois je me suis forcé un peu, je n’étais pas très à l’aise. Et puis, petit à petit je me suis habitué à devenir plus tactile, et aujourd’hui je le fais naturellement, sans y penser, c’est devenu ma nature, même avec des gens que je ne connais pas.

J’ai augmenté ainsi mon intelligence sociale, la qualité de mes rapports aux autres.

Je profite beaucoup plus des interactions sociales, les gens me perçoivent comme quelqu’un de plus ouvert et sympathique qu’avant.

Si je ne m’étais pas forcé au début, et si je n’avais pas insisté pour que cela devienne une habitude, je serais resté cette personne qui n’ose pas s’approcher des gens.

Pratiquez régulièrement jusqu’à ce que ça en devienne une habitude.

Pour information : l’intelligence sociale est différente selon les pays.

Dans cet article, je parle essentiellement de l’intelligence sociale française.

Dans un pays latin, être chaleureux est considéré comme un signe de quelqu’un qui possède une bonne intelligence sociale, alors que dans un pays comme le Japon les contacts entre inconnus pourront être vus comme malpolis : adaptez-vous à votre contexte local !

Et vous, avez vous fait des changements pour améliorer votre intelligence sociale? Si vous n’en n’avez pas encore fait, quel sera votre prochain changement? Dîtes-le dans les commentaires de cet article !

Partager
  • BE dit :

    Article interessant mais l’introduction m’a surprise. Tout l’article explique qu’il est possible d’augmenter son intelligence sociale mais l’introduction dit qu’elle est souvent inné. J’ai peut-être tort mais je suis convaincue que rien n’est inné, que tout s’acquiert. Le corps de l’rticle me parlait car sans exercice, naturellement, je suis passé de quelqu’un d’extrèmement timide (c’était même maladif) à quelqu’un de particulièrement ouvert, prompt à aller vers les autres et reconnue pour ma capacité à engager le dialogue. L’idée que tout se travaille est la bonne et il ne faut pas imaginer une seule seconde que tout est inné. C’est un frein au développement !

    • Hervé dit :

      Tu as tout à fait raison, j’ai mal choisi mes mots dans l’introduction, au lieu d’inné je voulais dire qu’on la subissait souvent, c’est à dire que jusqu’à ce qu’on prenne conscience que l’on peut travailler dessus, on croit (à tort) qu’on la possède ou non. Effectivement, inné n’était pas le bon mot, je vais d’ailleurs modifier l’article, merci pour m’avoir signalé cette erreur !
      Complètement d’accord que tout se travaille, c’est d’ailleurs l’idée principale du blog que l’on peut changer pour s’améliorer.

      A très vite sur changeons,
      Hervé.

  • >