Techniques de mémorisation pour gagner en confiance

Techniques de mémorisation pour gagner en confiance

J’ai une surprise pour toi aujourd’hui : j’ai rencontré Jean-Yves Ponce, spécialiste de la mémoire et des techniques de mémorisation (dont je t’ai déjà parlé sur changeons ici : Napoléon joue de la cornemuse dans un bus).

J’en ai profité pour faire une interview avec lui, pour partager des techniques de mémorisation qui t’aideront à prendre confiance en toi et en ta mémoire.

À la fin de la vidéo tu pourras voir que je teste sa mémoire de manière rigolote, reste bien jusqu’au bout ça devrait te plaire !

interview Jean-Yves Ponce - techniques de mémorisation

Voici ce que tu trouveras (entre autres) dans cette interview :

  • des techniques de mémorisation pour retenir des mots de vocabulaire en anglais ou dans une langue étrangère
  • une technique pour mémoriser des listes d’informations comme l’ensemble des stations de métro
  • une technique pour mémoriser dans l’ordre des listes de pays
  • comment gagner en confiance en soi grâce à sa mémoire
  • des astuces pour mémoriser des chiffres compliqués
  • une démonstration en mode burger de la mort du burger quizz

 

Références utiles mentionnées dans la vidéo :

Le livre de Jean-Yves : Napoléon joue de la cornemuse dans un bus

Le blog de Jean-Yves : potion de vie

Le livre d’Hervé Lero : Augmenter sa confiance en 21 jours

Pour ceux qui ne peuvent pas lire la vidéo, j’ai réalisé une transcription écrite en dessous, ça devrait vous apprendre pas mal de choses super intéressantes !

Transcription de l’interview de Jean-Yves Ponce

Hervé Lero (H) : Salut à tous !

Jean-Yves Ponce (JY) : Salut !

H : Aujourd’hui j’ai une petite surprise pour vous parce que je suis avec un de mes blogueurs préférés, c’est Jean-Yves Ponce du blog potiondevie. Très content d’être avec toi aujourd’hui.

JY : Moi aussi !

H : Jean-Yves vous le connaissez peut-être déjà, c’est l’auteur du blog potion de vie, je te laisse te présenter en quelques mots.

JY : Je suis spécialiste de la mémorisation, c’est à dire que j’aide les gens à avoir une bonne mémoire, surtout quand ceux-ci pensent en avoir une mauvaise

H : Je peux confirmer, au début quand je suis arrivé sur son site c’est parce que je cherchais des astuces pour améliorer ma mémoire, parce que je ne connaissais même pas un seul numéro de mon répertoire, donc c’est comme ça que j’ai trouvé ton blog, et j’y ai trouvé plein d’astuces super pour développer ma mémoire

JY : Donc toi au début ce qui te branchait c’était retenir des numéros de téléphone ?

H : Oui je me suis rendu compte que si je perdais mon téléphone ou que je n’avais plus de batterie, je ne pouvais appeler personne !

JY : C’est ça ! La plupart des gens qui viennent sur potiondevie c’est parce qu’ils cherchent des méthodes pour réussir leurs examens, leurs concours ou leur vie scolaire en général, ou parce qu’ils souhaitent changer de métier, et donc se former sur de nouvelles techniques, de nouvelles procédures de travail. Tout ça demande un effort de mémoire chez des gens pour qui l’école c’est un peu loin, et donc ils ont besoin de remettre le pied à l’étrier, c’est pas évident donc ils cherchent des techniques pour réussir à le faire, sinon ils n’y arrivent pas.

H : Oui, contrairement à l’école où c’est du par cœur, on a tendance à rabâcher 10 ou 20 fois les mêmes choses pour que ça rentre dans la tête, avec tes techniques on retient mieux et plus longtemps, et c’est beaucoup plus fun

JY : On rappelle toujours l’information mais beaucoup moins, donc ce n’est pas comme du par cœur où on va rabâcher 100 fois les mêmes choses dans la journée, tout ça pour se rendre compte à la fin de la journée qu’on en a oublié la moitié !

H : Moi je sais qu’avant quand j’essayais de mémoriser, j’arrivais à retenir quelques informations, je crois que la mémoire immédiate c’est 6 ou 7 informations, tu me corriges si c’est faux ?

