Devenir plus confiant grâce à l’EFT

Aujourd’hui sur le blog changeons, j’accueille Claude du blog « j’aime l’EFT«  ; elle a gentiment accepté d’écrire cet article afin de nous présenter une technique nommée l’EFT,  qui pourrait vous aider dans la vie à résoudre différents problèmes : ici dans cet article invité nous traiterons de la confiance en soi, de comment être plus à l’aise pour s’exprimer en public ou dans un groupe notamment.

C’est à toi Claude!

Protocole EFT : pour la confiance en soi.

Bonjour,  je suis Claude, du blog « J’aime l’EFT ».

Tout d’abord, je remercie Hervé de m’accueillir sur son blog. Il donne beaucoup d’excellents conseils pour dépasser la timidité, et avoir une vie de plus en plus heureuse.

Dans le même but, je vous propose ici un exemple d’utilisation  d’un superbe outil, l’EFT.

 L’EFT, qu’est-ce que c’est ?

 C’est une sorte d’acupuncture sans aiguille, très simplifiée, de façon à pouvoir être assimilée très rapidement par tous.

Un cycle d’EFT consiste en une suite de points d’acupuncture, qui ont pour effet de détendre, d’apaiser, et qu’on stimule soi-même en les massant ou en les tapotant. Quelques  cycles d’EFT, effectués en pensant à ce qu’on veut résoudre, produisent un effet rapide de mieux-être, un point de vue plus serein sur la difficulté à surmonter, et très souvent le soulagement d’une douleur.

Vous trouverez ci-dessous un schéma où ces points sont représentés, dans leur ordre d’utilisation.EFT - changeons

Protocoles EFT, mode d’emploi.

Un protocole EFT est un ensemble de phrases à dire tout en tapotant les points du schéma ci-dessus.

Ne vous étonnez pas si au début, les phrases sont très négatives : quand vous voulez supprimer un fichier de votre ordinateur, vous commencez par le sélectionner, avant d’appuyer sur la touche « suppr ». Ici, c’est la même chose : vos « fichiers négatifs » remontent à votre conscience, et vous les déprogrammez par le fait même de tapoter.

Vous trouverez des explications plus détaillées sur l’EFT en cliquant ici (« Qu’est-ce que l’EFT ? »).

Mais vous pouvez expérimenter tout de suite : il est indispensable de tapoter sur chaque phrase, se contenter de les lire ne serait d’aucune utilité…  Et en plus, le texte vous paraîtrait bizarre !   😉

Avant de commencer,  choisissez une situation où vous vous êtes senti mal à l’aise dans un groupe ; vous évaluez le stress que vous ressentiez  à ce moment, en lui attribuant une « note » sur 10 (10 : panique totale ; 0 : complètement décontracté) ; vous le réévaluerez à la fin du protocole EFT.

C’est parti !

Votre ressenti du moment

0, Point Karaté (voir dessin : la main en bas à droite ; on parle de « point Karaté » simplement parce que c’est l’endroit de la main que les karatéka utilisent pour casser des briques) : Même si  je me sens totalement mal à l’aise dans ce groupe, une partie de moi sait que je suis quand même quelqu’un de bien.

1. Sommet de la tête :  Je me sens tellement mal…
2. Sourcils :   Je ne sais plus où me mettre.
3. Coin de l’œil :   Ils me regardent tous.
4. Sous l’œil :   J’ai la gorge nouée
5. Sous le nez :   et des tensions plein le ventre.
6. Menton :   Je ne sais plus où me mettre.
7. Clavicule :  Je voudrais être ailleurs…
8. Sous le bras :   J’ai presque envie de pleurer.
9. Sous le sein :   Mais qu’est-ce que je fais là ?
10. poignet :   Je n’aurais jamais dû venir…
11. pouce (en enroulant l’index autour du pouce) :   Ils me trouvent sûrement ridicule.
12. index (tapoter l’index et les autres doigts avec le pouce de la même main) :   ridicule, coincé(e), mal dans ma peau…
13. majeur :    C’est vrai, je suis comme ça, et ça se voit tellement.
14. annulaire :  J’ai honte.
15. auriculaire :   C’est une vraie malédiction.
16. point gamme :    Pourquoi, eux, ils s’éclatent tous, et pas moi ????!!!

