Les écrans nous pourrissent la vie ?

Défi : une journée sans écran !

En prenant le métro la semaine dernière, j’ai été frappé du nombre de gens « absorbés » par leur smartphone : j’étais dans un compartiment de 6 personnes, et les 5 autres occupants pianotaient sur leur mobile.

Cela m’a rappelé l’excellente vidéo « look up » qui a circulé il y a quelques mois, que je vous conseille si vous ne l’avez pas encore vue.

En jetant un oeil amusé, je me suis rendu compte que mes 2 voisins dont je pouvais voir l’écran jouaient tout simplement à des jeux basiques.

Je me suis alors posé la question : combien de temps est ce que je passe moi aussi sur un écran au cours de mes journées, et surtout combien de temps non productif ?

Par écran, j’entends tout type d’écran un minimum évolué : télévision, smartphone, tablette tactile, ordinateur.

Et pour cela, je me suis fixé un défi : passer 24h sans aucun écran.

J’ai donc profité de l’approche des fêtes de fin d’année où je ne travaillais pas pour réaliser ce défi lundi dernier, et le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai beaucoup appris.

24 heures sans écran, c’est parti !

journee sans ecran - changeons

La préparation et les règles :

Pour réussir ce défi, je me suis fixé les règles (arbitraires) suivantes :

  • pas de télévision
  • pas d’ordinateur
  • pas de tablette
  • utilisation du téléphone juste comme un téléphone

La veille, j’ai choisi des activités à faire : une pour le matin, une l’après midi et une le soir.

A noter que si vous voulez faire une vraie journée sans écran, vous devrez effectuer une préparation minutieuse, qui pourrait même vous dispenser d’envoyer des textos dans la journée, ce que j’avais oublié de faire.

Frustration ou délivrance ? Ma journée sans écran et ses enseignements

Avant de faire ce défi, je ne savais pas ce que j’allais apprendre. Allais-je trouver ça parfaitement inutile, frustrant, allais-je avoir une illumination?

Tout d’abord, faire ce défi c’est mettre un coup de volant à 180° par rapport à ses habitudes. Voyons comment cela s’est passé.

Je me suis rendu compte dès le réveil que j’avais des habitudes « connectées » : avant même de sortir de mon lit, j’allumais mon portable et ma tablette, et je regarde rapidement mes mails et facebook.

Cette habitude a été remplacée par une écoute de la radio, ce que je n’avais plus fait le matin depuis longtemps.

C’est d’ailleurs quelque chose qui m’a marqué dans cette journée : un rapport à la musique beaucoup plus fort que quand j’utilise des écrans : j’ai réécouté des albums CD avec plaisir, là où d’habitude j’écoute essentiellement une playlist en mode aléatoire. Le multimédia nous pousse en mode zapping, il est bon parfois de retrouver les racines : écouter un album entier, s’imprégner du travail de l’artiste, et pas seulement apprécier un refrain accrocheur avant de passer à autre chose.

Passer le temps ?

Il est finalement assez facile de prévoir des grosses activités pour remplir sa journée. En revanche, ce que je n’avais pas prévu c’était les temps morts entre deux activités. Quand on a une demi heure à tuer, que fait on? On se met devant un écran (TV, internet), et le temps passe tout seul. Là il a fallu se réhabituer à ces temps morts, à ces périodes d’ennui qui précèdent une nouvelle activité.

Mais remplir du vide avec du vide est il une bonne solution pour autant? Une vidéo Youtube ou une rediffusion d’émission TV vous fait perdre votre temps tout autant, sauf que vous n’en êtes pas conscient.

Pour passer ce temps et ne pas s’ennuyer, ça m’a poussé à faire des choses que je ne faisais pas par « manque de temps » d’habitude : rangement, ménage, j’ai même fait de la couture pour repriser un sac déchiré. Les loisirs également ont été différents, plus créatifs (jouer de la guitare) ou plus calmes (lire un livre).

Ces périodes de calme, avec parfois juste un fond musical et une activité simple à faire sont assez propices à la réflexion. Là où devant la télévision votre cerveau se débranche complètement dans la grande majorité des cas, là où un jeu sur votre smartphone vous place en état de veille intellectuelle, une activité simple sans écran vous laisse penser librement. C’est idiot, mais je l’avais un peu oublié.

Les enseignements de cette journée et ce que ça va m’apporter

Je me suis rendu compte que je passe énormément de temps devant un écran. Ceci en soi n’est pas si grave, mais je passe énormément de temps non productif. Je remplace des activités certes peu passionnantes par du contenu multimédia souvent sans intérêt.