JY : de 4 à 7 informations, c’est bien ça

H : De 4 à 7 donc, et quand j’essayais de retenir ça marchait à peu près quand je bourrinais l’info 10 ou 15 fois en boucle, mais après j’avais tendance à oublier sur le moyen ou long terme.

JY : Oui, et après il faut le faire sur le cours numéro 2, 3, 4, etc…. Quand un étudiant de médecine arrive avec plein de nouvelles informations sur plein de trucs qu’il ne connait pas, et qu’il doit tout ingurgiter en l’espace d’une semaine parce qu’après il y en a d’autres qui doivent arriver, avec le par cœur pur si on a pas quelques techniques de mémorisation c’est très très dur d’y arriver.

H : Sans les techniques je me souviens que j’apprenais par cœur, je passais mon examen mais 2 jours après j’avais tout oublié

JY : C’est ça, le par cœur c’est un peu comme si tu écrivais sur la plage, le lendemain il n’y a plus rien parce qu’une vague a tout effacé. Ce que je propose avec mes techniques c’est plutôt d’écrire sur un tableau. L’éponge peut toujours arriver au bout d’un moment, mais c’est pas systématique comme pour la vague.

H : Ce que j’aime beaucoup aussi avec ton blog c’est le côté fun de la mémorisation, avec par exemple les associations d’idées qui sont super pour retenir des choses

JY : Oui, un moyen de retenir des choses difficiles ou qui ne nous évoquent pas grand chose, c’est de les associer à des choses qui sont complètement absurdes voire drôles, et c’est ce qui va faire que l’information est mémorable, c’est à dire qu’on va lui donner de la vie finalement. Donne moi un nombre à 4 chiffres.

H : Euh… 1647

JY : OK… donc 1647 pour moi c’est le roi squelette dans world of warcraft qui passe le râteau dans mon jardin. Ce n’est pas quelquechose que l’on voit tous les jours, mais pour moi c’est clair et net que ça sera 1647. On peut faire ça pour n’importe quel type d’information : les chiffres parce que c’est très froid, mais ça peut être les cours de droit, les cours de médecine…

H : C’est vrai que de mon côté depuis que j’ai lu ton livre Napoléon joue de la Cornemuse dans un bus, j’utilise aussi ces techniques pour mémoriser des numéros de téléphone et même des infos plus complexes, et toujours avec des petites scènes marrantes avec des personnages dans des scènes complètement absurdes. Là quand il vous raconte le roi squelette pour vous ça n’évoquera rien, mais chacun va se créer ses propres associations d’idées, qui deviendront des choses inoubliables.

JY : c’est ça, chaque chiffre correspond à un personnage.

07 : james bond,

24 : Jack Bauer,

69 : on va pas le dire mais ça marche bien (rires)

napoleon joue de la cornemuse dans un bus

H : Voilà, à chaque chiffre vous allez associer un personnage, et du coup vous allez pouvoir les faire interagir ensemble et créer une petite histoire dans votre tête.

JY : C’est plus facile de mémoriser quelque chose de vivant comme un personnage ou quelqu’un que vous connaissez plutôt que des chiffres ou plutôt qu’un concept. Par exemple pour apprendre l’anglais et les mots de vocabulaire. Un exemple que j’aime bien utiliser, c’est le mot chair, qui en anglais se dit flesh. Comment on fait pour mémoriser ça ?
Pour moi la chair ça me fait penser à la chair de mon bras. Le mot flesh me fait penser à une flèche qu’on tire avec un arc. Donc pour mémoriser ce mot de vocabulaire et sa traduction, on va créer une combinaison : pour moi c’est une fléche dans le bras. Je mémorise une flèche qui rentre dans la chair de mon bras.

Hervé Lero : donc des associations mentales qui vont revenir très facilement

Jean-Yves Ponce : oui, quand on te dira : comment se dit chair en anglais, tu penseras à la chair de ton bras et à la flèche qui le traverse, donc flesh. À l’inverse, quand tu te demanderas ce que veut dire flesh, tu penseras à la même scène et donc au mot chair. Pour les mots de vocabulaire des langues étrangères c’est énorme !