1. Sommet de la tête :   C’est trop injuste…
2. Sourcils :   Vous voulez ma photo, bande d’affreux ?
3. Coin de l’œil :   Si vous n’arrêtez pas de me regarder, moi je m’en vais.
4. Sous l’œil :   Et en claquant la porte, en plus !
5. Sous le nez :   Et j’espère bien que ça vous gâchera la soirée, na !

Normal d’être en colère, quand on est malheureux : c’est humain, sur le moment, on est toujours persuadé que c’est la faute des autres.

Mais, si vous voyiez les choses autrement ???


6. Menton :   – et si tu voyais les choses autrement ?
On est multiple ; notre psychisme est composé d’une infinité de « personnages » qui se contredisent continuellement. Certaines parties aimeraient avoir une relation agréable avec ces gens qui nous entourent maintenant ; d’autres parties de nous sont furieux contre eux, à cause de notre mal-être du moment ; mais d’autres encore savent vraiment apaiser la situation et nous guérir. Certaines parties de vous vont maintenant dialoguer, dans la suite de ce protocole.

7. Clavicule :   – Si tu voyais les choses autrement ?
8. Sous le bras :   Ce n’est qu’une partie de toi qui se sent aussi mal.
9. Sous le sein :   Une partie de toi, et pas toi en entier.
10. poignet :   Cette partie de toi vient d’une blessure ancienne,
11. pouce (en enroulant l’index autour du pouce) :   elle a été malheureuse, il y a très longtemps.
12. index (tapoter l’index et les autres doigts avec le pouce de la même main) :   Et depuis, elle répète sans cesse les mêmes émotions, la même douleur.
13. majeur : Cette partie de toi n’est pas « nulle », elle n’est pas stupide, ni méchante;
14. annulaire :   c’est simplement une énergie bloquée.
15. auriculaire :  Elle peut se remettre à circuler.
16. point gamme :  Tu peux la guérir   


Voir les choses autrement ? Vraiment ?

0. Point Karaté : Même si une partie de moi se sent encore si pitoyable,  je sais maintenant que ce n’est qu’une partie de moi, pas moi en entier.
0. Point Karaté : Même si une partie de moi est encore aussi misérable,  je commence à imaginer que ça ne durera peut-être pas toute ma vie.

Si à ce stade, vous affirmez avec une conviction forcée : « Je me sens très à l’aise, tout va bien », votre inconscient va hurler : « NOOOON !!!! » ; et vous vous sentirez encore plus mal…
La pensée positive, c’est vraiment bien, à condition d’avoir évacué les plus grosses résistances.

Il me paraît bien plus prudent de faire du « goutte-à-goutte » : « Il est peut-être, peut-être, envisageable qu’il soit peut-être imaginable qu’un jour je puisse me sentir bien dans de telles circonstances ». J’exagère à peine, à vous de doser les « peut-être » jusqu’à vous sentir bien avec ce que vous dites.

0. Point Karaté : Même si une partie de moi a encore du mal à y croire, il est peut-être envisageable qu’un jour,  je me sente bien dans un groupe.

1. Sommet de la tête :   Waou ! ça serait tellement bien…
2. Sourcils :   Oh non, j’ai encore peur, je préfère me cacher dans un coin.
3. Coin de l’œil :   Ah oui… il paraît que ce n’est qu’une partie de moi qui a peur ;
4. Sous l’œil :   et que d’autres parties peuvent se sentir bien…
5. Sous le nez :   J’envisage que ça puisse devenir simple…
6. Menton :   Après tout, ils ne sont pas si méchants, tous ces gens ?
7. Clavicule :   Ils ne s’éloignent de moi que parce que je suis tout recroquevillé sur moi-même,
8. Sous le bras :   et que je tire une tête de six pieds de long !
9. Sous le sein :   En fait, je tiens un grand panneau invisible où c’est écrit :
10. poignet :   « NE VENEZ PAS VERS MOI, j’ai trop peur de vous !!!! »
11. pouce (en enroulant l’index autour du pouce) :   Et si je posais ce panneau ?
12. index (tapoter l’index et les autres doigts avec le pouce de la même main) :   Je pourrai le reprendre quand je veux, promis !
13. majeur :  Et si j’allais vers eux en souriant ?
14. annulaire :   Si ils ne veulent pas me parler, ça ne changera pas grand-chose à la situation, franchement.
15. auriculaire :   Mais peut-être qu’ils me trouveront sympathique ?
16. point gamme :     Et qu’ils auront plaisir à être avec moi ?! … ça, alors !