J’ai ainsi pris conscience du fait que ma tablette tactile ne me servait quasiment qu’à perdre mon temps (la même remarque pourrait s’appliquer à un smartphone). J’y passe facilement une heure voire 2 par jour, et c’est une heure en pure perte : vidéos youtube, facebook, lecture de forums qui ne m’apprennent plus rien depuis longtemps. C’est un refuge devenu trop facile pour tuer le temps. Il reste 15 minutes avant de manger ? Hop, glandouillage sur tablette. Il reste 20 minutes avant de partir à un rendez-vous ? Hop, direction internet. Facebook, youtube, encore et encore, et quand j’ai fini je recommence le cycle. Du réveil au coucher, dans le lit : un dernier tour sur tablette !

Certains ont la même addiction avec la télévision, et font le tour des chaines en zappant encore et encore.

J’ai fait beaucoup plus de choses de ma journée, et pourtant j’ai eu le temps de m’ennuyer ! Quel paradoxe, pourtant ma journée n’a pas duré plus longtemps !

Les écrans sont chronophages. Ils donnent la sensation de faire des choses de sa journée, d’être occupé. Faire ce défi pourtant à première vue très facile m’a permis de prendre le recul suffisant pour comprendre ceci : si je n’ai pas le temps de voir mes amis / avancer dans un projet / faire du sport / appeler un client / faire une course, c’est en grande partie à cause du temps perdu devant un écran.

Ça passe le temps, oui. Ça le perd même grandement ! Des heures de ma vie perdues à tout jamais, tous les jours, devant des débilités.

J’avais déjà pris la décision après la lecture du génial TV lobotomie de ne plus regarder la télévision, ou en tout cas très rarement (seuls quelques évènements sportifs exceptionnellement par exemple).

J’ai maintenant pris la décision de diminuer grandement ma « connexion virtuelle » au monde. Et d’augmenter ainsi ma connexion réelle.

Parce que regarder ses mails ou facebook une ou 2 fois par jour suffisent amplement. Le reste n’est que perte de temps, procrastination.

Je ne rejette pas un outil ou une technologies, mais l’utilisation abusive et très peu encadrée que nous en faisons souvent.

Internet c’est juste génial. C’est une mine d’informations (voir l’article « comment se cultiver sur Youtube ») à la portée de tous en quelques clics, ayant connu un monde sans internet je ne peux qu’applaudir et m’extasier devant cette technologie.

Mais c’est aussi un formidable labyrinthe, où les bonnes choses sont cachées derrière des tunnels incroyablement longs de choses inutiles et addictives, ce qu’on oublie parfois.

Pour finir cette journée sans internet ni télé, j’ai choisi de sortir le soir faire du sport avec des amis que je voyais moins ces temps ci. Me déconnecter du virtuel m’a rapproché humainement, et j’ai passé une bien meilleure soirée que si j’avais regardé un film ou des vidéos sur ma tablette. Et en rentrant j’ai commencé un bon livre, rituel très agréable avant de se coucher.

Défi gagnant ?

Complètement en ce qui me concerne.

Je n’abandonnerai pas ces technologies, mais j’en réduirai l’impact, pour ne plus tomber dans la spirale néfaste de remplir tous mes moments libres avec des choses qui « passent le temps ».

Je vais mettre en place les actions suivantes :

  • pas d’utilisation d’internet sur le téléphone sauf urgence
  • rationnement de l’utilisation de ma tablette tactile : pas plus d’une fois par jour, 20 minutes maximum. Arrêter de me connecter dès le réveil.
  • réduire la fréquence de consultation de mes mails, de facebook, des forums que je fréquente : le monde tournera très bien si je ne vérifie pas mon facebook pendant une demi journée !
  • retirer les notifications, qui poussent à aller consulter immédiatement ces messages non urgents
  • continuer à ne pas regarder la télévision
  • réintroduire la musique dans mon quotidien

Cela me fait une belle petite liste de résolutions sympathiques pour 2015, qui, j’en suis sur, me seront très bénéfiques !

Je compte même refaire ce défi régulièrement, une journée par mois me permettra de couper de temps en temps de cette connexion permanente et de prendre le recul nécessaire.

Testé et approuvé !

A vous de jouer !

Je vous encourage vivement à tenter l’expérience d’une journée sans écran : les vacances de noël s’y prêteront parfaitement, et partagez dans les commentaires ce que ça vous a appris, en tirerez vous les mêmes conclusions que moi?

Partager, c'est donner un peu d'amour
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Clique ici pour laisser un commentaire