Hervé Lero : Et quand tu fais tes associations, ça n’a pas besoin d’être aussi précis, parce que là dans ton exemple flesh et flèche ont exactement la même sonorité

Jean-Yves Ponce : Tout à fait, parfois ça sera juste une syllabe en commun, qui te rappellera le bon mot. Juste un détail ou n’importe quoi peut servir de poignée à votre mémoire. Votre mémoire a besoin de poignée pour prendre l’information. S’il n’y en a pas c’est un peu comme un meuble sans poignée. Quand tu essaies d’attraper un meuble qui n’a pas de poignée, tu ne sais pas comment le prendre et tu galères. Là on créé des poignées en fait. Un truc tout bête, mais hier je prenais le métro, et dans la ligne 12 (parce que j’avais appris toutes les stations de métro, c’est pour ça que je les regarde), il y a une station qui s’appelle Montparnasse-bienvenüe, avec un tréma sur le U. Ce U avec l’accent tréma ça me fait penser à un visage qui rigole. Pour moi Montparnasse Bienvenüe, c’est ce smiley. C’est ma poignée, ça m’a tellement marqué que c’est pour moi une poignée idéale pour mémoriser ce type d’informations.

Hervé Lero : C’est ça ! Moi aussi j’avais fait ce petit exercice, sauf que je n’avais mémorisé que la ligne 13 du métro

Jean-Yves Ponce : C’est la plus dure, y’a plein de stations !

Hervé Lero : Oui, je n’avais mémorisé qu’un des deux chemins vu qu’elle se sépare à la fourche. Et pour chaque station j’avais pris ce qui me faisait penser au nom de la station et je les faisais intéragir entre eux pour me raconter une petite histoire

Jean-Yves Ponce : C’est bien ça, en fait chaque station correspond à une étape de votre histoire. Pour la ligne 1 qui va de la défense au château de Vincennes, la défense pour moi c’est un chevalier (défense : chevalier avec un bouclier). La deuxième station c’est la grande arche de la défense, donc mon chevalier passe sous l’arche. Pour les sablons, mon chevalier est pris dans des sables mouvants. Ensuite c’est pont de neuilly, mon chevalier passe sur un pont fait en « oeils » pour la sonorité.

Hervé Lero : Ça n’a pas besoin d’être intelligent. Quelque part, plus c’est absurde et plus c’est mémorable. Plus tu vas le retenir parce que c’est quelque chose de différent de ce que tu as l’habitude de voir ou de faire.

Jean-Yves Ponce : c’est ça ! Après il y a la station Argentine avec Maradona, et mon chevalier rencontre d’autres personnages qui représentent les autres lignes quand il y a une correspondance…tout est mémorisable, tous les types d’informations peuvent se mémoriser, c’est ça qui est beau finalement, ça fait bosser l’imagination (c’est bien quand on n’a pas beaucoup de créativité) et puis ça permet de mémoriser des choses utiles et qui sont beaucoup plus efficaces que si on fait du par cœur.

Hervé Lero : Et même ça peut servir au quotidien dans le cadre professionnel par exemple pour retenir des informations sur un projet, ou ça peut même être des noms de personnes ?

Jean-Yves Ponce : Les noms et les visages, c’est quelque chose de magique. Par exemple hier au salon du livre, il y a une lectrice qui m’a dit « Bonjour je m’appelle Céline X », je lui ai répondu : « ah oui, ton adresse email c’est ça ! ». Elle a dit : « oui comment tu sais ? ». Puis j’ai vu une autre personne, une autre lectrice, je lui ai dit : « toi tu t’appelles Virginie ! ». Elle m’a dit « oui c’est ça, comment tu te souviens ? ». Parce que je l’avais croisée une fois il y a très longtemps dans un évenement entre blogueurs, elle m’avait dit son prénom et je l’avais associé, donc c’est toujours valorisant pour la personne quand vous mémorisez son nom et que 6 mois ou un an après vous vous en souvenez toujours, ça vous fait quelque chose en plus.

Hervé Lero : C’est ça, d’ailleurs il y a des politiciens qui utilisent cette technique pour se souvenir du nom des électeurs qu’ils rencontrent parce que c’est très valorisant, je crois (à vérifier) que Bill Clinton faisait ça…

Jean-Yves Ponce : C’est possible, en tout cas un patron de casino à Las Végas utilise cette méthode, il a retenu tous les prénoms de ses employés (et il y en a beaucoup dans tous ses hotels de Las Vegas), du coup quand il les croise il leur dit par exemple : « Salut Rob, comment va la petite dernière ? », donc non seulement le prénom mais aussi un détail associé à la personne, et c’est tout de suite beaucoup plus valorisant !