Maintenant que ça va mieux, il n’y a plus qu’à renforcer.
On va utiliser des afformations (= affirmations + nouvelles informations). Le cerveau passe son temps à se poser des questions et à tenter d’y répondre ; l’ennui, c’est qu’il se pose souvent de très mauvaises questions : « Pourquoi je suis timide ? Pourquoi les gens ne viennent pas vers moi ? ». Vous allez faire l’expérience de vous poser d’AUTRES questions : vous allez voir …. 
😉

(note de Hervé : ce principe rejoint ce que je vous avais expliqué dans mon article le pouvoir des questions)

Afformations : POURQUOI  tout va si bien ?

1. Sommet de la tête :   Pourquoi, en regardant tous ces gens, je me sens maintenant plus détendu(e) ?
2. Sourcils :   Pourquoi j’ai maintenant envie d’aller vers eux ?
3. Coin de l’œil :   Pourquoi je me sens maintenant tellement loin de mes anciens problèmes ?
4. Sous l’œil :   Comment j’ai même pu avoir des pensées pareilles ?
5. Sous le nez :   Je sors d’un cauchemar. Mais ouf ! C’est fini !
6. Menton :   Pourquoi je me sens maintenant aussi bien ?
7. Clavicule :   Pourquoi j’ai de plus en plus envie d’aller vers les autres ?
8. Sous le bras :   de savoir qui ils sont, de me faire des nouveaux amis ?
9. Sous le sein :   Pourquoi tout cela me paraît tellement plus simple ?
10. poignet :   Pourquoi c’est possible, pour moi, maintenant ?
11. pouce (en enroulant l’index autour du pouce) :   possible, et même … agréable !
12. index (tapoter l’index et les autres doigts avec le pouce de la même main) :   ça alors …
13. majeur :   Pourquoi j’ai maintenant la certitude que tout cela est en train de se guérir définitivement ?
14. annulaire :   Et pourquoi je suis tellement fier (fière) de moi d’avoir réussi ça ?
15. auriculaire :   Et pourquoi je me sens maintenant tellement plus fort(e), capable de surmonter encore plein d’autres obstacles ?
16. point gamme :     Bravo moi, ça, c’est une réussite.
1. Sommet de la tête :   Et pourquoi, maintenant, tout va vraiment de mieux en mieux dans ma vie ?

 Voilà. Un grand soupir, un grand sourire J … si c’est possible tout de suite, buvez un verre d’eau.

Comment vous sentez-vous ? Refaites l’évaluation du stress, entre 0 et 10, quand vous pensez à la même situation que précédemment ; il a probablement baissé.
N’hésitez pas à en faire part dans les commentaires, à nous parler de votre ressenti
.

Et tant que votre stress n’est pas tombé à 0, vous pouvez refaire quelques paragraphes de ce protocole.

Vous pouvez guérir la plupart de vos problèmes vous-même, en pratiquant l’EFT quotidiennement ; pour les difficultés trop lourdes, il est préférable de se faire accompagner par un thérapeute

Et pour en savoir plus sur l’EFT, vous trouverez des indications et d’autres protocoles sur mon blog « J’aime l’EFT »

Merci beaucoup Claude pour ce partage très intéressant. Je vous invite à aller faire un tour sur son site pour en découvrir d’avantage sur l’EFT.

Qu’avez vous pensé de cette technique, est ce que ça fonctionné sur vous? N’hésitez pas à partager vos ressentis en commentaires!

[shareaholic app= »share_buttons » id= »6585119″]
Partage pour aider tes amis à prendre confiance et à vivre leur vie à 100%
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Clique ici pour laisser un commentaire