Hervé Lero : C’est vrai, maintenant c’est quelque chose que j’essaie de faire quasi systématiquement, quand je rencontre quelqu’un j’associe à son visage son prénom et une info justement, comme ça même si tu as eu une conversation courte avec lui, la fois d’après tu lui fais : « Eh, salut Jean-Claude, ça marche le surf ? », et là la personne elle se sent valorisée.

Jean-Yves Ponce : bah oui, la personne se dit : « il se souvient de moi »

Hervé Lero : Oui, parce que non seulement tu te souviens de lui, mais tu te souviens de quoi tu as parlé avec lui. Y’a rien de pire que les personnes poissons rouges (je les appelle comme ça), moi ça m’arrive avec des gens que tu rencontres 2 ou 3 fois et tu sens qu’ils ne te remettent pas du tout, ils te disent bonjour et te redisent leur prénom comme si tu étais un inconnu, alors que des fois tu les as vus 3 jours avant…(rires). Tu leur pardonnes une ou deux fois, mais au bout de deux ou trois fois tu te dis que ça sert à rien de parler avec lui parce que de toutes façons il ne va pas s’en souvenir…

Jean-Yves Ponce : Oui, on se dit qu’il ne nous calcule pas, ça arrive tout le temps… La mémoire c’est la base de tout en fait. Si vous voulez apprendre de nouvelles choses il faut de la mémoire, si vous voulez que les gens se souviennent de vous, il faut être mémorable : quoique vous vouliez faire, à un moment la mémoire interviendra. 

Hervé Lero : Un autre truc que j’ai trouvé cool avec tes techniques, c’est que ça aide à prendre confiance en soi. C’est aussi pour ça que j’avais envie de t’interviewer et de te rencontrer, c’est que ça rejoint la thématique de mon blog changeons

Jean-Yves Ponce : La confiance en soi !

Hervé Lero : Exactement, la confiance en soi. C’est vrai que si tu sais que tu peux retenir des infos complexes, ça aide beaucoup à prendre confiance en sa mémoire, dans tes rapports professionnels et dans ton rapport avec les autres aussi.

Jean-Yves Ponce : 9 personnes sur 10 pensent avoir une mauvaise mémoire. Alors qu’en fait elle est juste sous-exploitée. Donc si vous avez des techniques pour retenir les choses même les plus difficiles, c’est des techniques toutes simples en plus

Hervé Lero : c’est ça, c’est vraiment à la portée de tout le monde, il faut essayer et les appliquer mais elles sont vraiment simples… On ne nous a pas appris à apprendre !

Jean-Yves Ponce : C’est ça ! Et en 5 minutes par jour vous avez une telle confiance en vous, votre mémorisation est bien plus solide que du par cœur où vous avez toujours l’impression que vous allez oublier quelque chose, là non c’est super solide, donc en 5 minutes par jour niveau confiance vous êtes au dessus de 90% des gens qui pensent avoir une bonne mémoire. Et puis c’est toujours sympa d’être vu comme le gars qui sait beaucoup de choses !

Hervé Lero : En plus tu peux arriver à des résultats assez incroyables en utilisant les techniques de ton livre Napoléon joue de la cornemuse dans un bus. Moi je sais que j’avais réussi à mémoriser dans l’ordre un jeu de cartes de 52 cartes. Avant j’aurais pu en mémoriser 4 ou 5 cartes, et encore je me serais dit que j’étais complètement incapable de le faire et j’aurais abandonné. Là après la lecture de ton livre j’ai réussi à mémoriser le jeu de cartes dans l’ordre, c’est vrai qu’après niveau confiance en ta mémoire c’est bon, tu es confiant.

titre-guide-ultime-confiance

Jean-Yves Ponce : Les jeux de cartes c’est une belle épreuve, on parle toujours des jeux de cartes dans la mémoire parce que c’est une épreuve qui est belle. Les cartes c’est compliqué, elles se ressemblent beaucoup. Y’a rien de plus ressemblant à une carte qu’une autre carte ! Donc quand tu arrives à faire le distinguo et à mémoriser ça dans l’ordre, c’est que là on estime que tu es capable de faire beaucoup de choses avec ta mémoire. C’est une épreuve qui n’est pas simple, mais qui est faisable. Et la première fois où tu es capable de faire ça, tu te dis : Waouh ! T’es comme le gamin qui trouve une baguette magique au bord de la plage.

Hervé Lero : C’est exactement ça, t’as l’impression d’avoir un super pouvoir, comme dans les films au moment où le super héros se rend compte qu’il a des pouvoirs, tu te dis : j’avais ça en moi ?

Jean-Yves Ponce : Du coup tu te dis qu’est ce que je vais faire avec, je vais apprendre ça, puis ça, puis ça !

Hervé Lero : Si tu devais partager une de tes techniques de mémorisation, ça serait quoi ? Par exemple si t’as 5 ou 10 informations à retenir tout de suite…

Jean-Yves Ponce : Imaginez que vous soyez devant chez vous. Vous rentrez du boulot et vous êtes devant votre porte d’entrée. Là vous voyez Barack Obama en train de chevaucher un dragon. Le dragon gratte à votre porte d’entrée. Vous ouvrez la porte d’entrée, derrière il y a le hall, et dans votre hall il y a un samouraï qui vous regarde et qui mange une choucroute. Sentez l’odeur de la choucroute, regardez la tomber par terre, parce que ce n’est pas facile à manger avec un habit de samouraï. Il vous regarde, vous lui faites un petit coucou. Vous allez dans votre salle à manger, et là sur votre canapé, il y a une tour Eiffel géante, si grande qu’elle troue le plafond. Par le trou du plafond, vous voyez une main en sortir, et vous vous rendez compte que c’est la reine d’Angleterre qui vous fait coucou, avec son chapeau rose. Dans la cuisine vous entendez du bruit, du coup vous allez voir, et vous voyez Vladimir Poutine en train de jongler dans votre cuisine avec un ballon contre votre frigo. C’est ça qui fait ce bruit là. Vous êtes un peu abasourdi, du coup vous voulez aller vous passer de l’eau fraiche sur le visage, mais dans votre salle de bains il y a un gondolier comme à Venise en train de transporter Céline Dion, qui chante Titanic à l’arrière de la gondole dans votre douche ou votre baignoire si vous en avez une.

Hervé Lero : (rires)

Jean-Yves Ponce : Et bien avec ce petit exercice très loufoque, vous venez de mémoriser les 10 pays les plus riches du monde.

Hervé Lero : D’accord. Et dans l’ordre en plus ?

Jean-Yves Ponce : oui, dans l’ordre bien sûr. Vous commencez par Obama pour les états unis, le dragon c’est la chine, ensuite vous vous souvenez c’est le samouraï donc le Japon, la choucroute pour l’Allemagne… C’est les images que je prends moi, mais vous pouvez prendre les vôtres, vous transformez votre information en une image clé, poum !

Hervé Lero : C’est ça, la première idée qui vous vient en tête c’est souvent la meilleure. Parce que pour vous, ça sera le truc le plus logique. Pour Jean-Yves ça sera peut-être le samouraï, mais pour d’autres ça sera, je ne sais pas…

Jean-Yves Ponce : ça peut être un personnage de manga par exemple

Hervé Lero : oui ça peut être vraiment n’importe quoi, la première chose qui vous fait penser au Japon et qui est un peu unique et mémorable, et vous la placez comme ça dans un environnement pour raconter une histoire avec les différents personnages et les différents lieux. Et c’est vrai que cette histoire là, si vous avez bien fait l’exercice vous pouvez le refaire dans plusieurs heures et vous aurez toujours les infos. Si vous aviez pris la liste dans l’ordre et que vous aviez répété trois fois la liste…

Jean-Yves Ponce : Vous seriez encore en train d’essayer de l’apprendre !

Hervé Lero : en train de répéter Allemagne, Japon…

Jean-Yves Ponce : C’est un gain de temps assez énorme !

La partie suivante n’est pas transposable par écrit : je teste Jean-Yves sur le burger de la mort, l’épreuve du burger quizz où je pose 10 questions à Jean-Yves, et où il doit attendre la fin des 10 questions pour donner les réponses dans l’ordre. Je t’invite à regarder la vidéo, car le défi est cool et les questions sont marrantes !

Hervé Lero : Merci beaucoup Jean-Yves d’avoir répondu à mes questions sur tes techniques de mémorisation ! Je rappelle le titre de ton livre : Napoléon joue de la cornemuse dans un bus où tu développes toutes les techniques dont on a parlé, et d’autres encore. Je te dis à très vite !

Jean-Yves Ponce : À très vite, salut

Hervé Lero : Salut à tous !

Partage pour aider tes amis à prendre confiance et à vivre leur vie à 100%

Clique ici pour laisser un commentaire